Couverture de Entertainment Weekly MAJ : ajout de la traduction


Cliquez sur la photo pour la voir en HQ
La promotion du film A Star is Born, dont la sortie est prévue pour le 3 octobre prochain en France, est en marche ! Gaga et son partenaire Bradley Cooper feront la couverture du magazine hebdomadaire américain Entertainment Weekly du 17 au 24 août. Une courte vidéo issue de l’entrevue est disponible ci-dessous :

MAJ du 10/08/2018: Retrouvez ci-dessous la traduction de l’article disponible à ce jour.

LIRE L'ARTICLE
Bradley Cooper était prévenu. Ses amis ont voulu décourager la star d’American Sniper de choisir A Star is Born pour ses débuts de réalisateur. Mis à part le fait qu’il s’agit d’une poignée de prises d’une romance tragique, le projet était bloqué depuis des années à Hollywood, attirant des réalisateurs et stars comme Clint Eastwood ou Beyoncé respectivement. « Beaucoup de gens m’ont dit, ‘S’il te plait, ne fais pas ça’ – des gens que je respecte et pour qui je compte, » dit Cooper, 43 ans, lors d’un après-midi chaud sur les collines d’Hollywood, alors qu’on l’interviewe pour la couverture du Entertainment Weekly de cette semaine. « Je savais que cela serait la fin de tout si cela ne marchait pas. ‘Qui est ce mec qui fait la quatrième version de ce film ? Mais tais-toi donc.’ Mais je ne pouvais pas renier ce que je ressentais au fond de moi, et c’est pourquoi je voulais faire ce film. Ça a provoqué quelque chose en moi. » L’acteur reconnait que l’histoire s’est construite en lui depuis son enfance. « J’écrivais des chansons – c’est la première fois que je dis ça, » révèle Cooper. « J’entendais des couplets et des chansons dans ma tête lorsque j’étais gosse. Et j’en ai écrit quelques-unes. J’avais entre 8 et 19 ans. Alors je savais qu’il y avait quelque chose que je n’avais pas réalisé et que peut être je pourrais le faire dans un film.
 
Le Born de Cooper, qui sortira le 5 octobre, dépeint la relation tumultueuse entre la rock star alcoolique Jackson Maine et la chanteuse-compositrice naissante Ally, jouée par l’icône de la pop Lady Gaga, 32 ans. Alors que Jackson s’enfonce dans l’addiction, Ally fait son chemin vers l’ultra-célébrité. Tout comme Jackson aide Ally à percer, Cooper a mené Gaga vers sa performance la plus accomplie et dramatique à ce jour. « Cela m’a changé, » dit Gaga de Born. « Regarder Bradley travailler était phénoménal et qu’il croit en moi m’a donné plus de munitions pour croire en moi et je suis tellement reconnaissante d’avoir vécu cette expérience. »
 
Cooper, qui a aussi co-écrit le script avec Eric Roth et Will Fetters, a remodelé l’histoire en une épopée rock exaltante et émouvante avec des performances électriques tournées lors de vrais festivals comme Coachella et Glastonburry. « Je n’ai jamais voulu être dans la foule, » dit Cooper de sa décision d’avoir les caméras sur scène avec les acteurs. « J’ai toujours voulu que les spectateurs ressentent ce que cela ferait d’être la personne qui performe. »
 
Born présente une bande originale excitante (dont les collaborateurs incluent le producteur Mark Ronson, le chanteur Jason Isbell, le fils de Willie Nelson – Lukas), la meilleure performance de la carrière de l’acteur, et – oui – un rôle redéfinissant la carrière de Gaga. Le film, dont la première mondiale aura lieu au Festival du Film de Venise, a déjà généré des discussions pour d’éventuelles récompenses pour les deux premiers rôles. « Je pense que la raison pour laquelle le film est si excellent, c’est parce qu’ils ont fait un deal dès le début, » explique le producteur Bill Gerber (Gran Torino). « Elle a dit, ‘Les gens vont croire que tu es une rock star’. Et il a dit, ‘Les gens vont croire que tu es une actrice.’ Ils ont tous les deux accomplis ce qu’ils avaient dit. »
 
L’alchimie du duo à l’écran et hors écran est indéniable, tout comme leur lien. « Je pense que la plus grande chose que j’ai apprise est que le ciel est la limite si tu trouves un compagnon artistique, et que tu as un projet, » dit Cooper sur le fait de travailler avec Gaga. « Il n’y a pas de rêve trop grand. Ce que les gens peuvent faire ensemble est bien plus puissant que ce qu’ils font tout seuls. » Gaga continue : « Je pense que ce que j’ai appris de Bradley, c’est que c’est ok d’être implacablement sûr de ta vision, de la poursuivre avec chaque fibre de ton être, de ne jamais arrêter d’être méticuleux dans ce que tu fais. Parfois, en tant qu’artiste, je me remets en question lorsque je me demande ‘Est-ce que je tire la corde ? Est-ce que je détricote toute la couverture ? Est-ce que je dois arrêter ?’ Cela a changé la manière dont je travaille aujourd’hui. »

MAJ du 27/08/2018: Retrouvez ci-dessous les scans et la traduction de l’interview complète de Lady Gaga et Bradley Cooper !

LIRE L'INTERVIEW

Est-ce que vous vous connaissiez avant de commencer à travailler sur A Star Is Born ?
Bradley Cooper : Non. On s’était juste croisé il y a quelques années au Saturday Night Live.
Lady Gaga : On en rigole lorsqu’on voit des photos en se disant qu’on était à, quoi, 60 centimètres l’un de l’autre sans se parler.
Cooper : La vie est marrante. C’est comme de se dire « Dans cinq ans vous serez inséparables. »
 
Gaga, avez-vous passé une audition pour jouer Ally ?
Gaga : Oui. J’ai fait un test pour le film.
Cooper : Nous avons tourné 10 pages de scénario en un jour dans sa maison. On était rapide comme l’éclair et elle s’est donnée à fond dans le processus. Et tout le monde ne peut pas faire ça – 10 pages en huit heures.
Gaga : On s’est assis au piano chez moi et je l’ai entendu chanter, et je me rappelle avoir arrêté de jouer. Je lui ai dit « Oh mon dieu, Bradley, tu sais chanter. » Et on a continué. Avant même de nous en rendre compte, nous étions en harmonie. Et il nous a filmé en train de faire ça. Nous avons un enregistrement de la première fois où nous avons chanté ensemble.
Cooper : C’est sur mon telephone. Lorsque je le regarde aujourd’hui, je me dis « Oh mon Dieu. Comment a-t-elle pu dire oui ? Je ne suis pas si bon. »
 
Avez-vous ressenti une alchimie immédiate ?
Cooper : Dès qu’on s’est rencontré.
Gaga : C’est un de ces trucs. Et puis on est tous les deux de la côte Est.
Cooper : Nous avons tous les deux eu une éducation italienne. Nos familles sont très similaires.
Gaga : Avant de m’en rendre compte, je lui faisais des spaghetti et des boulettes de viande. C’était normal. J’étais prête à faire n’importe quoi pour leur montrer, au studio et à lui, que j’avais ce qu’il fallait pour ce rôle.
Cooper : Elle n’avait pas à me le montrer. Nous avions pris la décision la première fois chez elle que nous voulions faire le film ensemble. Nous nous sommes serré la main et on s’est dit « Ok c’est parti, » et nous avons commencé ce long voyage. Elle sait tout de moi – absolument tout. Il n’y a rien qu’elle ne sache pas, et je crois que c’est réciproque.
 
Gaga, avez-vous soumis Bradley à l’entrainement intense des rockstars pour qu’il joue Jackson ?
Gaga : Je ne dirais pas que je lui ai imposé – je dirais que c’est lui qui a fait le travail. Il était tout le temps dans le studio avec nous et sans moi très souvent. [Les collaborateurs musicaux de Born inclus le producteur Mark Ronson, le chanteur Jason Isbell, et le fils de Willie Nelson, Lukas.] Ce que je voulais plus que tout pour lui était qu’il découvre qu’il était déjà musicien et qu’il fallait juste que ça sorte.
Cooper : J’ai grandi en adorant la musique. J’ai aussi toujours ressenti que j’avais six personnages en moi et que l’un d’eux est musicien. J’adorais chanter en privé. Je me suis dit « Peut-être qu’un jour je pourrais en faire quelque chose. » C’est sa confiance en moi qui m’a permis de me trouver.
 
Bradley, d’où vous vient la voix de Jackson ? C’est presque un grognement rauque.
Cooper : Je savais que je voulais faire baisser ma voix d’un octave. Alors j’ai embauché [le coach dialectal] Tim Monich très tôt – environ un an avant qu’on ne tourne le film. Il a déménagé à L.A. et nous avons travaillé cinq jours par semaine, quatre heures par jour sur des exercices pour faire baisser ma voix. C’était brutal, et cela a pris des mois et des mois. J’ai pris comme exemple Sam Elliott [qui joue Bobby, le frère de Jackson] car je ne voulais pas que [Jackson] soit seulement un musicien de country et je ne voulais pas qu’il ait un accent. Sam a grandi en Californie et sa mère est du Texas, alors il a cette géniale voix hybride.
 
Alors que Bradley a dû faire appel à son attitude rock, Gaga, vous avez dû vous défaire de tout cela pour performer comme quelqu’un qui n’est pas habitué aux projecteurs. Comment avez-vous fait ?
Gaga : Tout d’abord, ça a commencé par une lingette à démaquiller que m’a tendu Bradley, pour enlever tout le maquillage de mon visage. On a donc fait ça. Je me suis teint les cheveux en ma couleur naturelle, qui est ce brun souris que Ally a dans le film. Pour être honnête, j’avais vraiment peur de monter sur scène avec Jackson Maine car j’y allais aussi avec Bradley Cooper. A ce moment, j’étais très consciente d’être dans le sillage d’un être humain extrêmement talentueux.
 
Vous avez tourné dans de vrais festivals comme Glastonbury, Stagecoach, et Coachella. Gaga, vous étiez tête d’affiche à Coachella en tournant simultanément A Star Is Born.
Cooper : Elle tournait, faisait son show, et tournait de nouveau.
Gaga : Bradley me disait “Comment tu vas faire ?” Et je disais, « T’inquiètes. Ally va faire Coachella. » Lorsque je repense à Coachella, c’est plus Ally pour moi.
Cooper : En vérité, nous avons fait ce film avec un très petit budget, et elle nous a permis de tourner la semaine à Coachella. [Les installations] étaient toujours en place donc on avait la main sur tout l’espace, toutes les scènes durant cinq jours. Ce sont les premières choses que l’on a tournées. C’était incroyable car c’était la première fois que je chantais sur scène avec elle. Je n’arrivais pas à croire à quel point c’était facile.
Gaga : C’était tellement facile. Et c’était en direct. J’étais tellement excitée qu’il veuille faire toute la musique et enregistrer nos voix en direct. Lorsque je regarde un film avec de la musique, ce que je déteste le plus est de voir quelqu’un commencer à chanter en faisant du playback.
Cooper : On a tourné Stagecoach en huit minutes entre Jamey Johnson et Willie Nelson, et Glastonbury était un truc de fou. On était devant 80.000 personnes. Kris Kristofferson a été assez gentil pour nous donner quatre minutes de son set. J’ai chanté, joué de la guitare en solo, et j’ai dit « Mesdames et Messieurs, Kris Kristofferson. »
 
Est-ce que lui et Barbra Streisand, sa co-star de A Star Is Born, sont venus sur le plateau ?
Cooper : Il est venu le jour où nous avons tourné au Château Marmont et il est resté cinq heures avec sa femme.
Gaga : J’ai éclaté en sanglots lorsque je l’ai vu. Barbra est venue sur le plateau et elle a regardé une partie du film.
Cooper : Elle nous a donné sa bénédiction. Tout le monde était tellement excité qu’elle soit là. On s’est regardé l’un et l’autre et on s’est dit « Wow. Comment s’est possible qu’on soit là maintenant ? »
 
Il y a un moment vraiment magnifique où Ally chante une merveilleuse ballade au Shrine Auditorium de Los Angeles. Parlez-moi un peu du tournage.
Gaga : Ma très, très, très chère amie Sonya est morte du cancer ce jour-là. Nous étions censés tourner 30 minutes plus tard, et j’ai quitté le plateau car son mari m’a appelé et je pouvais l’entendre elle dans le fond, je suis montée dans la voiture et j’ai roulé. Je l’ai manquée de 15 minutes et elle est morte. Je me suis allongée avec elle, son mari, leur chien, et son fils à lui… Lorsque je suis revenue, Bradley a été si gentil avec moi et on en a parlé. J’ai chanté la chanson. Il me disait « Tu n’as pas à faire ça. C’est bon. » Tout ce que je voulais faire, c’était chanter. Je n’oublierai jamais ce jour. C’était une scène vraiment spéciale, et je me souviendrai toujours de ce moment.
 
Le film est une histoire d’amour, mais c’est aussi le portrait puissant d’un homme qui se bat contre une addiction et la dépression, des sujets très actuels en ce moment. Qu’espérez-vous que les gens en retirent ?
Cooper : En définitive, ce serait merveilleux que cela puisse conférer une compréhension de la détresse humaine. Je sais que c’est pour cette raison que je voulais raconter cette histoire, afin de m’aider à comprendre moi-même. C’est aussi pour qu’on reconnaisse qu’un traumatisme est réel, et que des évènements traumatiques arrivés spécialement lorsqu’on est jeune peuvent avoir des répercussions si on ne fait rien, si on ne reçoit pas d’aide.
 
Ally parle à un moment du fait que les gens de l’industrie ont voulu la pousser à se faire refaire le nez. Gaga, avez-vous déjà été confrontée à ce genre de regard et de jugement dans votre carrière ?
Gaga : Oh oui. Lorsque j’ai écrit mes premiers hits, les gens essayaient de prendre mes chansons pour les donner à d’autres gens. Je me cramponnais désespérément à elles, en me disant « J’ai enfin écrit un hit. Je ne peux pas l’abandonner. » Je n’étais pas la plus jolie fille dans la pièce. J’étais un peu bizarre, et j’aimais être bizarre. Je n’aimais pas être sexualisée de la manière dont les pop stars ou les groupes de pop l’étaient. J’étais mon propre truc. C’est déchirant car on se demande « Pourquoi je ne leur suffis pas ? »
 
Vous avez aussi été très honnête avec votre combat contre vos douleurs chroniques et la fibromyalgie. Comment cela s’est passé durant le tournage ?
Gaga : Il y a des hauts et des bas, mais vous savez quoi ? J’ai un réalisateur, ami et acteur principal incroyable, et il était à mes côtés en permanence et nous avons réussi.
 
Est-ce le début d’une collaboration créative continue, comme Tracy et Hepburn ?
Cooper : Ce serait génial.
Gaga : Si j’ai assez de chance.

Partagez

3 commentaires on “Couverture de Entertainment Weekly MAJ : ajout de la traduction

  1. Ils sont beaux et cette interview me donne vraiment envie d’aller voir le film
    Avant de voir la bande annonce j’attendais uniquement le film pour les nouvelles chansons de gaga car j’avais vraiment peur que ce soit un énième navet américain mais je me disais que bradley cooper et lady gaga ne laisseraient pas faire ça !
    Après la bande annonce je me suis dit « Ok la qualité de ce film à l’air 1000 fois supérieure à mes attentes » et ils sont super crédibles à l’écran !
    Après cette interview j’attends un tout, le film, les chansons, comment va jouer gaga avec un acteur de talent qu’est bradley cooper, etc. Je suis vraiment impatient de voir le résultat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *