Lady Gaga pour Allure Magazine MAJ 15/09 : ajout de la traduction de l'interview


« Gaga’s Big Move ». C’est le titre du nouveau numéro du magazine « Allure », auquel Lady Gaga s’est confiée à l’occasion du lancement imminent de sa marque de cosmétiques, Haus Laboratories. Au programme, une interview exclusive ainsi qu’un photoshoot plus Gaga que nature, avec des looks signés Nicola Formichetti !
Découvrez les images et l’interview ci-dessous :
 

Voir la vidéo des coulisses

Lire l'interview (VO)
Lady Gaga: The Power of Makeup
As intergalactic goddess of glam, Lady Gaga knows the awesome force that is makeup. Now she’s making her own and sharing her secrets with us earthly mortals.
[Lien de l’article original]
 

Lady Gaga’s house, one of them at least, is built into a hill (a Hollywood hill, but I will give you no indication of which one because I was asked by three very nice people not to). Her security guy opens the gate, takes a picture of my ID, and ushers me into a room to wait. I am in a basement. If you are a suburbia-bred American, it’s probably the basement of your youth: parquet floor, a stack of board games in the corner, those plastic Container Store bins with drawers that are stuffed with white things I can only assume are T-shirts from high school concerts and charity 5Ks. There is a dry-erase board on one wall.
 
But then, on a couch in the middle of the room (white, splattered with multicolored paint), there sits a lone Celine shopping bag, fresh and pristine. You might think for a moment: Is this…the welcome gift that awaits the guests of Lady Gaga? Of course, as a journalist, I did not think that, and if it was a gift I never would have accepted it, but I’m just saying that that’s what someone else might have thought as they sat down to wait for Lady Gaga. But not me. Obviously. (It was not a gift.)
 
Lady Gaga is, however, very generous. In the first minutes after I ascend the stairs to meet her, she shares her personal space with me, opening her arms for a full-body hug, and then, moments later, gives me her chair. We stand on the threshold of her kitchen for a bit, and she introduces me to the three French bulldogs assembled there — Asia, Gustav, and Koji — before leading me down a short, narrow hallway. On one wall, tucked onto a small shelf, is an Oscar, the Oscar, “Shallow” etched into the base. On the other wall, more Grammys than I can tally while on the move (according to the internet, I would probably get to nine).
 
The office we enter is not much larger than my own home office in suburban New Jersey. This one, though, has sliding glass doors that open onto a wraparound deck overlooking much of Los Angeles (this is almost impossible to find in New Jersey). It also has a large black glass conference table in the center, with a snow-white leather high-backed chair on one side. “You take the boss chair,” Lady Gaga says as she lowers herself into the smaller black one opposite me.
 
I probably don’t need to tell you that my superior chair does very little to make me anywhere close to the boss in this room. I have a solid eight inches on LG, as her friends call her, but she commands the space, sitting across from me wearing ballerina posture and a clingy black silk Alexa Chapman slip dress. Thick silver teardrops hang heavy from her earlobes. Her platinum blonde hair is in a deep side part, swooped high. But let’s be clear, very clear: We’re here to talk about what’s on her face.
 
As soon as my recorder is on and before I utter the first question: “I have the Chained Ballerina Glam Attack on my eyes, with the Legend Glam Attack in the corners. And then I’m wearing the RIP Lip Liner in Drag, and Entranced is the gloss, a clear, multidimensional rainbow chrome gloss that comes with the Rose B*tch collection.” Lady Gaga has entered the beauty game, and her first creations, under the label Haus Laboratories, are being shipped worldwide this month.
 
Let me take half of that back: Lady Gaga has actually been in the beauty game since she emerged on New York City’s club scene over a decade ago, wearing thick black eyeliner, lash-grazing bangs, and a spangled bra. She jumped into the beauty conversation — and she changed it. For her first VMAs appearance, she wore what can only be described as a vermilion lace head sock, her face completely obscured and a mass of blonde curls sprouting from a hole in the back. Along the way, there was a crystal-encrusted crustacean headpiece, a leotard inspired by circuit boards, a dress fringed with blonde hair. There were wigs (many wigs), David Bowie thunderbolts, rhinestone eyebrows, and gold spiked lashes. She emerged from eggs and draped her body in raw beef. She subverted the sexualized image of a pop star, challenged notions of gender, and made us think about what it means to be authentic (well before that term became the most exhausted of buzzwords).
 
But now Lady Gaga is in the game of making physical beauty things: lip liners, glosses, a shimmery liquid concoction that dries into a powder and glistens like the dorsal fin of a rainbow fish.
 
And she wants people from every corner of the planet to buy these things, a lot of them — Amazon is her exclusive retailer. But she’s Lady Gaga, and her ambition runs way deeper than world lip-gloss domination. She also wants this makeup to change your life, like makeup changed hers. “I never felt beautiful, and I still have days that I don’t feel beautiful,” she had told me a few weeks earlier during a phone conversation. “All of the insecurities that I’ve dealt with my whole life from being bullied when I was younger, they come right back up to bite me. Then I put makeup on, and before I know it I feel this superhero within. It gives me those wings to fly.”
 
When Lady Gaga talks about her products, she talks about them with passion and an understanding of every applicator and shimmer-to-pigment ratio. But she always comes back to emotion. What she said about never feeling beautiful, about insecurity? That was a response to this question: Were any of the formulas inspired by a makeup product that you’ve known and loved but wanted to improve upon?
 
Her answer started with: “First and foremost, I wanted to create the lip pencil of my dreams. I love lip pencil, but for me there always ends up being something wrong with them. It’s either dragging or it’s bleeding. With this formula, I can line my lips beautifully, but most of the time, I wear it all over my mouth. It feels like a lipstick, and it does not transfer. Every time I put it on, I have this sigh of giant, artistic, creative release that I just — my heart soars.”
 
Then: superheroes, wings to fly.
 
And then: “When I became Lady Gaga when I was younger, it was because I discovered makeup. It means so much to me on a deep visceral level — the power of makeup to change how you feel when you’re at your lowest.”
 
At 33, Lady Gaga has reached the highest peaks of fame, wealth, and cultural currency. She is speaking to me now literally perched on top of Los Angeles. But she knows low. She has spoken very openly about being bullied in high school, being sexually assaulted by a music producer at 19, and struggling with the physical pain of fibromyalgia over the past couple of years. And then there’s the unrelenting, sometimes crushing pace.
 
“When I was doing the Joanne tour [two years ago], I’d been touring since I was 22 years old. I’d just done the Super Bowl show, Coachella, A Star Is Born. I really started to break down,” says Lady Gaga. “I would do the show, then I would get on an airplane, go to another country or state, get off, drive 40 minutes to the hotel, go to sleep, wake up, do another show. I was dizzy.” Makeup was often the only thing that could put a stop to this emotional vertigo, that could put Stefani Germanotta in a mental place where she could walk onto a stage and be Lady Gaga for tens of thousands of people.
 
“Sarah [Tanno, Lady Gaga’s makeup artist] would pick me up off the floor, sit me in a chair, dry my tears, and say, ‘I’m going to put on your face now,’ ” she recalls. “If I cried while she was putting on my makeup, I would apologize, and she would say, ‘It’s okay. I’ve got you.’” Lady Gaga is crying at this point. And apologizing to me.
 
“Sarah would do my makeup, Freddie [Aspiras] would do my hair, and they would hold me and say, ‘Look at yourself. There’s Lady Gaga. You can do this. Now go do it.’ And I would go out there, and the second that spotlight hits me, bam, I’m in the zone,” she says. “But I can’t do that without them. That is the power of glam for me. Not everybody has a Sarah, but I’m very lucky that I do. And I want this line to be for the person at home who needs that pick-me-up. If they use it, or don’t use it, they can at least look at it and go, ‘That’s what helps Lady Gaga shine on her bad days. And I want to shine today.’”
 
More tears come. I feel as though I am watching a very beautiful actor perform a one-woman show for a one-woman audience. And I guess I am. Suddenly someone appears from off-stage (the deck) and slides a box of tissues across the table to her. “Oh, thank you. You heard me crying? Why do I cry when I talk about makeup all the time?”
 
I don’t know the answer, but I do know that this is my second conversation with Lady Gaga, both about makeup, both tearful at times. Mostly on her part. But I did get watery in our first interview when she told the story that every beauty editor has heard many times: about being a little girl watching her mother put on makeup in the morning. But in Lady Gaga’s telling, it went beyond cliché: “She would look so, so beautiful, and so strong. She just had such a bravery about her, and it was so inspiring to me. I grew up with this understanding that you can be brave in many different ways, and one of those ways is makeup.” But the water didn’t come until: “I really hope that when I have maybe a little girl one day, or a little boy, and they see Mommy put her makeup on, that they have the same experience that I did.”
 
When Lady Gaga was promoting A Star Is Born last year, she and Bradley Cooper told the same story about the day she did her screen test, which was also about makeup as a source of power. He came to her home, and as she descended the stairs he said, “Take it off,” presenting a makeup wipe. The goal was to put her in a more vulnerable state. I ask Lady Gaga if she too sees these pigments as a kind of armor. “Does makeup make you feel more in control? Do you hope this line will bring other people that feeling?”
 
The answer: a hard no. “I don’t want people to have a feeling of control actually at all,” she says. “I want people to feel completely liberated by this line, to do whatever they want with it. Whether they wear a ton of it, buy it — or don’t. I just want them to love the message. It’s like just being excited that there’s a party going on down the street where everybody’s invited.”
 
The Lady Gaga experience has always been one of celebration and inclusion. Her 2011 anthem of self-acceptance, “Born This Way,” became the name of her foundation, run by her mother, with a mission to “create a kinder and braver world…and support the wellness of young people.” She was a steadfast advocate for legalizing same-sex marriage. That meat dress? It was a protest against “Don’t ask, don’t tell.” (“I went to that awards show with service people who were discharged from the military because they were coming out or were found out,” says Gaga. “I wore meat as a representation of the fact that we’re all the same.”) And she wants Haus Laboratories to be a continuation of her championing of the LGBTQ+ community, especially youth.
 
“I would like all gender identities to know very clearly that they are included, and never exploited, ever,” she says. “I want that little boy at home that might like to be called a girl to say, ‘Mommy, I want to wear Dynasty. It’s a Glam Attack.’ And then Mommy goes, ‘Oh, my son wants to be called a girl, and he wants the Glam Attack.’ And then she goes and she gets it for him. And he uses it. And then there’s a bond. It’s kind of like when kids used to come to my shows with their parents, and they’d lean over and they’d say, ‘Mommy and Daddy, I’m gay.’ Or ‘I’m not a boy; I’m a girl’. Or ‘I’m not a girl; I’m a boy.’ I have heard those stories so many times, over and over, for all of the years that I have been in this business. And I want the same thing that I’ve had in my concerts to happen with this company. If I’m not changing people’s lives, what are we doing here?”
 
There is no philanthropic tie-in to Haus Laboratories at the moment, but it’s hard to believe there won’t be down the line. As I finished this story, the country was reeling from yet another spate of mass shootings, and Lady Gaga had just pledged to bankroll every unfunded project in 162 classrooms in El Paso, Dayton, and Gilroy: “I want to channel my confusion, frustration, and fury into hope,” she said in a Facebook post. “Hope that we are there for each other and for ourselves.”
 
Creating art, and meaningful change, out of frustration or pain, bullying or rejection, has transformative power. If makeup was there to lift Lady Gaga up off the floor in her darkest moments, and to give her wings, there’s a joyful symmetry in that. Because that’s what she has always done for so many of us. With this line, she’s putting us all in the boss chair.

Lire l'interview (VF)
Lady Gaga : Le Pouvoir du Maquillage
 
En tant que déesse intergalactique du glamour, Lady Gaga connait la force du maquillage. Elle a créé le sien et partage ses secrets avec nous, simples mortels.
 
La maison de Lady Gaga, l’une d’entre elles du moins, est construite sur une colline (à Hollywood, mais je ne vous donnerai aucune indication supplémentaire car trois personnes très sympathiques m’ont demandé de ne pas le faire). Lorsque j’arrive, je suis conduite dans une pièce où je dois attendre. Je suis dans un sous-sol. Si vous êtes un Américain élevé en banlieue, c’est probablement le sous-sol de votre enfance : un parquet, une pile de jeux de plateaux dans un coin, ces poubelles en plastique de Container Store avec les tiroirs remplis de choses blanches dont je suppose qu’il s’agit de t-shirts de concerts du collège et caritatifs. Il y a un tableau blanc effaçable à sec sur un mur.
 
Puis, sur un canapé au milieu de la pièce (blanc, éclaboussé de peintures multicolores), se trouve un joli petit sac, frais et immaculé. On pourrait se demander s’il s’agit… d’un cadeau de bienvenue qui attend les invités de Lady Gaga ? Bien sûr, en tant que journaliste, je n’y ai pas pensé, et si c’était bien un cadeau, je ne l’aurais jamais accepté, mais je dis juste que c’est ce que quelqu’un d’autre aurait pu penser en s’asseyant pour attendre Lady Gaga. Mais pas moi. Evidemment. (Ce n’était pas un cadeau.)
 
Lady Gaga est, cependant, très généreuse. Dans les premières minutes après que j’ai monté les marches pour la rencontrer, elle partage son espace personnel avec moi, m’ouvrant grand les bras pour une accolade, puis, quelques secondes plus tard, m’offre son siège. Nous restons dans sa cuisine un moment, où elle me présente ses trois bouledogues français rassemblés là – Asia, Gustav et Koji – avant de m’accompagner dans un couloir étroit et court. Sur un mur, posé sur une petite étagère, se trouve un Oscar, le fameux Oscar, « Shallow » gravé à la base. Sur l’autre mur, plus de Grammys que je ne peux en compter en marchant (d’après Internet, j’en aurais probablement compté neuf).
 
Le bureau où nous entrons n’est pas plus grand que le mien dans la banlieue du New Jersey. Celui-ci, cependant, possède des portes en verre coulissantes donnant sur un balcon enveloppant qui surplombe Los Angeles (c’est presque impossible à trouver dans le New Jersey). Il y a aussi une grande table de conférence noire au centre, avec un fauteuil à dossier en cuir blanc d’un côté. « Prenez la place de la patronne, » me dit Lady Gaga en s’asseyant dans le petit fauteuil noir en face de moi.
 
Inutile de vous dire que mon siège ne me fait pas arriver à la cheville de la patronne dans cette pièce. Je fais facilement vingt centimètres de plus que LG, comme ses amis l’appellent, mais elle contrôle l’espace, assise en face de moi avec ses ballerines et sa robe-nuisette moulante et noire d’Alexa Chapman. D’épaisses gouttes en argent pendent lourdement à ses oreilles. Ses cheveux blond platine sont sur le côté, attachés haut sur sa tête. Mais soyons clairs, très clairs : nous sommes là pour parler de ce qu’elle porte sur le visage.
 
Dès que mon magnétophone est allumé et avant que je ne pose ma première question : « Je porte le Glam Attack Chained Ballerina sur les yeux, avec le Glam Attack Legend dans les coins. Et je porte le RIP Lip Liner en Drag, et Entranced, un gloss clair et multidimensionnel qui est disponible dans la collection Rose B*tch. » Lady Gaga est entrée dans le jeu de la beauté, et ses premières créations, sous le label Haus Laboratories, seront envoyés dans le monde entier ce mois-ci.
 
Laissez-moi revenir là-dessus : Lady Gaga est en fait entrée dans le jeu de la beauté depuis qu’elle a émergé des scènes clubs de New York City il y a plus d’une décennie, elle portait alors un eyeliner noir épais, une frange qui touchait ses cils, et un soutien-gorge pailleté. Elle a pris part aux conversations sur la beauté – et elle a tout changé. Pour sa première performance aux VMAs, elle portait ce qu’on peut décrire comme une chaussette en dentelle rouge vermillon, le visage totalement recouvert et une masse de boucles blondes s’échappant d’un trou derrière. En cours de route, il y a eu une coiffe en forme de crustacé incrustée de cristaux, un justaucorps inspiré d’un circuit imprimé, une robe frangée en cheveux blonds. Il y a eu des perruques (beaucoup de perruques), l’éclair de David Bowie, des sourcils en strass, et des cils en piques dorées. Elle a émergé d’un œuf et a drapé son corps de bœuf cru. Elle a bouleversé l’image sexualisée de la pop star, défié les notions de genres, et nous a fait réfléchir à ce qu’être authentique signifie (bien avant que ce terme ne devienne le mot à la mode le plus fatigué).
 
Désormais Lady Gaga fait des choses pour la beauté physique : crayons à lèvres, gloss, une concoction liquide scintillante qui devient poudre en séchant et chatoie comme la nageoire dorsale d’un poisson arc-en-ciel.
 
Et elle veut que les gens de tous les coins de la planète achètent ces choses, en grande quantité – Amazon est son distributeur exclusif. Mais c’est Lady Gaga, et ses ambitions sont bien plus profondes que la domination mondiale en matière de gloss. Elle veut aussi que ce maquillage vous change la vie, comme ça a été le cas pour elle. « Je ne me suis jamais sentie belle, et il y a toujours des jours où je ne me sens pas belle, » m’avait-elle dit quelques semaines plus tôt durant une conversation téléphonique. « Toutes les insécurités avec lesquelles j’ai dû composer toute ma vie après les brimades de ma jeunesse reviennent pour me mordre. Alors je mets du maquillage, et avant de m’en rendre compte je me sens comme une superhéroïne. Ça me donne les ailes pour voler. »
 
Lorsque Lady Gaga parle de ses produits, elle en parle avec passion et une compréhension de chaque applicateur et du ratio entre brillant et pigments. Mais elle revient toujours vers l’émotion. Ce qu’elle a dit sur le fait de ne jamais se sentir belle, de manquer de confiance ? C’était une réponse à cette question : Est-ce qu’une des formules a été inspirée d’un produit de maquillage que vous connaissiez et adoriez mais que vous vouliez améliorer ?
 
Sa réponse a commencé par : « Avant toute chose, je voulais créer le crayon à lèvres de mes rêves. J’adore les crayons à lèvres, mais pour moi il y a toujours quelque chose qui ne va pas avec eux. Soit ça tire, soit ça coule. Avec cette formule, je peux souligner joliment mes lèvres, mais la plupart du temps, j’en mets sur toute la bouche. On a la sensation d’un rouge à lèvres, et il n’y a pas de transfert. A chaque fois que j’en porte, j’ai ce soupir de soulagement énorme, artistique, créatif et je – mon cœur s’envole. »
 
Puis : superhéroïne, ailes pour voler.
 
Et ensuite : « Lorsque je suis devenue Lady Gaga plus jeune, c’est parce que j’ai découvert le maquillage. Ça signifie tellement pour moi à un niveau viscéral – le pouvoir du maquillage à changer ce que vous ressentez lorsque vous êtes au plus bas. »
 
A 33 ans, Lady Gaga a atteint les sommets de la célébrité, de la richesse et de la valeur culturelle. Elle me parle désormais en étant littéralement perchée sur les hauteurs de Los Angeles. Mais elle sait ce qu’est être au plus bas. Elle a parlé très ouvertement des brimades qu’elle a endurées au collège, de son agression sexuelle par un producteur de musique lorsqu’elle avait 19 ans, et de son combat contre la douleur physique de la fibromyalgie ces deux dernières années. Puis il y a le rythme incessant et parfois écrasant.
 
« Lorsque je faisais le Joanne tour [il y a deux ans], je tournais depuis mes 22 ans. Je venais de faire le show du Super Bowl, Coachella, A Star Is Born. Je commençais vraiment à m’écrouler, » dit Lady Gaga. « Je faisais le show, puis je montais dans l’avion, changeait de pays ou d’état, descendait, roulait 40 minutes pour aller à l’hôtel, je dormais, me réveillais, faisait un autre show. Ça donnait le vertige. » Le maquillage était souvent la seule chose qui mettait un frein à ce vertige émotionnel, qui plaçait Stefani Germanotta dans un état mental lui permettant de monter sur scène et d’être Lady Gaga pour des dizaines de milliers de personnes.
 
« Sarah [Tanno, la maquilleuse de Lady Gaga] me ramassait au sol, m’asseyait sur une chaise, séchait mes larmes, et disait ‘Je vais te maquiller maintenant’, » se rappelle-t-elle. « Si je pleurais pendant qu’elle me maquillait, je m’excusais et elle me disait ‘Tout va bien, je suis là’. » Lady Gaga pleure à ce moment-là. Et s’excuse auprès de moi.
 
« Sarah me maquillait, Freddie [Aspiras] me coiffait, ils me serraient dans leurs bras et me disaient, ‘Regarde-toi. Voilà Lady Gaga. Tu peux le faire. Maintenant vas-y.’ Et j’y allais, et à la seconde où les projecteurs étaient sur moi, bam, j’étais au top, » dit-elle. « Mais je ne peux pas le faire sans eux. C’est ça le pouvoir du maquillage. Tout le monde n’a pas de Sarah, mais je suis très chanceuse de l’avoir. Et je veux que cette ligne soit pour les gens chez eux qui ont besoin qu’on les relève du sol. Qu’ils l’utilisent ou non, ils pourront au moins regarder les produits et se dire ‘C’est ce qui aide Lady Gaga à briller les mauvais jours. Et je veux briller aujourd’hui’. »
 
Encore des larmes. Soudain, quelqu’un apparait par derrière (venant du balcon) et glisse une boite de mouchoirs vers elle. « Oh, merci. Tu m’as entendu pleurer ? Pourquoi est-ce que je pleure à chaque fois que je parle de maquillage ? »
 
Je ne connais pas la réponse, mais je sais que c’est ma deuxième conversation avec Lady Gaga, au sujet du maquillage, et que les deux fois il y a eu des larmes. La plupart du temps venant d’elle. Mais j’ai moi-même été émue lors de notre premier entretien lorsqu’elle m’a raconté l’histoire que tout rédacteur en chef beauté a entendu de nombreuses fois : celle de la petite fille qui regardait sa mère se maquiller le matin. Mais dans l’histoire de Lady Gaga, c’est allé au-delà du cliché : « Elle était tellement belle, et tellement forte. Il y avait une telle bravoure en elle, et ça m’inspirait énormément. J’ai grandi avec cette vision qu’on peut être courageux de différentes manières, et que l’une d’entre elles était le maquillage. » Mais je n’ai pas pleuré jusqu’au « J’espère vraiment que j’aurai un jour une petite fille, ou un petit garçon, et qu’en voyant leur maman se maquiller, il/elle ressente la même expérience que moi. »
 
Lorsque Lady Gaga faisait la promotion de A Star Is Born l’an dernier, elle et Bradley Cooper racontaient la même histoire du jour de ses essais, où le maquillage fut là-aussi une source de pouvoir. Il est venu chez elle, et alors qu’elle descendait les escaliers, il lui a dit « Enlève ça » en lui tendant une lingette pour se démaquiller. Le but était de la mettre dans un état plus vulnérable. Je demande à Lady Gaga si elle aussi voit ces pigments comme une armure. « Est-ce que le maquillage vous rend plus puissante ? Vous espérez que cette ligne apportera ce même sentiment aux gens ? »
 
La réponse : un non absolu. « Je ne veux pas du tout que les gens aient un sentiment de puissance, » dit-elle. « Je veux que les gens se sentent totalement libérés, qu’ils fassent ce dont ils ont envie avec cette ligne. Qu’ils en portent une tonne, l’achètent ou non. Je veux qu’ils aiment le message. C’est comme être excité par une fête dans la rue où tout le monde est invité. »
 
L’expérience Lady Gaga a toujours été à propos de célébration et d’inclusion. Son hymne d’acceptation de soi en 2011, « Born this Way, » est devenu le nom de sa fondation, dirigée par sa mère, avec la mission de « créer un monde plus gentil et courageux… et soutenir le bien-être des jeunes. » Elle a été un soutien inaltérable à la légalisation du mariage pour tous. La robe en viande ? Une protestation contre le « Don’t ask, don’t tell. » (« Je suis allée à cette cérémonie de récompense avec des militaires qui ont été renvoyés car ils avaient fait leur coming-out ou avaient été découverts, » dit Gaga. « J’ai porté de la viande pour montrer que nous sommes tous identiques. ») Et elle veut que Haus Laboratories soit dans la continuité de son soutien à la communauté LGBTQ+, spécialement les jeunes.
 
« Je voudrais que tous les genres sachent très clairement qu’ils sont inclus, et pas exploités, ça jamais, » dit-elle. « Je veux que ce petit garçon chez lui, qui aime qu’on dise qu’il est une fille dise ‘Maman, je veux porter Dynasty. C’est un Glam Attack’. Que sa maman pense ‘Oh, mon fils veut qu’on dise qu’il est une fille, et il veut le Glam Attack.’ Et qu’elle aille lui acheter. Et qu’il l’utilise. Qu’un lien se crée. C’est comme ses enfants qui viennent à mes spectacles avec leurs parents, qui se penchent vers eux et disent ‘Maman, Papa, je suis gay.’ Ou ‘Je ne suis pas un garçon, je suis une fille’. Ou ‘Je ne suis pas une fille, je suis un garçon.’ J’ai entendu ces histoires tellement de fois, encore et encore, durant toutes ces années. Et je veux que ce qu’il s’est passé dans mes concerts se passe aussi avec cette ligne de maquillage. Si je ne change pas la vie des gens, qu’est-ce que je fais là ? »
 
Il n’y a pour le moment pas de dérivé philanthropique à Haus Laboratories, mais il est difficile de croire que ça n’arrivera pas. Alors que je termine d’écrire cette histoire, le pays est de nouveau sous le choc d’une série de tueries de masse, et Lady Gaga vient tout juste de s’engager à financer le projet de construction de 162 salles de classe à El Passo, Dayton et Gilroy : « Je veux transformer ma confusion, ma frustration et ma colère en espoir, » a-t-elle dit dans un post Facebook. « L’espoir que nous sommes là les uns pour les autres et pour nous-mêmes. »
 
Créer de l’art, et un changement important, à partir de frustration et de douleur, de brimades et de rejet, a un pouvoir significatif. Si le maquillage a été là pour relever Lady Gaga du sol dans ses moments les plus sombres, et lui a donné des ailes, il y a une joyeuse symétrie à tout ça. Car c’est ce qu’elle a toujours fait avec nous tous. Avec cette ligne, elle nous met tous dans le fauteuil de la patronne.
Pour pré-commander Haus Laboratories, c’est par ici !

Alors Monsters, que pensez-vous de ce nouveau photoshoot ?

Partagez

3 commentaires on “Lady Gaga pour Allure Magazine MAJ 15/09 : ajout de la traduction de l'interview

  1. Petite question concernant la Story Instagram de Grimes qui fait beaucoup parler depuis 24h (avec une photo du soit-disant album LG6) : pouvez-vous nous confirmer s’il s’agit d’un fake ?
    Au passage, je trouve ce shooting extrêmement réussi et très prometteur pour la suite.

  2. C’est extrêmement prometteur, une vraie beauté notre Gaga !

    Rien à voir, mais la version originale de « I wanna be with you » est juste incroyable, et meilleure que la version live issue du ITunes Festival.
    L’avez-vous entendue ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *