Critiques et Analyses de Cheek to Cheek

MTV

À quelques jours de la sortie de Cheek to Cheek, l’album de jazz en commun de Tony Bennett et Lady Gaga, les premières critiques arrivent !

Retrouvez ci-dessous quelques critiques traduites en français !

MTV - Gaga pourrait totalement démissionner de son travail de reine de la pop si elle le voulait.
(Retrouvez l’article d’origine ici : lien)
 
Lady Gaga a déclaré franchement qu’enregistrer l’album de standards du jazz Cheek to Cheek avec le légendaire Tony Bennett l’a sauvée d’une probable mort artistique. C’est le point culminant d’une longue histoire d’amour avec le jazz, dont Gaga dit qu’elle a commencé à en chanter lorsqu’elle avait 13 ans.
 
Alors, comment se classe Gaga à côté de Bennett, qui était bien à la deuxième (ou troisième) renaissance de sa carrière lorsqu’elle est née ? Malgré la différence de 60 années entre la chanteuse de « Applause » et la légende vocale, le duo sonne comme une rencontre au paradis sur l’album de 11 pistes – qui sortira le 23 septembre. Ils font fusionner sans aucune faille leurs styles uniques et montrent un charmant rapport qui se traduit complètement par cette collection de standards du jazz et de la pop.
 
Jetons un œil aux résultats, morceau par morceau.
 
1 – « Anything Goes »
Ce morceau écrit par Cole Porter était le premier single de l’album et a une longue histoire pour les deux artistes. Bennett l’a enregistré pour la première fois en 1959 pour son album Strike Up The Band et Gaga a déclaré qu’elle est tombée amoureuse de cette chanson lorsqu’elle avait 13 ans. Le duo échange les lignes dans un arrangement brillant et Gaga s’éclate clairement, en faisant sa meilleure voix de poitrine digne de Broadway avec des tonnes d’énergie et d’enthousiasme.
 
2 – « Cheek to Cheek »
Un autre standard du Grand Répertoire Américain – celui-ci par Irving Berlin – montre le duo dynamique chantant en parfaite harmonie, avec le chant clair de Gaga dansant autour de la voix milieu de gamme toujours claire comme le cristal de Bennett. L’admiration mutuelle transparait sur cette chanson et on peut facilement imaginer l’énergie dans le studio lorsqu’ils l’ont enregistrée.
 
3 – « Nature Boy »
Nat King Cole a eu un énorme succès en 1948 avec cette chanson qui parle d’un « étrange garçon envouté » qui apprend la leçon absolue que la plus belle chose dans la vie est « d’aimer et d’être aimé en retour ». L’arrangement luxuriant de l’orchestration fait adopter à Gaga une gamme fluette à la Liza Minnelli, parmi des flutes qui vibrent et des tambours qu’on brosse doucement. Cette chanson nous fait imaginer un club de jazz new-yorkais enfumé dans les années 40.
 
4 – « Firefly »
Parlons de Liza ! Gaga sonne comme si elle sortait d’une reprise à Broadway avec son chant cuivré et son scat sur ce morceau uptempo.
 
5 – « I Won’t Dance »
C’est l’un des meilleur exemple qui explique pourquoi Gaga et Bennett ont pensé que cet album était une bonne idée. Le morceau de 1934 de Jerome Kern / Oscar Hammerstein II de la comédie musicale « Three Sisters » a été enregistré par tout le monde, de Ella Fitzgerald à Frank Sinatra, en passant par la star du ‘Pop Idol’ britannique Will Young. Mais dans les mains de Gaga et Bennett, le chant ressemble à une conversation de drague, avec Maman Monstre donnant le meilleur de ses cuivres pendant que Bennett, comme d’habitude, se la joue cool.
 
6 – « I Can’t Give You Anything But Love »
Les choses deviennent un peu funky avec de morceau de 1928 de Jimmy McHugh, avec une basse aux cordes pincées, un splendide orgue Hammond et des cuivres féroces, offert par le quatuor de Bennett. Sont aussi de la partie le trompettiste ami de Gaga, Brian Newmann et sa quintette de jazz, ainsi que le saxophoniste ténor Joe Lovano.
 
Le duo a aussi retravaillé les paroles, avec Gaga mentionnant Bennett dans la ligne, ‘Gee, I’d like to say you’re looking swell, Tony’ et Bennette lui retournant la faveur en chantant, ‘Diamond bracelets won’t work, doesn’t sell, Gaga. »
 
7 – « Lush Life »
L’un des standards du jazz les plus appréciés, « Life » a été écrite par Billy Strayhorn dans les années 30 et a été rendue célèbre par des reprises enregistrées par tout le monde, de Nat King Cole à John Coltrane et Queen Latifah. C’est une vitrine brillante pour le chant plus modéré et nuancé de Gaga, qui adoucie la grandiloquence de sa voix pop pour un son plus mesuré et mature.
 
8 – « Sophisticated Lady »
Composé à l’origine comme un instrumental par Duke Ellington en 1932, c’est le genre de standard que Bennett peut sortir dans son sommeil. Cette fois, son chant habile danse sans effort entre les notes de piano pour l’une de ses performances caractéristiques.
 
9 – « Let’s Face The Music And Dance »
Gaga est complètement dans son élément avec ce hit de Irving Berlin, sorti en 1936. Avec son rythme calypso et ses cuivres clairs, elle sonne comme la chanteuse de salon la plus brillante au monde, elle profite tellement du moment qu’on peut pratiquement l’entendre sourire à travers les paroles.
 
10 – « But Beautiful »
Bennett s’est pour la première fois essayé à cette chanson de 1947 de Jimmy Van Heusen dans son album de jazz sorti en 1975 avec le géant du piano de jazz Bill Evans. Sur cette reprise avec abondance de cordes, lui et Gaga sonnent comme des adolescents rêveurs partageant un micro pour parler de leur amour sans fin. C’est aussi l’une des quelques chansons de l’album où Gaga laisse un peu de sa personnalité pop briller alors qu’elle grogne le refrain vers la fin du morceau.
 
11 – « It Don’t Mean A Thing (If I Ain’t Got That Swing) »
Une autre composition d’Ellington, celle-ci a la parfait énergie pour qu’à la fois Bennett et Gaga se laissent aller. Libre et uptempo, la chanson swingue et jive à travers des solos de cuivres et se termine par un scat du duo alors qu’ils partent dans le coucher de soleil alors que Gaga lâche un enthousiaste « Whooo !!! »
Wall Street Journal - Lady Gaga et Tony Bennett: Un Couple Pas Si Bizarre
(Retrouvez l’article d’origine ici : lien)
 
Tony Bennett sait tout sur le pouvoir d’un changement de tenue. En septembre 1993, à la demande pressante de son fils manageur, M. Bennett avait accepté d’apparaitre sur scène avec un short noir, une chemise noire à manches courtes, une écharpe grise, des lunettes de soleil rondes à bordures blanches et un chapeau haut de forme pour présenter les MTV Video Music Awards avec deux membres de Red Hot Chili Peppers. Ce choix vestimentaire peu caractéristique a payé. Le public a scandé son nom et la famille royale du rock a fait la queue pour le rencontrer. L’année suivante il a chanté des standards du Grand Répertoire Américains avec k.d. lang et Elvis Costello sur « MTV Unplugged » – une performance qui a lancé pour 20 ans une série d’albums de duos avec des artistes rock, blues et country et qui a initié un comeback sur le tard et sans précédent dans le monde de la musique.
 
Aujourd’hui, M. Bennett, 88 ans, laisse les changements de garde-robe à sa dernière collaboratrice en date – Lady Gaga. Le 23 septembre, M. Bennett et Gaga – 28 ans – sortiront « Cheek to Cheek » (chez Interscope), un album où M. Bennett et Gaga chantent ensemble et seuls des standards du Grand Répertoire Américain. Le duo a performé ensemble en Israël samedi dernier et apparaitra dans une émission spéciale sur PBS « Les Grands Performances » le 24 octobre. Maintenant il y a des discussions pour une tournée.
 
L’album, incluant une édition deluxe avec des bonus, est composé de standards d’Irvin Berlin, les Gershwins, Duke Ellington et Cole Porter. Parmi les chansons familières, on retrouve « Anything Goes », « I Can’t Give You Anything but Love », et « They All Laughed. »
 
Pour M. Bennett, s’associer avec Lady Gaga est un autre chapitre dans sa croisade pour exposer le jeune public à la musique américaine qui a précédé la popularité mondiale explosive des Beatles en 1964. Alors que sa décision de faire équipe avec l’une des stars de la pop les plus flamboyantes et outrageantes peut sembler étrange, M. Bennett sait exactement ce qu’il fait. « Lady est une véritable chanteuse de jazz – une improvisatrice qui chante ces chansons différemment à chaque fois qu’on les fait, » a dit M. Bennett durant une interview sur un sofa dans son studio il y a deux semaines. « Si nous faisons une tournée, je pense que beaucoup de gens diront ‘Wow, nous n’avions aucune idée qu’elle pouvait chanter aussi bien’. »
 
M. Bennett a rencontré Gaga pour la première fois en 2011 à un gala de charité pour la Fondation Robin Hood, qui récolte des fonds pour des programmes anti-pauvreté à New York. Etonné par la réaction du public, il a surpris Gaga et ses parents en coulisses et l’a invitée à enregistrer avec lui pour « Duets II ». Elle a accepté et ils ont chanté « The Lady is a Tramp ». Ensuite, ils ont planifié « Cheek to Cheek », cela a pris deux ans pour l’achever en raison de son agenda considérable en tournée.
 
« Le jazz est tellement spécial – j’ai toujours voulu que les jeunes connaissent cette musique, » dit M. Bennett. « Le monde aime le jazz. Lorsque Lady a fini son concert au Japon récemment, 40.000 fans criaient et elle a dit ‘Je reviendrai avec du jazz la prochaine fois.’ C’est mon rêve – mettre le jazz en valeur pour qu’il ne soit pas oublié. »
 
Apparemment Gaga partage le même rêve. La semaine dernière, elle a dit qu’elle planifiait de sortir un album de jazz par an, « pour toujours. » « C’est dommage que le public ne puisse plus expérimenter l’art dans toute sa pureté, car il y a tellement d’abeilles qui butinent dans la ruche de ce métier, » dit-elle. « J’espère qu’avec cet album nous pourrons amener tout le monde jusqu’au miel. »
 
Alors que les motivations pour leur collaboration sont clairement ancrées dans un respect artistique mutuel et une admiration partagée pour le jazz, la relation a aussi été thérapeutique pour Gaga. « Travailler avec Tony sur cet album a été libérateur, artistiquement parlant, cela m’a fait faire une pause dans le business de la pop, » dit-elle. « Je chante des standards du jazz depuis que j’ai 13 ans, mais l’authenticité que vous entendez dans ma voix est due à Tony. Il me comprend vraiment, et je peux être moi-même avec lui. Il m’a aidée à traverser un moment difficile. »
 
La plus grosse surprise sur l’album est peut-être le solo de Gaga sur la ballade de Billy Strayhorn « Lush Life », une chanson difficile qui a troublée les chanteurs de jazz-pop les plus chevronnés, incluant Frank Sinatra. Sa tessiture basse est chaude et son phrasé sincère. « Je suis allée dans une zone, et cela m’a ouvert et m’a fait prendre conscience que ce que je faisais avec la chanson ne pouvait pas être mauvais, » dit-elle. « C’est du jazz. »
 
Si une tournée pour cet album prend forme, Gaga abandonnera-t-elle la série de changement de costumes qui est devenue sa marque de fabrique pour ses shows ? « Mes costumes seront toujours là, mais d’une manière différente, » dit-elle. « Je ne porterai pas les mêmes choses que ce que je porte dans les shows pop. C’est une sensation différente. Je changerai toujours de tenues, mais je me changerai pour Tony, si cela a un sens. »
The Daily Mail - Lady Gaga et le Roi du Cool sont faits l’un pour l’autre
Selon tous les standards, c’est une alliance improbable. Dans un coin, le dernier homme de l’âge d’or des crooners – un chanteur qui a passé des années à interpréter les morceaux des années big band.
Dans l’autre, la folle diva de la pop célèbre pour ces perruques extravagantes, ses concerts démesurés et ses robes faites de morceaux de viande.
Mais Tony Bennett et Lady Gaga ne sont pas des associés aussi étranges qu’il n’y parait.
 
Malgré une différence d’âge de 60 ans, le Roi du Cool et la Reine du Drame ont beaucoup en commun. Tous deux sont des New-Yorkais italiens qui ont du talent pour les performances en direct, et tous deux se font les dents en chantant le Grand Répertoire Américain.
L’élégant Bennett, 88 ans, a fait son apprentissage des standards au New York Paramount Theatre avant de faire des duos avec Frank Sinatra et Ella Fitzgerald. Gaga, 28 ans, a gagné le concours de l’état de New York durant son adolescence avant d’être enivrée par les rythmes palpitants de la scène des clubs de Manhattan.
Maintenant ils se sont associés pour Cheek to Cheek, une collection de reprises des classiques de George Gershwin, Cole Porter et Irving Berlin.
Cela réitère le charme facile et le ton parfait de Bennett – et nous montre Gaga sous une nouvelle et fascinante lumière : une authentique chanteuse de jazz avec un phrasé décent et un appétit victorieux pour les interjections joueuses et impertinentes.
 
Bennett sait que le secret d’un bon duo réside dans les contrastes de styles, et ajoute la bonne quantité de tempo à la chanson-titre et des échanges du tac au tac sur le « I Won’t Dance » de Jerome Kern.
De manière rafraichissante, sans toutes les fanfreluches électroniques qui submergent habituellement son talent naturel, Gaga s’amuse.
En fait, Cheek to Cheek sert bien les deux chanteurs. Pour Bennett, c’est la continuation du processus d’introduction des classiques d’hier auprès du jeune public qu’il avait amorcé en 1994 avec MTV Unplugged ; pour Gaga, cela met la musique au-dessus de son désir de choquer. Et ceci, de manière perverse, est la chose la plus surprenante qu’elle ait faite depuis longtemps.

© Traductions par Christelle @Gagavision

Partagez

17 commentaires on “Critiques et Analyses de Cheek to Cheek”

  1. Donc elle allez passer a la trappe de l’oubliette c’était après voir avec l’album Artpop j’ai rien contre cette Album au contraire ^^

    Mais il y a eu trop de chose sur cette Album qui na jamais vu le jour + les problèmes de son entourage qui la lâche. Et qu’elle a vite changer en si peut de temps les fans ne comprend pas et certain n’aime pas le changement. Si on doit faire un sondage pour savoir si elle en a perdu a mon avis oui un pas qu’un peut…

    Temps mieux c’est C2C la sauve en espèrent qu’elle vas reprendre du poil de la bête et nous sortir plein de truc comme elle sais le faire.

    Est qu’elle passe moins de temps sur les réseaux sociaux et qu’elle nous donne ses explication sur tout ceux qui sais pas fait et je pense qu’il y a pas que moi qui veut savoir et on pourrais comprendre ceux qui se passe et peut être qu’elle perdrait moins de fan.

  2. L’album promet d’êtres très bon et nous montre une facette de Gaga beaucoup plus soft mais toujours aussi sofistiquer. Une nouvelle preuve de sont élégance. Une artiste comme il en devien très rare a ce jours. Je dis juste bravo

  3. Whaou !! Que de belles critiques ! Je suis ravi pour elle, ça me donne encore plus envie d’acheter l’album ! Ça fait réellement du bien à Gaga cette phase CTC, aussi bien par la presse que par elle même, on voit bien qu’elle s’éclate !! :D

  4. Haha énorme .

    J’ai bien écouté ses chansons sur YouTube en tapant le nom de l’album et je dois dire j’ai l’impression d’être devant les films diffusés sur Paramount Channel ou tcm c’est juste magique , je me croirais presque dans les années 40 / 50 .

    Comme il est dit un peu plus haut , elle devrait arrêter de passer son temps à montrer sa vie privée sur les réseaux sociaux h24 de temps en temps c’est suffisant .

    J’ai l’impression de revoir l’époque ou Britney se faisait raser la tête , c’est dépassé , maintenant ce qui compte c’est le naturel , comme avec cet album on la voit réellement , elle devrait faire pareil dans tous les autres domaines … Tenues , ses chansons pop et éviter le superficiel !

  5. C’est génial pour elle (et pour Tony aussi mais lui c’est différent car c’est une légende du jazz) car elle le mérite franchement ! Je sais que je radote mais je suis tellement content qu’elle ait enregistré Cheek To Cheek, elle prouve tout les jours qu’elle n’a rien à voir avec les autres chanteuses et artistes actuelles, ya les popstars et ya Lady Gaga qui peut naviguer dans tout les styles musicaux et qui est une véritable artiste interprète auteur/compositrice ! En tout cas elle peut perdre des millions de fans je m’en fou, pour moi elle n’a rien à envier aux autres, pour moi elle a prouvé qu’elle était vraiment devenu célèbre pour sa musique :)

  6. j’ai aussi écouté Cheek to Cheek, c’est pour moi une sacré paire de claques que je me prend! Je suis sur le c*l comme on dirait! Les 3 singles ne me plaisaient pas forcément, mais alors j’ai entendu Bang Bang, Lush life, it don’t mean a thing: j’etais sans voix. Ça me fera des covers à faire en plus. J’ai trouvé ca démentiel. Au final, j’achèterai Cheek To Cheek, alors que je ne pensais vraiment pas à la base. J’ai meme hate d’etre lundi.

    Je n’en reviens pas de Lush Life!

  7. C’est super ces bonnes critiques mais en même temps, en reprenant des classiques du jazz y avait pas un grand risque!
    J’aurai aimé que Gaga opte pour un autre genre musical cependant.
    Je pense que pendant cette periode je vais plus me concentrer sur d’autres artistes qui font de la musique géniale et qui n’est malheureusement pas connue.. L’album indie pop rock « No Mythologies To Follow » de la danoise MØ est 1000fois mieux que ARTPOP! Quand Gaga reviendra aux basics je reviendrai peut être…en attendant je me laisse bercer par Kali Uchis (a ecouter ABSOLUMENT) ou alors même brooke candy (qui serait parfaite dans un featuring avec Gaga, elles ont un peu le même look parfois)

  8. Merci beaucoup pour la traduction de toutes ces critiques ;) j’adore tous les jours en découvrir de nouvelle sur twitter !
    L’album delux est vraiment génial ! Leur voix *_* Et au final les chansons sont entraînantes et pas que douces ! Je pense que tout le monde va être sans voix par rapport a cet album , ces critiques sont faites par des pro du jazz et ça fait plaisir de voir qu’ils apprécient mais j’attend les autres qui ne seront plus quoi critiquer !

  9. Les plus grosses déclarations sont dans l’interview pour Wall Street!
    à savoir continuer de faire du jazz (du moins en parallèle) par exemple
    ou, « je n’ai plus besoin d’être une artiste commerciale ». à voir ce qu’elle compte faire maintenant, surprise.

  10. @constance

    Parce que tu sais mieux qu’elle qui elle est ? Pfff pitoyable , tu ferais mieux d’aller apprendre à respecter l’être humain avant de te prendre pour dieu et juger qui est qui .

    1. Je ne me prends certainement pas pour dieu.
      C’est vrai que dire « c’est tellement pas elle » est peut être un peu gros, je ne la connais pas et elle fait ce qu’elle veut, grand bien lui fasse. C’est juste que passé de la pop, au jazz, c’est vraiment un grand écart énorme, ça n’a rien à voir. C’est dans ce sens là qu’il fallait le comprendre, je me suis mal exprimée, j’avoue.
      Je voulais juste donner MON avis perso. Et moi j’aime pas du tout, et je trouve l’album même ennuyeux. Je l’ai écouté plusieurs fois, histoire de m’y habituer, mais ça passe absolument pas. C’est mou et je trouve pas ça mélodieux du tout. Quelques chansons, ça passe, mais limite. Et je répète, c’est MON avis à MOI, je ne dis pas que l’album est nul, je dis juste que POUR MOI, il est nul, nuance.

      Me traiter de pitoyable, c’est du respect peut etre? Tu ne me juges pas en disant ça? Haha, lol, mdr.
      Mon commentaires n’avait rien de méchant, et toi tu viens rager direct, du calme!

  11. J’ai l’album depuis hier grâce à la precommande Amazon et je ne sais pas quoi dire. Bien sûr toutes les chansons ne sont pas gaies comme Anything goes mais c’est ça le jazz et la voix de Gaga met incroyablement en valeur les textes, mention spéciale à Lush life qui fait en partie écho à sa propre vie. Il faut se mettre dans l’esprit jazz pour apprécier je pense.

  12. Et je ne peux pas laisser dire que « ce n’est tellement pas elle », c’est juste tellement pas ce que certains veulent qu’elle fasse. Mais c’est une artiste libre et c’est comme ça qu’elle se sent le mieux alors respectez ses choix à défaut de parvenir à les comprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *