Lady Gaga en couverture de ELLE US Ajout de la traduction !

Lady Gaga vient de dévoiler la superbe couverture (cliquez pour voir en entier) du magazine ELLE US du mois de décembre qui la met à l’honneur, en photos et en interview !

Gaga s’est en effet confiée à Oprah Winfrey – qui l’avait déjà interviewée en 2010 dans le cadre du Oprah Winfrey Show – sur de nombreux sujets : santé mentale, importance de la bienveillance dans le monde, relation avec Bradley Cooper, A Star Is Born, sa fibromyalgie, etc.

Retrouvez ci-dessous l’interview complète en anglais et en français :

Lire l'article (VO) : In Lady Gaga's Haus, All Are Welcome !

Once again, Lady Gaga has proven she is the queen of her own castle, now adding Haus Laboratories, her makeup line, to groundbreaking accomplishments in music and film. In a recent meeting of the first-name-only-required greats, Gaga spoke to Oprah, the original multifaceted female mogul and an early champion of emotional well-being, about her exponential career path and her battles with mental health issues.

The two women consider it a personal quest to lift the stigma and shame that can surround mental illness, and the role that each has played in opening up the global dialogue is undeniable: Oprah teamed up with Prince Harry earlier this year to create a documentary series exploring the issue (out in 2020), and Gaga was invited to meet with Prince William in London to discuss mental health initiatives they could work on together, but was unable to attend as she needed to be with her doctors. Here, Gaga opens up to her hero about her personal growth from both pain and kindness.

Oprah: I first interviewed you almost 10 years ago in 2010 on The Oprah Winfrey Show, and I could see then and feel, energetically, you blossoming into yourself. You were at this moment where you were wide open to your own self-discovery and self-expression. How have you become more of yourself in the past 10 years?
Lady Gaga: I think as my career has grown and changed and I’ve done different things, I’ve become very mindful of my position in the world and my responsibility to humanity and to those who follow me. And I consider myself to be a kindness punk. I look back at everything I’ve done, and I look at what I’m doing now, and punks, you know, have a sort of reputation for being rebellious, right? So for me, I really view my career, and even what I’m doing now, as a rebellion against all the things in the world that I see to be unkind. Kindness heals the world. Kindness heals people. It’s what brings us together—it’s what keeps us healthy.

When you look back on the past 10 years, at what moment do you feel that you were most able to express that kindness heals all things?
I think it really started with my relationship with my fans. Looking out into the audience and seeing so many people who were like me, people who felt different, who didn’t feel seen or understood. And then also seeing a lot of kids who felt afraid to be open about who they were, it became sort of an existential experience for me, where I thought about what it means to be an individual—I wanted to fight for those individuals. I actually said this the other day on social media. I said, “I didn’t do this for fame, I did it for impact.” And that’s the truth. I recognized very early on that my impact was to help liberate people through kindness. I mean, I think it’s the most powerful thing in the world, particularly in the space of mental illness.

Have you known that since you were at NYU’s Tisch School of the Arts, and dropped out after a year, and then pretended to be your own manager and hauled your keyboard from gig to gig—you knew it then, right?
Well, that was a bit cunning. I don’t know that that was completely kind. But I learned from my mom, Oprah. When I would come home from school, if I was bullied, she would always say, “Kill them with kindness.” And maybe “kill them” is an aggressive way of saying it, but, you know, she meant it in the kindest of ways. What she meant was, “Don’t fight fire with fire; fight fire with water.”

I want to say I think the thing that you have done the most with, and the best, in a way that now the whole world is sort of coming to understand—we see it all through social media—was starting the Born This Way Foundation. You were making a statement to people that however you are is how you’re supposed to be. I want to know what advice you have for people who are still afraid to be themselves, who are living a false life.
I think I would say that, truthfully, it’s not false. If you are not yet out in the open about who you are, I would have compassion for yourself that you’re not ready yet, and take steps every day.

That really is kind.
You know, it’s very easy to say to someone, “Be brave,” but it’s not so easy to practice. I mean, if you feel shame for who you are, and you don’t feel supported by people around you, you’re afraid. Shame is powerful. But give yourself time. Allow yourself to take little bites every day. That’s what I would say: Take little bites of bravery. I wouldn’t say it’s a false life. I would say that’s a reality, and that reality can change. That’s actually also why I made Haus Laboratories, truthfully.

Let’s talk about this. What made you feel ready to become a beauty entrepreneur?
I wanted to do it because (a), I had the time—I wanted to put everything into it, which I do with everything that I do. I don’t just put a company together, hire a staff, and have them do it. I said this the other night at our launch: “My fingerprints are all over this. It’s a crime scene.” And (b), I felt that I had the platform and had built the foundation around what I stand for, so that when this company came out, it would be a rebellion in a kind way against the status quo of beauty as it is today, which is in many ways on social media, a competition. It’s a beauty pageant in a lot of ways. This company exists in an influential space in culture where we say, “Our Haus. Your Rules.” And everyone is welcome—all gender identities.

So that’s the mission of the line, to be inclusive of all gender identities?
All gender identities, all racial identities, everyone, every age. This is for everyone.

Aren’t you constantly amazed at the power beauty has to uplift people? I just remember being in a hospital where women were getting their fistulas mended in Ethiopia and we were handing out lipsticks, and they were literally trying to crawl out of bed to get to them.
It’s very powerful, and I felt so just not beautiful when I was young, and when I left college, my parents were not very pleased with me at the time. I said I wanted to be a musician. I worked three jobs, paid my own rent, and went to the drugstore to buy makeup. I experimented with color, and I looked at myself in the mirror, and I literally made myself. I invented Lady Gaga. And it made me feel strong, it made me feel powerful. I’ve suffered from depression since I was a little girl, but oh my goodness, the superhero that flew out of me, it was like Clark Kent and Superman—it gave me wings to fly. And that’s also why I refused to change. As my career progressed, even before I was famous, when people would say, “Oh, the makeup, there’s too much makeup. It’s over the top, blah, blah, blah,” I would be like, “This is my life force. This is what helps me fly.”

I’m wondering, Do you still feel pressure to constantly outdo yourself? Is it a shackle on you in any way?
Not anymore. I used to, though. Oprah, I’ve got to level with you 100 percent: I used to try to wrap my brain as heavy as I could around what I could do to…. Instead of being shocking (I used to say “shock art” or “performance art”), I would use the word “bemuse,” which is basically putting the audience in a state of confusion where they can’t look away. I used to just go, “What am I going to do next to get people’s attention?”

After the meat dress, did you feel that way: “Where do I go from here?”
Well, the meat dress, quite frankly, I didn’t think it was going to be as shocking to everyone as it was. But that’s just me. I have a sort of eccentric brain, so for me, I was like, Of course this makes sense. I’m showing up to make a statement about “Don’t ask, don’t tell.” I went to the event with soldiers who were discharged from the army because they were out, or they were found out, and to me, if you’re willing to give up your life for your country, does it matter what your sexual orientation is or what your gender identity is? For me, it was like, “Flesh is flesh,” so that was the intention of the meat dress. For me, that wasn’t shocking; it was shocking to the world. And I have to say, it was quite recently—after doing A Star Is Born, and working with Bradley Cooper, and my experience even with winning an Oscar—I sort of just went to myself, “You have a much greater mission on this earth than to freak the hell out of people. Your mission is to give people a form of love through your art that lifts them up.”

I have to ask you one question about Bradley. I was sitting in Bradley’s kitchen the other day, and he was taking care of his daughter, and we ordered takeout, and it was just wonderful to see him lean into the dad thing.
He’s a beautiful father.

Isn’t he a beautiful father? He’s all the way in. We were talking about all the rumors about you guys last year. He said if they had been true, he never would have been able to look you in the eye sitting at that piano.
Absolutely. Absolutely.

He said his Catholic guilt would have never let him be able to look you in the eye at that piano. How did you feel about all of that at the time? You handled it so well.
Quite frankly, I think the press is very silly. I mean, we made a love story. For me, as a performer and as an actress, of course we wanted people to believe that we were in love. And we wanted people to feel that love at the Oscars. We wanted it to go right through the lens of that camera and to every television that it was being watched on. And we worked hard on it, we worked for days. We mapped the whole thing out—it was orchestrated as a performance.

You were orchestrating it as a performance to evoke exactly what it did.
It did. In truth, when we talked about it, we went, “Well, I guess we did a good job!”

So well received. You put so much energy into that film, and then it became one of the biggest movies of the year. What was it like when it was all over? How did you say goodbye to the character of Ally and the whole experience?
Well, actually, the character of Ally stayed with me for a long time. I had to relive a lot of my career doing that role. I don’t know how you feel when you’ve acted, but for me, I don’t view it as filming a movie. I film it as living the character, and it’s a moment in my life, so I relived it all again, and it took a long time for it to go away. When I won the Oscar for “Shallow,” I looked at it, and a reporter asked me, “When you look at that Oscar, what do you see?” And I said, “I see a lot of pain.” And I wasn’t lying in that moment. I was raped when I was 19 years-old, repeatedly. I have been traumatized in a variety of ways by my career over the years from many different things, but I survived, and I’ve kept going. And when I looked at that Oscar, I saw pain. I don’t know that anyone understood it when I said it in the room, but I understood it.

The pain that you had taken to get there. Because when you’re raped, particularly repeatedly and at that age, you would have PTSD for years about that.
I have PTSD. I have chronic pain. Neuropathic pain trauma response is a weekly part of my life. I’m on medication; I have several doctors. This is how I survive. But you know what, Oprah? I kept going, and that kid out there or even that adult out there who’s been through so much, I want them to know that they can keep going, and they can survive, and they can win their Oscar. I would also beckon to anyone to try, when they feel ready, to ask for help. And I would beckon to others that if they see someone suffering, to approach them and say, “Hey, I see you. I see that you’re suffering, and I’m here. Tell me your story.”

Which is the greatest gift I think we can give each other. I mean, that’s why I think Avatar and James Cameron is one of the wizards of our generation: because of that message, “I see you.” There is nothing more powerful than that.
There really isn’t. I’ve actually not opened up very much about this, but I think it’s an important thing for people to know and hear: I was a cutter for a long time, and the only way that I was able to stop cutting and self-harming myself was to realize that what I was doing was trying to show people that I was in pain instead of telling them and asking for help. When I realized that telling someone, “Hey, I am having an urge to hurt myself,” that defused it. I then had someone next to me saying, “You don’t have to show me. Just tell me: What are you feeling right now?” And then I could just tell my story. I say that with a lot of humility and strength; I’m very grateful that I don’t do it anymore, and I wish to not glamorize it. One thing that I would suggest to people who struggle with trauma response or self-harm issues or suicidal ideation is actually ice. If you put your hands in a bowl of ice-cold water, it shocks the nervous system, and it brings you back to reality.

Have you also used DBT therapy?
I actually have a teacher; I take dialectical behavioral therapy. I think that DBT is a wonderful, wonderful way to deal with mental health issues.

I ask because I’ve had so many girls at my school [the Oprah Winfrey Leadership Academy for Girls in South Africa] struggle with this.
It’s a really strong way of learning how to live, and it’s a guide to understanding your emotions.

It needs to be a much bigger conversation. I want to know, What did you once believe was insurmountable, and in the end, you realized, the solution was so easy?
I once believed that there was no way back from my trauma. I really did. I was in physical, mental, and emotional pain. And medicine works, but you need medicine with the therapy for it to really work, because there’s a part that you have to do yourself.

Is this suffering from your fibromyalgia?
It is. Although there are many different theories about fibromyalgia—for me, my fibromyalgia and my trauma response kind of go hand in hand. The fibro for me is a lighter pain; the trauma response is much heavier and actually feels the way I felt after I was dropped on a street corner after I’d been raped repeatedly for months. It’s a recurring feeling. So I had a psychotic break at one point, and it was one of the worst things that’s ever happened to me. I was brought to the ER to urgent care and they brought in the doctor, a psychiatrist. So I’m just screaming, and I said, “Could somebody bring me a real doctor?” And I didn’t understand what was going on, because my whole body went numb; I fully dissociated. I was screaming, and then he calmed me down and gave me medication for when that happens—olanzapine.

I’m familiar with it. I have hundreds of girls, so there’s nothing you can tell me I haven’t been through or experienced.
Yeah, so I take methocarbamol, and olanzapine, which is probably the most important—it helped me that day, and that man and all my friends, they saved my life.

This is my last question: What do you believe life is asking of us?
I believe life is asking of us to accept the challenge. Accept the challenge of kindness. It’s hard in a world the way that we are; we have a very, very grave history. We’re in trouble, and we have been before. But I think life asks us amid these challenges, this hatred, this tragedy, this famine, this war, this cruelty: Can you be kind and can you survive?

Lire l'article (VF) : Dans la Haus de Lady Gaga, Tout le monde est Bienvenu !

Une fois de plus, Lady Gaga a prouvé qu’elle est la reine de son propre château, en ajoutant désormais Haus Laboratories, sa ligne de maquillage, à ses réussites innovantes dans le monde de la musique et du cinéma. Dans un entretien récent entre grandes dont-le-prénom-suffit, Gaga a discuté avec Oprah, magnat originelle aux multiples facettes et championne précurseuse du bien-être émotionnel, de sa carrière exponentielle et de ses combats contre les problèmes de santé mentale.

Les deux femmes considèrent que c’est leur quête personnelle de lever la stigmatisation et la honte qui peuvent entourer la maladie mentale, et le rôle que chacune a joué dans l’ouverture du dialogue est indéniable : Oprah a fait équipe avec le Prince Harry plus tôt cette année en créant une série documentaire explorant ce problème (disponible en 2020), et Gaga a été invitée à rencontrer le Prince William à Londres pour discuter des initiatives sur la santé mentale sur lesquelles ils pourraient travailler ensemble, mais elle n’a pas pu s’y rendre car elle devait rester auprès de ses médecins. Dans cet entretien, Gaga s’ouvre à son héroïne au sujet de son développement personnel issu à la fois de sa douleur et de sa bienveillance.

Oprah : Je t’ai interviewée il y a presque 10 ans, en 2010 pour le Oprah Winfrey Show, et, à l’époque, je t’ai vue et sentie, énergiquement, éclore en celle que tu es aujourd’hui. Tu étais grande ouverte à la découverte de toi-même et de ton expression. Comment es-tu devenue toi-même au cours de 10 dernières années ?
Lady Gaga : Je pense qu’en même temps que ma carrière a grandi et évolué et que j’ai fait différentes choses, je suis devenue plus attentive à ma position dans le monde et à ma responsabilité envers l’humanité et ceux qui me suivent. Je me considère comme une punk de la bienveillance. Je repense à tout ce que j’ai fait, à ce que je fais actuellement, et les punks, tu sais, ont la réputation d’être des rebelles, n’est-ce pas ? Alors, je vois vraiment ma carrière, et ce que je fais maintenant, comme une rébellion contre toutes les choses dans le monde qui ne sont pas bienveillantes. La bienveillance guérit le monde. Elle guérit les gens. C’est ce qui nous rassemble – ce qui nous permet de rester sains.

Lorsque tu repenses aux 10 dernières années, à quel moment ressens-tu que tu as été la plus capable de dire que la bienveillance guérit tout ?
Je pense que ça a vraiment commencé avec ma relation avec mes fans. Regarder dans le public et voir tellement de gens comme moi, des gens qui se sentent différents, invisibles ou incompris. Et en voyant tous ces gosses qui avaient peur d’être ouverts sur qui ils sont, c’est devenu une expérience existentielle pour moi, je me suis mise à réfléchir à ce que signifiait être un individu – je voulais me battre pour ces individus. Je l’ai dit l’autre jour sur les réseaux sociaux. « Je ne l’ai pas fait pour la célébrité, je l’ai fait pour l’impact [que ça aurait]. » Et c’est la vérité. J’ai réalisé très tôt que mon impact était d’aider à libérer les gens grâce à la bienveillance. Je pense que c’est la chose la plus puissante au monde, spécialement dans le domaine de la santé mentale.

Tu as fait la NYU’s Tisch School of the Arts, tu as abandonné au bout d’un an, puis tu as fait semblant d’être ton propre manager et tu as traîné ton clavier de concert en concert – est-ce qu’en ces moments-là, tu t’en étais déjà rendue compte ?
Eh bien, pas tout à fait. Je ne sais pas si j’étais totalement bienveillante. Mais j’ai appris à l’être avec ma mère, Oprah. Lorsque je rentrais de l’école, si j’avais été malmenée, elle me disait « Tues-les avec bienveillance. » Peut-être que « tuer » est un peu agressif, mais elle voulait dire ça de la manière la plus gentille qui soit. Ce qu’elle voulait dire était « Ne combats pas le feu par le feu ; combats-le avec de l’eau. »

Je trouve que la plus belle chose que tu aies faite, et qui a permis au monde entier de commencer à comprendre – on le voit à travers les réseaux sociaux – c’est lancer la Born This Way Foundation. Tu as ainsi déclaré aux gens que quel que soit ce qu’ils sont, c’est ce qu’ils étaient censés être. Je voudrais savoir quel conseil tu donnerais aux gens qui ont toujours peur d’être eux-mêmes, qui vivent une vie mensongère.
Je leur dirais, honnêtement, que ça n’a rien de mensonger. Si vous n’êtes pas encore ouvert à qui vous êtes, j’aurais de la compassion pour vous car vous n’êtes pas encore prêts, et vous faites un pas en avant chaque jour.

C’est vraiment très gentil.
Tu sais, c’est facile de dire à quelqu’un « Sois courageux », mais ce n’est pas si facile à mettre en pratique. Si vous avez honte de qui vous êtes, et que vous n’êtes pas soutenu par votre entourage, vous avez peur. La honte est puissante. Mais donnez-vous du temps. Autorisez-vous à prendre un petit morceau chaque jour. C’est ce que je dirais : Prenez un petit morceau de bravoure. Je ne dirais pas que c’est une vie mensongère. Je dirais que c’est une réalité, et que la réalité peut changer. C’est aussi pour ça que j’ai créé Haus Laboratories, sincèrement.

Parlons-en justement. Comment as-tu senti que tu étais prête à devenir une entrepreneuse de la beauté ?
Je voulais le faire parce (a) j’avais le temps – je voulais le faire à fond, comme c’est le cas avec tout ce que je fais. Je ne fais pas que monter une entreprise, embaucher du personnel, et les laisser faire le travail. Je l’ai dit lors de la soirée de lancement : « Mes empreintes sont partout. C’est une scène de crime. » Et (b), j’ai senti que j’avais la plateforme et que j’avais construit les fondations de ce pour quoi je me bats, si bien que lorsque la ligne sortirait, ce serait une rébellion contre le status quo de la beauté d’aujourd’hui, qui n’est ni plus ni moins sur les réseaux sociaux qu’une compétition. C’est un vrai concours de beauté. Cette entreprise existe dans un espace d’influence de la culture où nous disons « Notre Haus. Vos règles. » Et tout le monde est le bienvenu – toutes les identités de genre.

Alors c’est la mission de cette ligne, d’être inclusive envers toutes les identités de genre ?
Toutes les identités de genre, toutes les identités raciales, tous les âges. C’est pour tout le monde.

N’es-tu pas constamment étonnée devant le pouvoir qu’a la beauté de soulever les gens ? Je me souviens d’être allée dans un hôpital en Ethiopie où des femmes se faisaient opérer de la fistule : nous distribuions des rouges à lèvres et elles essayaient littéralement de sortir du lit pour avoir le leur.
C’est très puissant, je ne me sentais pas belle lorsque j’étais plus jeune, et lorsque j’ai arrêté l’université, mes parents n’étaient pas très contents de moi à l’époque. J’ai dit que je voulais devenir musicienne. J’ai pris trois boulots à la fois, payé mon propre loyer et je suis allée au magasin m’acheter du maquillage. J’ai expérimenté les couleurs, je me suis regardée dans le miroir et je me suis littéralement inventée. J’ai créé Lady Gaga. Et ça m’a donné de la force, je me suis sentie puissante. Je souffre de dépression depuis que je suis petite fille, mais oh bonté divine, la super-héroïne qui est sortie de moi, c’était comme Clark Kent et Superman – ça m’a donné les ailes pour voler. Et c’est aussi pour ça que j’ai refusé de changer. Alors que ma carrière progressait, avant même que je ne sois célèbre, on me disait « Oh, le maquillage, il y en a trop. C’est exagéré, blah, blah, blah, » et je me disais « C’est ma force vitale. C’est ce qui m’aide à voler. »

Je me pose une question : ressens-tu toujours la pression de te surpasser ? Est-ce que tu es enchaînée à ça d’une quelconque manière ?
Plus maintenant. Mais ça a été le cas. Oprah, je dois mettre les choses à plat avec toi à 100 pour cent : j’essayais d’envelopper mon cerveau si fort autour de ce que je pouvais faire pour… Au lieu d’être choquante (je disais « art choc » ou « performance artistique »), j’utilisais le mot « stupéfier », ce qui signifie en gros mettre le public dans un état de confusion tel qu’il ne pouvait pas regarder ailleurs. Je me disais, « Qu’est-ce que je vais faire après pour attirer l’attention des gens ? »

Est-ce que tu as ressenti ça après la robe en viande. T’es-tu dit « Qu’est-ce que je vais faire après ça ? »
Très honnêtement, je ne pensais pas que la robe en viande choquerait à ce point. J’ai un cerveau excentrique, alors je me disais que ça avait un sens évident. Je suis venue pour faire une déclaration sur le « Don’t ask, don’t tell. » Je suis allée à l’évènement avec des soldats qui ont été renvoyé de l’armée car ils avaient fait leur coming-out, ou qui avaient été découverts, et à mon sens, si on est prêt à donner sa vie pour son pays, est-ce que l’orientation sexuelle ou le genre a vraiment une importance ? Mon intention était de dire que « la chair, c’est de la chair. » Ce n’était pas choquant pour moi. Et je dois dire que ce n’est que très récemment – après avoir fait A Star Is Born, et avoir travaillé avec Bradley Cooper, et même l’expérience de gagner un Oscar – que je me suis dit « Tu as une plus grande mission sur Terre que de faire flipper les gens. Ta mission est de donner aux gens une forme d’amour à travers ton art. »

Je dois te poser une question au sujet de Bradley. J’étais dans sa cuisine l’autre jour, il s’occupait de sa fille, nous avons commandé à manger, et c’était merveilleux de le voir dans ce rôle de papa.
C’est un père merveilleux.

N’est-ce pas ? Il est très entier. Nous parlions de toutes les rumeurs vous concernant l’an dernier. Il disait que si ça avait été vrai, il n’aurait jamais été capable de te regarder dans les yeux lorsque vous étiez assis à ce piano.
Absolument. Absolument.

Il disait que sa culpabilité de catholique ne lui aurait jamais permis de te regarder dans les yeux à ce moment. Comment t’es-tu sentie par rapport à tout ça à l’époque ? Tu as très bien géré ça.
Très franchement, je pense que la presse est très idiote. Nous avons créé une histoire d’amour. A mes yeux, en tant que performeuse et actrice, évidemment que nous voulions que les gens croient que nous étions amoureux. Nous voulions que les gens ressentent cet amour aux Oscars. Nous voulions que ça passe à travers l’objectif de cette caméra et à travers chaque télévision sur laquelle c’était observé. Et nous avons travaillé dur pour ça, nous avons travaillé pendant des jours. Tout était prévu, c’était orchestré comme une performance.

Vous avez orchestré ça comme une performance pour évoquer exactement ce qui s’est passé.
Tout à fait. En vérité, lorsque nous en avons reparlé, nous nous sommes dit “Bien, nous avons fait un bon boulot !”

Tu as mis tellement d’énergie dans ce film, et c’est devenu l’un des plus gros succès de l’année. Comment ça s’est passé lorsque cela s’est terminé ? Comment as-tu dit au revoir au personnage d’Ally et à toute cette expérience ?
En fait, le personnage d’Ally est resté avec moi un moment. J’ai dû revivre une grande partie de ma carrière en jouant ce rôle. Je ne sais pas comment tu te sens lorsque tu joues, mais pour moi, je ne vois pas ça comme un tournage de film. Je tourne en vivant le personnage, et vu que ça représente un moment de ma vie, j’ai tout revécu, et ça m’a pris un moment pour que ça s’en aille. Lorsque j’ai gagné l’Oscar pour ‘Shallow’, je l’ai regardé et un journaliste m’a demandé ce que je voyais en regardant cet Oscar. Et j’ai répondu « Je vois beaucoup de souffrance. » Et je ne mentais pas. J’ai été violé à 19 ans, à plusieurs reprises. J’ai été traumatisé de différentes manières dans ma carrière au fil des années pour différentes raisons, mais j’ai survécu, et j’ai continué à avancer. Et lorsque j’ai regardé cet Oscar, j’ai vu ma souffrance. Je ne sais pas si cela a été compris lorsque je l’ai dit dans cette pièce, mais moi je l’ai compris.

La souffrance que tu as enduré pour en arriver là. Car quand tu es violée, particulièrement de manière répétée et à cet âge, tu souffres de TSPT pendant des années.
Je souffre de TSPT. J’ai des douleurs chroniques. Les douleurs neuropathiques en réponse à un traumatisme font partie de ma vie. Je suis sous traitement, je vois plusieurs docteurs. C’est comme ça que je survis. Mais tu sais quoi, Oprah ? J’ai continué à avancer, et ce gamin là dehors ou même cet adulte qui a traversé tellement de choses, je veux qu’il sache qu’il peut continuer à avancer, il peut survivre et il peut gagner son propre Oscar. Et je voudrais dire à quiconque d’essayer, lorsqu’il se sent prêt, de demander de l’aide. Et j’appelle tous ceux qui voient quelqu’un souffrir, à ne pas hésiter à approcher et à dire “Hé, je te vois. Je vois que tu souffres et je suis là. Raconte-moi ton histoire.”

C’est le plus grand cadeau qu’on puisse offrir. C’est pour ça que je pense que James Cameron est l’un des sorciers de notre génération avec le message de son film Avatar : “Je te vois.” Il n’y a rien de plus puissant que ça.
C’est exact. Je n’en ai jamais vraiment parlé auparavant, mais je pense qu’il est important que les gens le sachent : je me suis longtemps auto-mutilée, et la seule manière dont j’ai été capable d’arrêter de me couper et de me faire du mal c’est en réalisant que j’essayais de montrer aux gens que je souffrais au lieu de leur dire et de demander de l’aide. Je me suis rendue compte que dire à quelqu’un « Hé, je ressens le besoin de me faire du mal » désamorçait les choses. J’avais alors quelqu’un près de moi qui me disait « Ne me montre pas. Dis-moi juste, qu’est-ce que tu ressens ? » Et là je pouvais raconter mon histoire. Je le dis avec beaucoup d’humilité et de force : je suis très reconnaissante de ne plus le faire, et je ne souhaite pas du tout rendre ça attractif. Une chose que je suggérerais aux personnes qui souffrent d’une réaction à un traumatisme ou qui s’auto-mutilent ou ont des pensées suicidaires, c’est la glace. Plongez vos mains dans un bol d’eau glacée, cela choque le système nerveux, et ça vous ramène à la réalité.

As-tu aussi utilisé la TCD ?
En fait j’ai un professeur, je fais de la thérapie comportementale dialectique. Je trouve que la TCD est un moyen vraiment merveilleux de traiter les problèmes de santé mentale.

Je te pose la question car j’ai eu tellement de filles dans mon école [the Oprah Winfrey Leadership Academy for Girls in South Africa] qui se battent avec tout ça.
C’est une manière très forte d’apprendre à vivre, et c’est un guide pour comprendre tes émotions.

Il faut vraiment en parler plus. Je voudrais savoir, y’a-t-il une chose que tu pensais insurmontable, et pour laquelle tu as au final réalisé que la solution était facile ?
J’ai cru que je ne me remettrais jamais de mon traumatisme. Vraiment. J’étais en souffrance physique, mentale et émotionnelle. Et les médicaments fonctionnent, mais il faut faire de la thérapie en même temps pour que ça marche vraiment, car il y a une partie du travail qu’on doit faire soi-même.

Tu fais référence à ta fibromyalgie ?
En effet. Bien qu’il y ait différentes théories sur la fibromyalgie, pour moi, ma fibromyalgie et ma réponse traumatique vont main dans la main. La fibro est pour moi une douleur plus légère ; la réponse traumatique est bien plus lourde et me fait me sentir comme ce jour où on m’a jeté au coin de la rue après m’avoir violée pendant des mois. C’est un sentiment récurrent. A un moment j’ai eu un épisode psychotique, et c’est l’une des pires choses qui me soient arrivées. J’ai été emmenée aux urgences, ils ont fait venir un docteur, un psychiatre. Donc j’étais en train de crier, et j’ai dit « Quelqu’un pourrait faire venir un vrai docteur ? » Je ne comprenais pas ce qu’il se passait, car tout mon corps était anesthésié ; j’étais en pleine dissociation. Je hurlais, puis il m’a calmée et m’a donné un médicament pour quand ça arrive – de l’olanzapine.

Je connais ce produit. J’ai des centaines de filles, alors il n’y a rien que tu peux me dire que je n’aie déjà entendu ou expérimenté.
Ouai, donc je prends du méthocarbamol, et de l’olanzapine, qui est sûrement le plus important – ça m’a aidé ce jour-là, et cet homme et mes amis m’ont sauvé la vie.

Dernière question : Que penses-tu que la vie attende de nous ?
Je pense que la vie nous demande d’accepter le défi. Accepter le défi de la bienveillance. C’est dur dans un monde comme le nôtre ; nous avons une histoire très, très grave. Nous avons des problèmes, et nous en avons eu avant. Mais je pense que la vie nous demande au milieu de ces défis, cette haine, cette tragédie, cette famine, cette guerre, cette cruauté : Peux-tu être bienveillant et peux-tu survivre ?

➤ Photoshoot :

Vous pouvez retrouver l’audio de cet interview en suivant ce lien : [lien]

Une courte vidéo du photoshoot a de plus été mise en ligne par la rédactrice en chef du magazine : [lien]

Partagez

2 commentaires on “Lady Gaga en couverture de ELLE US Ajout de la traduction !

  1. Merveilleuse interview.
    J’aime quand elle prend du recul sur elle-même parce que c’est là qu’on sent qu’elle est vraie.
    Parfois je la sens juste perdue, désorientée, et elle dit des choses un peu « décalées ». Mais là elle est juste et consciente. J’espère qu’elle réussira à guérir, ou calmer tout ça mais ça doit être très difficile dans la star system, où elle se doit de vivre pour les autres. (Fans, label…)

    Quand elle dit « je le fais pour l’impact, mais pas pour la célébrité » je pense qu’aujourd’hui c’est vrai, mais qu’a l’epoque elle l’a fait aussi pour la célébrité: pour être reconnu et entendue.

    Je pense vraiment que Lady Gaga est une personne vraiment profondément gentille. Mais aussi pleines de démons à guérir pour son bien être personnel qu’elle mérite amplement. Qu’elle soit bien avec elle même, pour ensuite s’epanouir amoureusement et ainsi de suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *