Lady Gaga chez Howard Stern

howard

C’est via Twitter que nous l’apprenons, Lady Gaga sera à la radio dans l’émission de Howard Stern !
Elle y donnera interview et fera une performance exclusive aujourd’hui, soit le Mardi 2 Décembre.
C’est la troisième fois que Gaga rendra visite à l’animateur.


MAJ 02/12/14 : L’audio de l’interview entière est disponible ! Plus d’une heure d’écoute :


MAJ 06/12/14 : Découvrez maintenant la retranscription en français de cette longue interview, très révélatrice et qui a énormément fait parler dans les médias. (Merci de nous citer en tant que source si vous souhaitez utiliser la traduction).

Voir la retranscription française

Sa collaboration avec Tony :

Gaga commence par raconter sa journée de la veille, qui a commencé avec des répétitions avec Tony Bennett dans la matinée. Elle explique qu’ils ont beaucoup de shows prévus prochainement, et que, venant de finir sa tournée mondiale, elle voulait vraiment recommencer à chanter avec lui. Howard lui confie qu’il soupçonne Tony Bennett d’être attiré par elle, ce à quoi Gaga répond bien entendu par la négative, expliquant qu’ils partagent une magnifique amitié. Elle ajoute qu’il est un mentor pour elle, voire « beaucoup plus que ça ». Alors qu’ils chantaient ensemble il y a de cela quelques jours, Gaga a regardé dans les yeux de Tony, et y a vu une joie inouïe : « Il semble avoir 25 ans lorsque je chante avec lui. » Elle se rend compte que, de la même façon, elle n’a jamais été aussi heureuse de chanter avec quelqu’un que lorsqu’elle le fait avec lui.

Howard lui demande alors, en se basant sur les duos qu’elle a pu faire, quelles sont les caractéristiques qui peuvent rendre une collaboration musicale peu plaisante. Elle répond que chez certains chanteurs, le sens musical, la connaissance de la musique ne sont pas très développés. (Howard lui demande si elle parle de la voix ou bien de la connection que peut avoir un artiste avec une chanson : elle répond « les deux ».) Lorsque Gaga et Tony travaillent ensemble, avec les musiciens, ils ne cessent de parler « musique » ; Tony est en contrôle total de tout ce qu’il se passe, et fait lui-même beaucoup des arrangements musicaux.


Sa crédibilité en tant que vraie chanteuse :

Howard lui dit que de travailler avec Tony Bennett lui donne un réel crédit en tant que chanteuse. Alors que beaucoup de popstars de nos jours ne savent pas réellement chanter et ont des voix trafiquées, Gaga, selon lui, chante très bien, et de pouvoir travailler avec une telle légende prouve alors ceci à toutes les autres. Gaga lui répond que ce n’est qu’un effet secondaire, mais qui est bien sûr merveilleux pour elle ! « Ca fait vraiment du bien, en tant que chanteuse, d’être prise au sérieux. Je ne peux vous dire combien c’est décourageant, en tant que femme, d’avoir l’impression que, peu importe combien d’années j’ai trimé sur mon piano, combien d’années j’ai travaillé sur ma voix pour pouvoir chanter autant de genres différents que possible — que parce que je fais des chansons pop, alors c’est impossible que ce soit authentique ! En travaillant avec Tony, je pense que les gens ont vu ceci. Mais ce que moi j’ai vécu, c’est que j’ai retrouvé une totale putain de joie grâce à la musique ! Une pure joie, où il n’y a personne pour mettre de l’auto-tune sur ma voix dès que j’ai le dos tourné, où personne ne change la production sans me le dire, m’obligeant à faire 5 appels téléphoniques différents en criant… C’est juste du chant, de la musique, c’est du live, nous faisons tout dans le studio, si ce n’est pas bien nous recommençons… »


L’autotune chez les autres chanteurs, Sia :

Howard lui demande si cela l’énerve lorsqu’elle écoute un album pop, et qu’elle sait que la personne ne sait pas chanter mais que sa voix est simplement retouchée ; il souhaite savoir si elle perçoit cela comme une tricherie, et se dit qu’elle-même pourrait le faire sans aucune retouche. Gaga répond : « Eh bien, c’est de la triche… Mais en même temps j’ai beaucoup de respect pour la musique électronique, je fais de la musique électronique, et j’ai du respect pour les gens qui utilisent l’auto-tune d’une façon particulière, pour faire un certain type d’effets qui s’accordent avec la musique. Je pense que ça, c’est incroyable quand c’est bien fait. »

Howard mentionne ensuite Sia, soulignant qu’elle chante vraiment bien – ce que Gaga confirme tout de suite : « Sia sait vraiment chanter. C’est dommage que quelqu’un comme Sia ne soit pas plus connue, et que des gens qui ne savent pas chanter soient si connus. »

Elle revient à la question d’origine : « Est-ce que cela m’énerve ? Je ne sais pas, mais ça me donne envie d’être encore plus rebelle dans cette industrie, et de continuer à me battre pour ma propre rebellion artistique, pour moi-même, pour mes fans, pour ceux qui veulent faire de la musique. » Howard lui demande alors comment exactement elle se bat pour ça, ce à quoi Gaga répond : « Il faut donner aux gens l’excitation d’être talentueux. Si tu es talentueux, si tu peux chanter, écrire, faire de la musique, peindre, écrire de la poésie — tu devrais le prendre très sérieusement et travailler. Tu ne vas pas te réveiller un jour et faire une vidéo YouTube qui deviendra virale, et devenir une star… » Elle explique alors qu’elle-même continue de travailler, elle se lève très tôt et se couche très tard, et continue d’exercer sa voix pendant de longues heures.


Tony Bennett en tant qu’artiste :

Gaga explique qu’ils sont très souvent ensemble, et non seulement pour travailler ; ils parlent d’art, de musique, se retrouvent dans le studio de peinture de Tony, avec sa femme. Elle ajoute également qu’il est un artiste dans l’âme, puisque lorsqu’il ne fait pas de musique il peint, et lorsqu’il ne fait aucune de ces deux choses il en parle !


Taylor Kinney, et son attrait pour les personnes créatives :

Howard se demande si Gaga a besoin, dans sa vie amoureuse, d’être avec quelqu’un de créatif, un artiste. Elle répond alors : « Eh bien… Je ne peux imaginer être avec quelqu’un d’autre que celui avec qui je suis en ce moment ! Taylor est un acteur, et il est extrêmement créatif. Par rapport à son travail, il peut être assez introverti, il est du genre à étudier, étudier, et rester seul avec ses pensées… et nous nous ressemblons vraiment en ce sens. » Howard lui demande depuis combien de temps ils sont ensemble — ce à quoi elle répond ‘plus de trois ans’, puis si ils comptent se marier. Gaga, un petit sourire dans la voix, lance : « Eh bien… Vous savez… ! » Il parle ensuite de la fameuse rumeur d’une « fête de fiançailles » qui aurait été faite en secret ; Gaga dément la rumeur en riant : « Tu as entendu beaucoup de choses ! »

Elle reprend ensuite le cours de sa réponse : « Il est extrêmement talentueux. Mais c’est vrai, je me nourris du fait de pouvoir avoir une conversation intelligente avec lui, à propos de ce que ça fait d’être une personne créative. Car beaucoup de personnes ne te comprennent pas, ils pensent que tu es bizarre, excentrique… » Gaga continue en expliquant qu’elle adore toute personne ayant un quelconque talent artistique, et qu’elle est toujours très intéressée par toutes les oeuvres. Howard lui demande si elle peint, ce à quoi elle répond par la positive ; « mais Tony est le vrai peintre. »


Le message des chansons, l’autotune et l’écriture :

Gaga explique que Tony a une capacité très puissante à raconter les histoires lorsqu’il chante. « Ce que j’ai appris de cette expérience est que ceci est primordial sur tout le reste. Dans un monde où l’auto-tune contrôle tout, qu’est-il arrivé au fait de raconter une histoire à travers une chanson ? » Selon elle, la musique, lorsqu’elle est aussi auto-tunée qu’elle l’est aujourd’hui, ne devient plus que des mathématiques : un ton est donné, et tout le monde est censé chanter sur ce même ton, considéré comme ‘le bon’. Tous les chanteurs finissent alors par se ressembler.

Howard lui demande si elle a plus de respect pour les artistes qui écrivent leurs chansons que pour ceux qui ne font que les acheter. Elle répond qu’elle a beaucoup de respect pour ceux qui les écrivent, mais respecte aussi les chanteurs incroyables à qui l’on donne des chansons (elle cite Whitney Houston en exemple).


Sa connexion avec Tony, et leur duo vu comme improbable :

Gaga explique qu’elle a été très surprise et inspirée lorsqu’elle a vu le respect intense que les gens ont pour Tony lorsqu’il entre dans une pièce : tout le monde se tient bien droit et se tait. « Cela est très inspirant pour moi car je commençais à me dire : Hmm, est-ce que j’ai envie de continuer à faire de la musique ? Ou à faire de la musique dance ? Et en travaillant avec Tony, je me suis rendu compte que je voulais juste chanter, et écrire de belles chansons. Je vais prendre l’année qui arrive pour écrire des chansons, voyager… »

Howard demande ensuite à Gaga comment ses fans réagissent par rapport à cet album de jazz : sont-ils énervés, se rebellent-ils ? « Non, ils sont très excités et me soutiennent. » Elle ajoute que son but était de nous faire tomber amoureux du jazz, comme elle-même en était tombée amoureuse lorsqu’elle était petite. « 5 Grammys plus tard, et ayant vendu 20 millions d’albums, et avec tous les singles que j’ai vendus, je dois dire que le moment où j’ai été le plus fière, a été lorsque j’ai chanté avec Tony Bennett et que j’ai vu mon père sourire. » Elle précise que Tony est Italien, tout comme sa propre famille, et qu’il y a réellement une connection très profonde entre eux. Elle admet que cela peut paraître étrange de l’extérieur, de la voir avec ses chapeaux étranges et ses soutien-gorges, chanter aux côtés de Tony Bennett ; lorsqu’elle regarde les images, cela lui paraît étrange aussi, mais également magnifique : « C’est étrange, mais ça marche, c’est tellement beau ! » Elle ajoute qu’elle rit avec lui comme elle rit avec ses amis du même âge, et elle se sent bien plus connectée à lui qu’à 99% des personnes qu’elle a rencontrées dans l’industrie musicale.


Taylor Swift :

Howard parle à Gaga des rumeurs selon lesquelles elle aurait eu des relations avec Taylor Swift, ce à quoi elle répond en riant : « Je ne pense pas qu’elle serait intéressée, mais je l’ai rencontrée quelques fois, et je ne peux rien dire de négatif sur elle. Lorsqu’on était aux AMAs, nous étions assises l’une à côté de l’autre, et elle m’a dit : « Oh mon Dieu, j’adore ARTPOP, j’adore Applause, Applause est ma chanson préférée ! » et Je me disais ouais ouais, cette fille est une faux-cul ! Mais ensuite, mon ami m’a appelée — Brandon, mon styliste, et elle faisait un shoot pour lequel il travaillait. Il me dit : Taylor Swift est en train de chanter ARTPOP super fort, et danse tout en posant ! Et je me suis dit : J’aime bien cette fille, vous savez pourquoi ? Parce qu’elle m’a dit la même chose en face que ce qu’elle a dit derrière mon dos. Donc je l’aime bien. » Howard revient sur la rumeur d’une relation amoureuse entre les deux, Gaga répond donc : « Je ne pense pas qu’elle serait intéressée. Si elle l’est, elle peut m’appeler ! »


Ses costumes :

Howard complimente Gaga sur sa tenue, qui montre une bonne partie de son corps. Gaga le remercie en lui disant qu’elle a 28 ans et qu’elle continuera de se montrer jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus ! Elle explique que lorsqu’elle est couverte, c’est en général qu’elle se sent déprimée. « Si je n’ai pas de perruque, ou de maquillage, si je ne suis pas bien habillée, ma famille se demande si je vais bien ! Car ça a toujours été la façon dont je m’exprime. »


Le côté pervers des producteurs dans l’industrie musicale :

Howard mentionne le moment de l’enregistrement de Lush Life, où elle s’est mise à pleurer avec Tony dans le studio. Gaga précise qu’elle s’est excusée auprès de lui, car elle ne voulait pas s’effondrer devant lui. Il lui a répondu « Ne t’inquiète pas, tu es juste une Femme Sophistiquée (« Sophisticated Lady »). »

Howard lui demande pourquoi Lush Life est si spéciale pour elle, elle raconte donc qu’elle la chantait lorsqu’elle était jeune (à 13 ans), sans réellement en comprendre la signification, ou pourquoi cette chanson était si sombre. Lorsque Tony lui a demandé de la chanter, dit-elle, « Toutes mes nuits et matinées passées dans l’alcool et la drogue ont commencé à défiler devant mes yeux, avec la tristesse, et ce vide si profond que j’ai toujours essayé de combler avec quelque chose — en fumant, en faisant n’importe quoi, peu importe ce que ça impliquait. De chanter avec un tel gentleman, qui n’attendait rien de plus de moi que mon amitié… — c’est pour ceci que je suis si déterminée à défendre notre amitié. De tous les hommes que j’ai rencontrés, c’est le seul qui n’ait rien fait en studio, rien de « bizarre ». C’est même fou de seulement y penser. » Howard lui demande alors si elle veut dire que tous les hommes avec qui elle a travaillé jusqu’ici ont fait des choses inappropriées ; ce à quoi elle répond par l’affirmative. « Oui, avec la seule exception de Red One, il était le premier à ne rien faire. C’est pourquoi cet album a eu du succès ; car j’ai pu écrire des chansons sans avoir peur chaque seconde que quelqu’un ne relève ma jupe dans le studio, ou ne mette les mains dans ma robe. ». Howard semble surpris et lui demande si cela est vraiment ‘pervers’ à ce point ; Gaga lui répond « Non seulement c’était à ce point, mais ça l’est toujours aujourd’hui. Pas juste pour moi, mais pense à toutes ces jeunes filles qui ont 16 ans et qui viennent de New York, qui rencontrent un producteur qui leur promet qu’il leur fera signer un contrat et qui leur dit qu’il a déjà travaillé avec Beyoncé ou autres — alors que ce n’est pas vrai. Tout n’est que mensonges ! »

Howard lui demande alors pourquoi elle pense que ces producteurs, ces hommes en question, sont toujours tirés d’affaires, et pourquoi elle ne les dénonce pas. « Je ne sais pas vraiment, j’en ai beaucoup parlé et si on regarde ceux avec qui j’ai travaillé, il n’y a pas besoin de réfléchir 10 ans pour deviner de qui il s’agit. Mais je pense que l’industrie musicale donne beaucoup trop de responsabilités aux producteurs de nos jours, et pas assez aux artistes eux-mêmes. Je pense que lorsque les maisons de disque commenceront à soutenir les artistes féminines et faire signer… Faites signer des filles qui ont étudié la musique, pas des filles avec des gros seins et qui ont fait de la chirurgie, qui ne savent pas chanter, et qui sont des top modèles à qui vous pensez pouvoir apprendre à devenir une superstar. Ce n’est pas comme ça que ça marche ! » Howard lui demande ensuite si elle ne pense pas que Tony s’abstient compte tenu de son âge, et sous-entend qu’il aurait peut-être agi de la même façon à vingt ans. Gaga répond que non, et qu’elle voudrait d’ailleurs pouvoir faire un retour arrière, aller dans le passé, pour beaucoup de raisons différentes. « Parfois je me dis que je ne suis pas faite pour cette période de la musique. Je pense que j’aurais adoré les années 70, elles auraient été parfaites pour moi ! »


Ses addictions, sa dépression :

Howard lui parle de la maison qu’elle a fini par acheter à Los Angeles. Elle explique qu’elle commence à acheter quelques endroits petit à petit, après avoir été en tournée constamment pendant sept ans. Howard se demande pourquoi Los Angeles, puisque Gaga n’aime pas cette ville ; elle répond alors que le soleil est bon pour les gens qui souffrent de dépression. Il s’interroge alors sur l’état actuel de Gaga, elle nous apprend donc qu’elle va en ce moment très bien. Elle n’est cependant pas encore totalement sobre, mais pense qu’elle finira par y arriver. Concernant son attitude avec l’alcool, elle explique que sa réaction lorsqu’elle est saoule change à chaque fois ; elle peut lancer une chaise, ou bien avoir très envie de jouer…

Howard lui demande si cette dépression est pour elle une maladie chimique et physique, ou bien liée à son environnement de vie. « Je pense que c’est chimique pour tout le monde. Je pense cependant qu’il y a certaines situations qui la déclenchent ; je pense que toutes les dépressions sont liées à l’anxiété et à l’incapacité de se relaxer pendant des situations difficiles. Quand ma vie est devenue plus stressante, j’ai commencé à fumer, à boire, à me droguer — tout ce que je pouvais faire pour me relaxer. Maintenant, je médite, je fais du yoga, je vais beaucoup au sauna. C’est aussi bon pour mon corps puisque les shows m’épuisent physiquement. Et je chante du jazz ! Le jazz a été le meilleur remède pour ma dépression. » Elle raconte d’ailleurs qu’un de ses amis, alors qu’elle écrivait des chansons, lui a confié qu’il était, en quelques sortes, heureux qu’elle ait été aussi triste pendant un moment, puisque cette souffrance s’entend maintenant dans sa voix. « Je pense que c’est ainsi que l’on grandit en tant qu’artiste, c’est quand l’on est capable de prendre les choses qui nous font souffrir, et de les mettre en musique, et pouvoir dire au monde : Vous voyez, j’ai autant de problèmes que vous ! Je ne suis pas putain de spéciale juste parce que je suis une chanteuse, vous savez ! Je suis comme tout le monde. J’ai la même dépression que les autres. »


Les trahisons de ses proches, le procès de son ex-assistante :

Howard lui demande ensuite ce qui, pour elle, a été l’élément déclencheur de sa dépression. Elle lui répond : « Je pense que l’élément déclencheur a été le changement de mon entourage lorsque je suis devenue une star. C’était très effrayant pour moi. Mes amis très proches, ma famille, des personnes que je ne pensais pas capables de me trahir ; les choses qu’ils ont faites et dites derrière mon dos… Quelqu’un a vendu notre entreprise derrière mon dos et ne me l’a pas dit. » Howard lui demande alors comment cela est possible. « Ce n’est pas vraiment mon entreprise, mais je suis Lady Gaga… En fait, c’est le problème, quand tu es un artiste tu es aussi une entreprise. Alors tout le monde commence à te traiter comme une marchandise… 
Une de mes meilleures amies m’a fait un procès pour un peu d’argent… (Howard mentionne le contrat à quelques millions de dollars qu’aurait signé son ex-assistante pour écrire un livre sur elle.) Non, ça ce n’est pas vrai. Mais oh mon dieu ! On a vécu ensemble dans le Lower East Side, on nettoyait mes placards ensemble pour les débarrasser des cafards, et je me retrouve dans la salle où je dois faire ma déposition et je me dis Putain… ! Tout le monde lit la retranscription et pense que tu es une personne horrible… » Howard l’interrompt en lui demandant quel était l’objet du procès. « Pour des heures supplémentaires ! Des heures supplémentaires ! Je suis désolée mais si tu travailles trop, tu peux juste dire : ‘Je travaille trop. Je peux prendre des vacances ?’ Tu n’attends pas que ton contrat soit fini, pour un an plus tard, faire un procès à quelqu’un pour un million de dollars. Émotionnellement, je me disais : ‘J’en ai fini avec les gens. J’en ai fini avec tout. Et pourquoi faire de la musique ? Pourquoi m’exposer comme ça ?’ J’adore faire de la musique, mais je dois te dire quelque chose : Si je n’étais pas une star aujourd’hui, Howard, j’en serais une dans la Rivington Street (Ndlt : Rue où Gaga et ses musiciens de jazz jouaient très souvent, avant la célébrité), et tu pourrais venir me voir chanter pour 5 dollars, je serais toujours là ! Je suis comme ça ! Pour moi, j’avais déjà percé ! Jamais dans ma vie je ne me suis plaint en disant ‘J’aimerais réussir’, alors que quelqu’un venait me voir chanter. Chaque petite chose qui m’est arrivée, chaque petit show que j’ai pu faire, chaque petite chose me faisait dire que j’y arrivais. »

Howard revient sur la trahison de son ex-assistante, supposant que si elle avait parlé à Gaga du trop plein de travail, elle l’aurait écoutée et aidée. « Bien sûr ! Je l’ai déjà aidée avec le travail, je lui ai donné ce travail car elle n’en avait pas et était mon amie, je voulais… Je l’aimais vraiment ! J’aimais aussi vraiment mon ex-manager… J’ai réellement, dans mon coeur, un amour profond pour tellement de personnes de mon passé. » Howard veut alors en savoir plus sur la trahison de son manager (Troy Carter), mais Gaga dit ne pas pouvoir en parler. Il lui demande donc si elle a déjà re-parlé à son ex-assistante, pour savoir la raison de ses actions. « Je sais pourquoi elle a fait ça ! Car elle a dépensé tout l’argent qu’elle avait gagné en travaillant pour moi, et elle est retournée voir ‘papa’ et ne savait pas quoi dire ! »

Elle ajoute que la ‘façon américaine’ de faire de l’argent est de trimer ; elle-même travaille très dur chaque jour et de longues heures, et peut aller se coucher fière de l’argent qu’elle gagne, puisque c’est elle qui l’a gagné, personne ne lui a donné ; et certainement pas son père ! Elle raconte que lorsqu’elle lui a annoncé qu’elle voulait être une rockstar, sa réaction a été : « Bye ! Amuse toi bien ! » Il ne voulait bien évidemment pas payer pour cela.

Gaga finit en disant qu’elle a cessé de penser à tout ce qu’il s’est passé ces dernières années, mais qu’elle veut juste faire passer ce message : « Les temps sont durs en Amérique, tout le monde est très stressé et tout est très négatif (sur Internet, dans les médias…). Je pense que c’est important que nous nous rassemblions tous et nous aidions les uns les autres ; tout le monde se sent mal en ce moment, mais il reste encore quelques bonnes personnes. »

Cependant, Gaga n’a bien sûr pas perdu tous ses amis à cause de la célébrité : « Mon coach vocal, ça fait 20 ans que nous travaillons ensemble ; j’étais justement au téléphone avec lui ce matin. Les assistantes qui travaillent avec moi, l’une d’entre elles est là depuis 5 ans. Nous avons des relations merveilleuses, les autres assistantes sont là depuis 2 ans, nous sommes de très bonnes amies. Mon manager, Bobby, il était avec mon ancien manager mais est resté avec moi ! »


L’isolement qui vient avec la célébrité, et ses conséquences :

Howard lui demande si elle est allée chercher de l’aide, en thérapie par exemple, après toutes ces trahisons, elle confie alors qu’elle avait déjà demandé de l’aide auparavant. « Je ne me sentais pas bien quand j’étais en tournée, je me sentais très isolée. C’est dur de sortir et de ne pas se faire suivre — et que Dieu bénisse mes fans, je les aime, je ne veux pas leur dire de ne pas me suivre, je ne veux pas dire aux paparazzis de ne pas me prendre en photos, j’ai choisi cette vie ! — mais c’est de l’isolement. Si on met quelqu’un dans une cage pendant cinq ans, à un moment donné il commence à devenir fou ! Et j’ai commencé à appeler tout le monde et leur dire, ‘J’ai l’impression que je ne suis mentalement pas capable de parler, je ressens de l’anxiété sociale…’ Je n’arrivais plus à parler aux gens, je trouvais que mes interviews avaient l’air bizarres, que je parlais avec un accent bizarre… Je me disais ‘ce n’est pas comme ça que je parle, pourquoi je parle comme ça ?!’ Puis ce que tu réalises, c’est que tu as été enfermée trop longtemps. Tu as besoin de garder des gens autour de toi qui veulent que tu sois heureuse, qui veulent que tu sortes, qui veulent que tu sentes les roses et voies les arbres, profites de la vie et des choses pour lesquelles tu travailles dur. Pas les gens qui veulent juste que tu continues de travailler et de faire de l’argent. »

Howard revient sur le fait que Gaga ne se reconnaissait plus : « Je regardais mes interviews et me disais : mais pourquoi je parle comme ça ?! Qu’est-ce que je dis ? Je ne savais même pas ce que je disais ! Pourquoi est-ce que je manque autant de confiance ?! Ca ne m’était jamais arrivée avant ! Je devenais folle. Je n’étais pas sortie depuis longtemps, et si je sortais, il y avait des centaines de personnes qui me suivaient avec des caméras partout. Mais Taylor, mon petit ami, c’est le meilleur ! Il m’a soulevée, m’a mise sur sa moto, et m’a emmenée à la plage… Pas de garde du corps — ils me criaient dessus et m’ont appelée toute la journée ! »


Son éventuel mariage avec Taylor :

Il lui demande une fois de plus si un mariage est prévu, car il est curieux et veut savoir s’il est ‘le bon’. « Oh, voyons… Je ne répondrai pas à cette question… Mais c’est le bon ! (Howard lui demande comment elle le sait.) Je le sais… Parce que… J’ai ce sentiment. Je le sais. » Et si Taylor lui demandait de l’épouser, le ferait-elle ? Gaga ne semble pas hésiter une seconde : « Oui ! Oui ! » Howard lui dit alors qu’il voudra être invité, ce à quoi elle rit en ajoutant : « Non ! Tu ne me connais pas très bien si tu penses que je vais avoir un grand mariage ! Si je me marie, ce sera certainement en sortant d’un pick-up et dans une robe David’s Bridal pendant que mon styliste me criera dessus, en essayant de me mettre une perruque blonde sur la tête ! » Elle ajoute qu’Elton John serait très probablement présent puisqu’il serait très énervé s’il ne venait pas ; s’en suit une conversation sur lui et ses enfants (de qui Gaga est la marraine). Elle explique qu’elle appelle très souvent et va régulièrement les voir ; elle est très heureuse car elle pourra les voir encore plus souvent l’an prochain.


L’année qui arrive, l’artRAVE et les concerts pour Cheek to Cheek :

Pour Gaga, l’année qui arrive sera en quelques sortes une année de repos, à part bien sûr la petite tournée de Cheek to Cheek avec Tony (elle révèle qu’ils feront environ 35 dates). C’est d’ailleurs une énorme révélation pour elle, de ne pas faire un show « Lady Gaga » : « C’est incroyable ! Juste chanter ! Wow ! Je ne peux pas y croire, je me réveille et je me dis putain, c’est la meilleure chose du monde ! » Elle explique alors qu’avec ses shows de d’habitude, il y a beaucoup de danseurs, de costumes parfois très lourds, de perruques… Howard lui propose de faire une tournée acoustique, ce à quoi elle semble favorable. « Je veux en faire une. Je vais pouvoir faire tout ce que je veux maintenant. » Il parle également de concerts pour les entreprises, qui rapportent en général beaucoup d’argent ; cependant cela ne donne pas envie à Gaga. « Je pourrais mais… J’aime bien les hommes en costumes, mais ils ne sont pas aussi fun que mes fans ! Mes fans sont… Je dois vous dire, pour ceux qui n’ont pas vu l’artRAVE — c’était comme le Woodstock de la musique électronique, chaque soir. C’était tellement incroyable ! Ils avaient des fleurs dans les cheveux, des paillettes partout, des larmes en maquillage, des costumes, des danses de hippies et de gypsies… C’est tellement amusant ! C’était si magique, et les regarder enlever leurs paillettes et mettre leurs costumes et me voir chanter avec Tony maintenant… Ca montre une telle dimension dans leurs esprits de ce qu’ils veulent entendre de la musique. Ils sont excités d’entendre n’importe quelle musique que ce soit ! »

Howard veut enfin savoir si elle ferait, par exemple, un concert pour une bar mitzvah pour 1 000 $, et il s’étonne lorsque Gaga ne semble pas emballée. Elle explique que l’argent n’est pas du tout ce qui la pousse ; elle gagnerait, certes, un million de dollars grâce à un concert, mais cela représenterait aussi une journée loin de ses parents, de Taylor, et une journée sans écrire de chansons.


Le streaming, l’argent gagné par les artistes :

« L’industrie musicale, pour dire la vérité, est vraiment dans la merde en ce moment. Je pense personnellement qu’on arrive à un point où tout va changer. Le streaming enlève ce qu’il y a de spécial dans la musique. Ca enlève ce qu’il y a de spécial et de sacré dans la musique. » Elle pense que ceci change aussi la façon dont l’artiste est perçu, car comme Howard le souligne, il n’y a qu’à faire quelques clics et tout le travail de l’artiste est à disposition ; tout est trop facile. Elle compare ceci au fast food. Elle pense que les plateformes streaming devraient plus payer les artistes, car l’accès à leur travail est totalement gratuit aux utilisateurs… Mais elle explique qu’en même temps, elle se pose aussi la question : De combien d’argent les artistes ont-ils vraiment besoin ? Elle pense également que l’argent détruit vraiment les artistes. « Tu peux acheter autant de putains d’accessoires que tu veux, tu peux acheter la plus grande scène du monde, tu peux acheter toutes les perruques et tout le rouge à lèvres et les strass que tu veux. Mais si tu n’as pas le talent, le coeur et l’envie, tout cela n’a aucune importance. » Elle ajoute que c’était en quelques sortes un miracle pour elle que sa hanche se soit cassée, car elle s’est rendue compte qu’au moins, elle savait chanter ! Si sa carrière entière était basée sur la danse et la performance, elle aurait tout perdu. Elle révèle aussi qu’elle ne pouvait pas réellement danser comme avant jusqu’à il y a environ 2 mois.


Ses concerts théâtraux :

Howard demande pourquoi elle s’embête avec des grandes scènes, des décors, des costumes, des accessoires et des effets spéciaux, alors qu’elle pourrait seulement chanter. Gaga lui répond alors qu’elle ne déteste pas toutes ces choses, et qu’elle les a choisies lorsqu’elle a commencé dans la pop. Bien sûr aujourd’hui tout le monde utilise ce genre d’atmosphère, de décors impressionnants, mais pour elle il y a aussi une réelle forme d’art derrière tout ceci, derrière les productions de la scène, puisque cela s’apparente au théâtre — son premier amour.


La performance de Swine au SXSW Festival, ses expériences traumatisantes lorsqu’elle était jeune :

La performance de Swine au SXSW Festival est alors mentionnée. « C’était tellement… Tout le monde cherche juste quelque chose à critiquer. Détendez-vous, c’est de l’art ! Mon amie Millie Brown, elle vit à Londres, et c’est sa forme d’art. Elle ne mange pas de la nourriture pour la vomir, elle avale de la peinture — c’est une pétasse hardcore ! Elle avale de la peinture, et elle la régurgite sur des tableaux, sous forme d’arc en ciel et de couleurs. C’est bizarre à regarder, et parfois il y a de la techno en musique de fond, ou parfois quelqu’un chante… » Howard pense alors qu’elle trouvait cela ‘cool’ de montrer ça sur scène. « Non, j’ai écrit une chanson appelée Swine. La chanson parle de viol. La chanson parle de découragement. Cette chanson parle de rage, de furie, de passion. J’avais beaucoup de souffrances que je voulais libérer, et je me suis dit : je veux chanter cette chanson en me lâchant complètement sur la batterie, puis je veux grimper sur un taureau mécanique — c’est, je pense, l’une des choses les plus débilitantes que l’on puisse faire faire à une femme en sous-vêtements, et je veux que cette fille me vomisse dessus devant le monde entier, pour leur dire : Vous savez quoi ? Vous ne pourriez jamais, jamais me dégrader autant que je peux le faire moi-même. Et regardez comme c’est beau lorsque je le fais. »

Howard lui pose alors la question suivante : « Tu fais souvent référence à ça… As-tu été violée par un producteur ? Est-ce ce qu’il s’est passé ? »
Gaga bafouille : « Je ne veux pas… Je ne veux pas… C’est un moment joyeux ! Parlons de choses joyeuses ! » ; elle tourne le sujet à la rigolade.
Howard insiste et lui dit que c’est une question sérieuse, et qu’il ne peut s’empêcher d’y penser après toutes les allusions de Gaga quant aux dangers qui l’entouraient en studio.
Elle finit alors par répondre : « Tu sais, je… J’ai traversé des choses horribles, et j’arrive à en rire aujourd’hui car je suis passée par beaucoup de thérapie mentale, physique et émotionnelle, pour guérir à travers les années. Ma musique a été une grande aide pour moi. Mais, tu sais, j’ai été une coquille vide à un moment donné. Je n’étais plus moi-même. Pour être honnête, j’avais 19 ans. J’allais dans une école Catholique et puis toutes ces choses folles sont arrivées, et je me disais : Oh, c’est comme ça que sont les adultes ?… J’étais très naïve. »

Elle continue : « Ca arrive tous les jours, et c’est très effrayant et triste. Ca ne m’a pas autant affectée sur le moment ou juste après, que 4 ou 5 ans plus tard. Ca m’a vraiment rattrapée. J’étais tellement traumatisée que je me disais, ‘continue’. Car je voulais juste me sortir de là. »

Howard parle alors du fait que les victimes de ce genre d’agressions ne se sentent souvent pas prêtes à en parler avant quelques années, voire même jamais. « Oui, je ne voulais même pas admettre que quelque chose était arrivé. Et je ne veux pas être définie par ça ! Je ne voudrais surtout pas que quelqu’un dise que toutes les choses intelligentes ou créatives que j’ai faites sont toutes réduites à un connard qui m’a fait ça. Je vais prendre la responsabilité de toute la beauté de ma douleur. Tout ce que j’ai fait à partir de mon combat ; c’est moi qui l’ai fait. »

Howard demande si elle a déjà confronté l’homme en question, ce à quoi elle répond par la négative. « Je ne sais pas du tout comment je réagirais, je pense que ça me terrifierait. Ca me paralyserait. Je l’ai vu une fois dans un magasin, et j’étais paralysée par la peur. Car ce n’est qu’un peu plus vieille que j’ai compris que ce n’était pas normal. »
Elle ajoute, révoltée, qu’il n’a pas hésité à dire aux gens qu’ils sortaient ensemble. « En public ! Je me réveille et je vois : ‘Oh, mon ancienne petite amie’, ‘Nous sortions ensemble’ ?! Je ne savais pas que nous sortions ensemble ! Tu avais 20 ans de plus que moi, j’étais une enfant ! En quoi sortions-nous ensemble ?! J’ai mis longtemps à me sentir forte par rapport à ça. »

Elle explique également qu’elle ne l’a dit à absolument personne. Et pendant longtemps, elle ne se l’est même pas avoué à elle-même. « Puis je me suis dit, tu sais quoi… Toutes ces boissons, toutes ces bêtises… Tu dois retourner à la source. Sinon, ça ne s’en ira jamais. Ca ne s’en ira pas. »

Elle finit par revenir au sujet Tony Bennett : « Pouvez-vous imaginer, après tout ce temps, et après tout ça, avoir Tony Bennett ?! Il est tellement aimant — et il n’est pas juste un père ou un grand père, ou un oncle, c’est un ami. Un frère. Il est tout pour moi. Il n’attend rien de moi, à part mon talent et mon amitié. C’est tout ce que j’attendais, depuis le début. Que quelqu’un dise : Wow, tu as une voix magnifique, et je ferais tout ce que je peux pour t’aider. »


Le Cheek to Cheek Tour :

Comme Gaga l’a révélé plus tôt dans l’interview, le Cheek to Cheek Tour devrait avoir environ 35 dates. Ce sera, une tournée mondiale : « Nous irons tout autour du monde ! Nous allions faire seulement quelques dates, mais tout le monde est devenu excité par l’album, donc nous avons dû en prévoir plus ! » Howard s’étonne que Tony puisse faire une telle tournée à son âge, ce à quoi Gaga répond qu’il travaille énormément. Elle parle également de ses pas de danse et la façon dont il tourne sur lui-même, qu’elle adore ! Il lui dit souvent qu’il aurait pu prendre sa retraite il y a 20 ans de cela, mais qu’il n’en a aucune envie, puisqu’il aime véritablement la musique ; cela inspire beaucoup Gaga.


Lush Life :

Avant de chanter Lush Life, Gaga raconte brièvement l’histoire de la chanson, écrite à 19 ans par Billy Strayhorn. Ce n’est qu’après sa mort que son homosexualité a été révélée. Cette chanson est, pour elle, comme s’il pleurait sa future chute. Elle pense donc que, de la même façon, elle pleurait la chute qu’elle allait subir, lorsqu’elle la chantait en étant jeune.


Après sa performance :

Après sa performance, Howard et l’autre journaliste semblent impressionnés. Howard se demande comment elle va pouvoir faire de telles performances pour 35 shows ; Gaga révèle d’ailleurs que le spectacle durera environ 2 heures. Elle explique que c’est simplement ce qu’elle aime faire ; elle prend pour exemple Howard, qui fait de la radio tous les jours car c’est ce qu’il aime ; elle n’en serait pas capable. Elle ajoute qu’elle doit se donner à fond sur chaque performance. « En particulier avec cette musique, on ne peut vraiment pas être égoïste. Quand j’écris mes chansons, c’est moi qui les ai écrites. Mais avec cette musique, je pense à l’histoire de tous les artistes et les compositeurs qui les ont faites, et je pense à Billy Strayhorn, et j’imagine qu’il me regarde du Paradis, quelque part, et je veux rendre justice à ses paroles, à sa musique, et je veux qu’elle vive pour toujours. Car si on honore les artistes qui étaient là avant nous, ceux qui arriveront après nous nous honoreront. »

C’est ensuite Mike, le pianiste de Gaga, qui est invité à parler avec Howard. Il explique qu’elle lui donne des indications très précises et sait exactement ce qu’elle veut ; et que son travail est de la rendre heureuse. Son talent est salué par Howard autant que par Gaga.
Elle parle, pour finir, des musiciens de Tony, qui sont extrêmement talentueux et ont accueilli à bras ouverts ses amis à elle, du Lower East Side, avec qui elle fait du jazz depuis très longtemps. Les musiciens de Tony apprennent donc des choses à cette nouvelle génération de musiciens ; c’est une expérience fantastique.

Traduction : Nattie @Gagavision.net ©

Partagez

31 commentaires on “Lady Gaga chez Howard Stern”

  1. A chaque fois qu’elle va a cette émission radio on a le droit a de vrai entrevue ou on apprend plein de choses. J’espere que ce seras encore le cas. Parce que on commence a le savoir comment tony et gaga se sont rencontré faut aller plus loin la.

    1. Je n’arive pas a trouver de sous titre de l’interview donc je vous le demande y’en a t’il un ? Et est’il vrai que lady gaga vas arrêter la pop ? TwT

  2. L’interview est très intéressante et surtout très touchante quand elle parle de ses amis qui l’ont trahi et surtout de son viol… De plus le live de Lush Life est sublime.

  3. Wow… Cette radio est tellement bien ! C’est pas 15 minutes mais 1h d’interview à chaque fois, et on sent quelle est heureuse de l’a faire (son rire est tellement mignon ça fait plaisir de l’entendre) tres sympa comme interview, 35 dates c’est cool , pas beaucoup mais assez pour faire plusieurs pays. Et sa performance, juste magnifique :)

  4. Superbe interview et magnifique performance sur Lush Life, elle a parlé de tony bien sûr, de la dépression, de son viol, du Cheek To Cheek Tour ect.. comme je suis pas bilingue ya certains passages que j’ai pas tout à fait compris mais je parle bien et comprend bien l’anglais quand même et comme à chaque fois qu’ellepasse chez Howard Stern c’est très intéressant !

  5. Maintenant qu’on a eu les « explications » du viol, j’espère que plus personne ne lui en parlera, dans aucunes interview, émission télé ou autre !

  6. Oh MY GOSHHHHHH !!! Mais comment vous faites ??!!!! Vous êtes la perfection incarnée ! « La perfection n’existe pas », MAJ par le ROBERT ILLUSTRÉ : « La perfection n’existe pas… sauf chez GaGaVision ».

  7. ÉNORME , merci beaucoup pour la traduction, il y a quelques passages que j’avais pas compris donc c’est super :) c’est très gentille à elle de se livrer comme ça, j’espère maintenant les voir en France pour la tournée et quelle soit toujours heureuse comme elle l’est grace à Tony !

  8. merci merci merci !!!!. C’est tout simplement une des meilleurs entrevue de gaga. Comme a chaque fois chez Howard, on apprend vraiment plein de choses.

    Mais en même temps, j’ai un petit malaise. Howard n’y va pas avec le dos de la cuillère, il pose des questions sans détour sur des sujet très serieux. C’est ce qui fait la force de son emission, mais en même temps ca oblige l’invité a dire des choses qu’elle ne voullais peut-être pas dire.

    Maitenant j’ai peur qu’a chaque entrevue on lui parle de son viol :S

  9. Merci pour cette traduction ! C’est une interview vraiment très intéressante, j’avais loupé plein de détails quand je l’avais écouté en anglais !
    Franchement vous êtes incroyable l’équipe de Gagavision, vous auriez pu faire un simple résumé en citant tous les termes abordés mais non vous avez fait une vrai résumé détaillé, un travail énorme ! On comprend pourquoi vous aimez gaga voud êtes des bosseurs comme elle !

    1. Merci beaucoup c’est gentil :) justement beaucoup de détails nous échappent en général à l’écoute donc il valait mieux retranscrire en détails, pour ne pas trahir sa pensée puisque des choses assez importantes sont dites dans cette interview :)

  10. C’est sûr sur que cette interview est très importante je l’ai fais lire à des gens qui n’aimaient pas lady gaga y ont « J’aime pas trop ce qu’elle fait mais on peut pas lui reprocher d’être vraie » . C’est horrible n’empêche je savais que dans l’industrie de la musique c’était de pire en pire mais je pensais pas que la majorité des producteurs étaient des pervers .. elle a bien fait de le dire même si ça a du être dur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *