19 Juin 2020

Chromatica : les producteurs dévoilent son histoire et son futur


Si la promotion de Chromatica a été mise sur pause pour permettre à Gaga et au public de se concentrer sur la situation actuelle aux Etats-Unis, les producteurs de l’album continuent pourtant de nous dévoiler des détails sur sa création. Après un article de Rolling Stone dans lequel l’équipe a révélé des détails sur l’enregistrement de l’album, Bloodpop, Burns ou encore Axwell ont repris la parole dans un article d’Entertainment Weekly. Découvrez-le ci-dessous ! (Source)

Lady Gaga's Chromatica team reveals the history and future of her new era (ANG)
Lady Gaga’s Chromatica team reveals the history and future of her new era

BloodPop, BURNS, Axwell, and more on how they helped make one of the most dynamic albums of 2020.


As the old cliché goes, it takes a village to raise a child. In Lady Gaga’s case, all it takes is one woman — and a small, loyal team of collaborators — to “cancel” earth before birthing an entirely new planet. Such is the story behind Chromatica, the 34-year-old’s latest chart-topping album, which sees Gaga embarking on a therapeutic journey of self-healing by returning to the house-inspired dance-pop vibes that launched her career. It’s all set against the backdrop of the LP’s titular locale: a colorful, storm-ravaged fantasyland of rejuvenation.


“We didn’t even have to have a conversation about it,” Chromatica executive producer BloodPop tells EW of the album’s creation, which was a deliberate turn from the country-tinged detour she took on 2016’s Joanne. “It felt right for her to revisit electronic elements, so we came straight out of the gates with pulsating synths and house rhythms.”


Between mid-2017 and early 2020, amid song leaks and demos slipped into cosmetics commercials (« The Haus Labs mix of ‘Babylon’ will be released, so don’t stress, » BloodPop promises) the pair expanded their scope by bringing in a crew of accomplished producers, songwriters, and internationally renowned artists — including Ariana Grande, BLACKPINK, and Elton John — to help shape their vision for a progressive dance album. Some of Gaga’s collaborators — BloodPop, BURNS, Johannes Klahr, Axwell, and more — spoke to EW about how it all came together.


Though BloodPop co-produced all 11 tracks on the standard edition of Joanne, he hadn’t committed to making Gaga’s follow-up LP. That changed after he traveled to the Kansas City stop on the Joanne World Tour, where he played her a song called « Stupid Love, » which he had previously workshopped with Max Martin. From there, Gaga and BloodPop began recording the album with a revolving door of producers including SOPHIE, Boys Noize, and BURNS.
 
BloodPop: After the Joanne tour and during/after the filming of A Star Is Born, we started working on demos at her home studio. Early on, we didn’t have a hyper-clear vision. We were getting the ball rolling. We knew that “Stupid Love” felt good, and the other songs we were writing gave gloomy, hard, tearful days bright endings. The silver linings kept us pushing, and with songs like « Enigma, » « Alice, » and « Babylon » taking form, she saw the album coming together.
 
BURNS: Blood and I first met in late 2018, and it was in early 2019 when he asked if I’d be interested in helping on the project. He played me some of the rough demos and we discussed ideas for the direction…. Blood and Gaga were quite deep into the writing aspect, but the sound hadn’t fully been carved out yet.
 
BloodPop: We worked with SOPHIE very early on. [She was] the first collaborator of those sessions. Those days were fun. We set up six microphones and recorded [Gaga’s] Lamborghini exhaust, and SOPHIE cut it up into samples. [Though they didn’t make the album], we still plan to finish those songs and present something special within the Chromatica universe.
 
BURNS: [The early demos] had an underlying feeling of rejoice in the vocal delivery — even if some of it was a bit somber in subject matter. Gaga sung the demos with such power and conviction, almost like a release.
 
BloodPop: It was probably the demo for “Enigma” [that set the album in motion]. It was more about her vocal performance than anything, and how she wrapped around that track. It felt powerful…. It felt like a mix of Studio 54 and threads of all our favorite dance records. It evoked that fleeting, euphoric feeling that comes from good dance music.


The small group of collaborators soon brought in other dance music mavericks to beef up their vision, including Axwell and producer/songwriter Johannes Klahr.
 
BloodPop: Almost all of the songs were started with Gaga or Gaga and I on a piano or a very basic track. We would build the track up after a semblance of a song existed, and I would tune it up to the point I felt it had the right spirit. Then, we assessed the feeling of the music and invited collaborators based on their strengths to re-imagine the song or production. For example, we loved this record by Axwell which was being played in all the clubs at the time called « Nobody Else.” It had a punch and sonic energy we wanted in « Alice » and « Free Woman. »
 
Axwell: The selling point was that I like Gaga, and I thought it was cool how they [were doing] full-on dance music. It wasn’t EDM-ish [pop], but old-school, retro house. That excited me, and these were great sounds at their foundation…. “Free Woman” was a super upbeat, genderless empowerment song. The retro sound they had at the beginning really got me going. I was picturing clubs in New York in the ‘90s when I heard it.
 
Johannes Klahr: I’ve been helping Axwell out with production [for years]. Since we did “Nobody Else” together, we naturally did this together…. “Free Woman” is a banging club record, but it’s more chill. We amplified the ’80s and ’90s sounds and added our flavor to see where we could take it but kept the soul. We’re groove oriented; the bass needs to bang with the drums, and with Gaga’s lush vocals on top of that, we wanted to make the groove as nice and fluid as possible to make it authentically club.
 
Axwell: They were looking into house music history, and I play a little bit into that history…. The cool thing is they asked me for a reason. They knew what they wanted.
 
Johannes Klahr: We just did what we thought the track was already heading toward. If you look at Gaga’s first album, it has those elements already, but now it’s a bit more developed and scaled toward the club. Gaga has this special nerve that comes through when you put authentic dance underneath.


To enhance the album’s retro-house sounds, BURNS, Axwell, and Klahr began using vintage techniques.
 
BURNS: We weren’t going for modern EDM, we were going for classic-feeling dance music. “Authentic” was a word I used a lot; it had to be familiar, but also fresh at the same time.
 
Johannes Klahr: We used this classic Korg M1 organ bass [for « Alice »] that’s used in all of those old-school house tracks, and it worked perfectly. It’s a harmonic bass, so it has a warm tone to it and fit with the vocals.
 
BURNS: I was conscious of trying to steer away from that polished, crisp sound you hear in a lot of current pop-EDM production. I wanted everything I was a part of to have character and a bit of grit to it.


Axwell also contributed an unfinished song he’d been toying with for six years. The bare-bones track, which would become « Sine From Above, » had originally been written for Elton John with Ryan Tedder and Axwell’s creative partner, Sebastian Ingrosso, back in 2014.
 
Axwell: It was burning a hole on my hard drive…. It wasn’t actually called “Sine From Above” at the beginning, it was just called “Elton John” because Elton John was singing on it. It was a more chilled out, piano, acoustic thing. You can still hear that in the verses, and [the final version has] the same chord progression…. It wasn’t the easiest thing to stay in touch with Elton, because he changes emails, addresses, and time zones. This was the perfect opportunity to get somewhere with the song, because I knew Gaga and Elton are good friends. I sent them the track and said, “It could be a perfect fit!” They liked it, vibed on it, and Gaga added her touch. Gaga didn’t have any problem getting ahold of Elton.
 
BURNS: Elton was on tour in Australia during the time. The deadline to finish everything was approaching, so we were against the clock…. We actually ended up recording it via Skype, with Elton in the studio over there and us in Hollywood.
 
Johannes Klahr: The drum and bass [ending] came along [after Axwell and I were finished], but it’s insane. That’s my
favorite part. It goes ham.
 
BURNS: Originally, my first version had an « Amen »-style break beat throughout it, but in the end, we opted for a four-to-the-floor rhythm. At the last minute, Gaga thought there should be some kind of crazy, jarring outro. She mentioned speeding it up, so I figured why not bring back the « Amen » break, but in classic Jungle form.


Axwell wasn’t the only one who revitalized past material. Madison Love wrote a track outside the Chromatica machine during an unrelated session with BloodPop, Rami Yacoub, and BURNS that would shape-shift into the BLACKPINK-assisted smash « Sour Candy. » Meanwhile, BURNS resurfaced one of his earlier blueprints for what would become « Replay. »
 
Madison Love: We started riffing on a chorus. We liked the title “Sour Candy. » I thought we should write it like Sour Patch Kids in those commercials where they cut off people’s hair: They’re sour, then they’re sweet. That’s the wordplay I brought…. We wrote the chorus and I wrote a little verse for a [featured artist]. We were thinking BLACKPINK could be cool…. Blood brought it to Gaga and she was like, “I love this, I want to work on it.” She put her touch on it and transformed the song into her song. At the end she was like, “What about BLACKPINK on it?”
 
BURNS: I’d already begun working on the « Replay » instrumental outside of the Gaga project. Before I played it to Gaga and Blood, it was a sketch I had based around a sample from the Diana Ross record “It’s My House.” When BloodPop heard it, he suggested I rework it to fit a song they had started writing together called “Replay” …. It was the last song we finished for the album, I think.


Though “Sour Candy” is a deliberate bright spot on the album, it was essential for BloodPop and Gaga to retain the sadness brooding at Chromatica’s core, particularly in exploring Gaga’s rapidly evolving relationship to fame (“Fun Tonight”) and her use of antipsychotic medication (“911”).
 
BloodPop: Weirdly enough, whenever [Gaga] was slipping down the rabbit hole of sadness, I said « You’re the one who wanted to be a pop star. » It would make her smile no matter what, and if I could make her smile, I could maybe make her laugh, and it’s pretty hard to sink into the sadness trap when you’re laughing.
[Medication] is not fun to talk about for most people, but it’s a very real part of modern life for those who need it. This was her truth and she wanted to write about it even though she knew it would be painful to « go there.” [« 911 »] hit me particularly hard as well because at the time I had to get on medication for OCD and depression for the first time in my life.


Also on deck was “Rain on Me,” which originated as a stark, solo acid-house demo that would blossom into an Ariana Grande duet.
 
BURNS: We all knew that “Rain on Me” had huge potential and was an incredible song, but the production didn’t fit with the overall sound. So, Blood had asked if I could try some stuff with it. I took the vocal and wanted to try some new movement of the chords and explored different progressions to see if it changed the mood. It was kind of subconscious that I started playing the bassline from “All This Love That I’m Givin’” by Gwen McCrae under the chorus, and that felt like another lightbulb moment. I remember Blood turning to me and smiling like we’d just cracked a code.


After the leaks, and with the album mostly finished, BloodPop and Gaga felt the project needed proper unification. So they turned to musician Morgan Kibby a.k.a. White Sea to polish Chromatica with orchestral interludes.
 
BloodPop: We had the whole album basically written, and something about it felt cinematic, especially “Alice,” “Sine From Above,” and “Enigma.” Gaga felt the album had distinct acts, such as the sharp right turn it takes when “911” kicks in. We knew we had to tie the album [together] when she was sorting through the track order, and we somehow ended on the interlude idea through that.
 
Morgan Kibby: The main theme we explored was light and darkness, the push and pull of her — and, by extension, our — universal human experience, which is beautifully four-dimensional…. BloodPop and I specifically referenced disco strings and horns in my initial demo phase, and I think that stuck as a cornerstone of inspiration when I worked with Gaga. The long string runs that start “Chromatica I,” aim to evoke the majesty and grandeur of disco goddesses Donna Summer and Gloria Gaynor. There are also nods to classic scores from films like THX 1138 and Outland.


Kibby and Gaga spent two weeks on the interludes at the top of 2020, assembling a 26-person orchestra to record the pieces.
 
Morgan Kibby: “Chromatica III” started out as an arrangement under “Sine From Above.” When we soloed the strings, BloodPop had the instinct that it should live as a distinct moment, so it became our foundation for “Chromatica III.” After we parsed out part of the arrangement we all loved, he and Gaga, I believe, added the sounds of rain. The key piece of “III” for the strings was definitely the long note that sweeps and swells to honor the concept of a sine wave, and I think the additional production serves to highlight that idea.


And, yes, Kibby and Gaga love the way “Chromatica II” transitions into “911” as much as you do.
 
Morgan Kibby: “Chromatica II” was the final piece we composed, and at that point it was clear to Gaga that it should fall right before “911, » which was already complete. I remember this moment in the studio so clearly, because she lit up, and without any words I flipped the keyboard around, pulled up the string sound she was envisioning, and she started to play this amazing marcato idea. From there, we massaged it, and I focused on the harmonies and dynamics to make sure it amped the energy up. Ultimately none of us had any idea people would embrace this small moment as such a highlight. It brings me so much joy that one of my favorite moments with her, personally, ended up being some of her fans’ favorites, musically.


Initially scheduled for release on April 10, Gaga was forced to postpone to May 29 in the wake of the global pandemic. But, as EW’s Leah Greenblatt wrote in her review, Chromatica « offers a glitter-dusted escape from strange times. » The album’s creation process is also a testament to the ever-evolving nature of Chromatica as both a body of work and a thematic state of mind that reflects the varied tastes of the woman at its center.
 
Madison Love: At the end of the process, Gaga invited me to the studio to come listen to « Sour Candy. » I met her and we started dancing. She had this whole choreographed dance she was doing for me. I was trying not to cry. It was one of those moments where I was like, « Oh my God I’m meeting her, and I helped co-write a song with her! »…. I was kind of in awe when I heard it for the first time, because I hadn’t heard her full verse and how she ended it. I was more in shock when she first played it for me that I wasn’t even paying attention…. Afterward, they sent me a link and I listened to it in the car. [I remember thinking] « this is the Gaga that I love. »
 
Johannes Klahr: I have so much respect for Gaga, so getting [to work with her] like that, I was panicking at first, like, “What the f— do we do?” But we calmed down and did our thing, and it turned out nice…. You do the work, and you don’t really hear the songs until they come out, and it’s up to her close team to put everything together for the final. It goes to mastering, and that can change how it sounds, sonically…. But I’m blown away by what they did.

L'équipe de Chromatica de Lady Gaga révèle l'histoire et le futur de cette nouvelle ère (FR)
L’équipe de Chromatica de Lady Gaga révèle l’histoire et le futur de cette nouvelle ère

BloodPop, BURNS, Axwell et d’autres parlent de comment ils ont aidé à produire l’un des albums les plus dynamiques de l’année 2020.


Comme le dit le proverbe ancien, il faut tout un village pour élever un enfant. Dans le cas de Lady Gaga, il faut une femme – et une petite équipe loyale de collaborateurs – pour « annuler » la Terre avant de donner naissance à une toute nouvelle planète. Voilà l’histoire derrière Chromatica, le dernier album #1 de la chanteuse de 34 ans, un album dans lequel Gaga s’aventure dans un voyage thérapeutique sur la voie de la guérison en retournant aux sons dance – pop inspirés par la house qui ont lancé sa carrière. Tout cela avec pour toile de fond le lieu d’origine de l’album : un pays imaginaire du rajeunissement ravagé par une tempête.


« Nous n’en avons même pas parlé », révèle le producteur exécutif de l’album, Bloodpop, concernant sa création. L’album était un virage délibéré après le détour country de la chanteuse sur Joanne, sorti en 2016. « Il lui semblait approprié de revisiter des sons électroniques, nous avons donc démarré directement sur des synthés pulsés et des rythmes house. »


Entre mi-2017 et début 2020, au beau milieu de fuites de chansons et de demos glissées dans des pubs de cosmétiques (Bloodpop le promet : « Le mix de ‘Babylon’ pour Haus Labs sortira, donc pas de panique »), le duo a élargi son champ d’action en invitant une équipe de producteurs, paroliers, et artistes internationaux (comme Ariana Grande, BLACKPINK et Elton John) à les rejoindre pour les aider à concrétiser leur vision d’un album de dance / house progressive. Quelques uns des collaborateurs de Gaga (BloodPop, BURNS, Johannes Klahr, Axwell et d’autres) se sont confiés à Entertainment Weekly sur le processus de sa création.


Si Bloodpop a co-produit les 11 chansons de l’édition standard de Joanne, il n’avait pas prévu de continuer à travailler avec Gaga sur l’album suivant. Cela a changé lorsqu’il s’est rendu à Kansas City sur la route du Joanne World Tour, où il lui a fait écouter une chanson appelée ‘Stupid Love’, sur laquelle il avait travaillé avec Max Martin. À partir de ce moment, Gaga et BloodPop ont commencé à enregistrer l’album en invitant au fur et à mesure une équipe de producteurs comme SOPHIE, Boys Noize et BURNS.
 
BloodPop: Après la tournée pour Joanne et pendant/après le tournage pour A Star Is Born, on a commencé à travailler sur des demos dans son studio à domicile. Au début, nous n’avions pas de vision claire. Nous nous sommes juste lancés. Nous savions que ‘Stupid Love’ faisait du bien, et les autres chansons que nous écrivions donnaient des fins heureuses à des jours sombres, durs et pleins de larmes. Ces lueurs d’espoir nous ont donné envie de continuer, et lorsque des chansons comme « Enigma », « Alice » et « Babylon » ont pris forme, elle a commencé à avoir une vision globale de l’album.
 
BURNS: Blood et moi nous sommes rencontrés fin 2018, et c’est début 2019 qu’il m’a demandé si je voulais travailler avec eux sur ce projet. Il m’a fait écouter les premières demos et nous avons parlé des idées de direction… Blood et Gaga avaient déjà bien avancé sur l’écriture, mais le son n’avait pas encore été totalement déterminé.
 
BloodPop: Nous avons travaillé avec SOPHIE au tout début. C’est elle la première avec qui nous avons travaillé lors de ces sessions. Cette période était sympa. Nous avons installé 6 micros et avons enregistré le son du pot d’échappement de la Lamborghini de Gaga, et SOPHIE l’a transformé en samples. Même si ces chansons n’ont pas été retenues pour l’album, nous prévoyons toujours de les finir et de vous présenter quelque chose de spécial au sein de l’univers Chromatica.
 
BURNS: Les premières demos étaient empreintes d’un sentiment de joie sous-jacent dans la prestation vocale, même si quelques passages étaient plus sombres en termes de sujet.
 
BloodPop: C’est probablement la demo d’Enigma qui a mis l’album en route. Le plus important était surtout sa performance vocale, et la façon dont elle a abordé ce morceau. C’était puissant… On aurait dit un mix de Studio 54 et de bribes de toutes nos chansons dance préférées. Elle évoquait ce sentiment fugace et euphorique que peut nous faire ressentir de la bonne musique dance.


Le petit groupe de collaborateurs n’a pas tardé à inviter d’autres rebelles de la musique dance pour renforcer leur vision, comme Axwell et l’auteur-compositeur Johannes Klahr .
 
BloodPop: Presque toutes les chansons ont commencé au piano, soit par Gaga, soit Gaga et moi, sur une piste très basique. Nous construisions le titre à partir d’un semblant de chanson, et je l’accordais jusqu’à ce que je pense avoir le bon esprit pour la chanson. Ensuite, nous avons analysé l’ambiance de la musique puis nous avons invité des collaborateurs selon leurs capacités à réimaginer la chanson ou la production. Par exemple, nous adorions cette chanson d’Axwell qui jouait dans les clubs à l’époque, « Nobody Else ». Elle avait le punch et l’énergie sonore que nous voulions entendre dans « Alice et « Free Woman ».
 
Axwell: Ce qui m’a convaincu c’est que j’adore Gaga, et je trouvais ça génial de faire tout un album dance. Ce n’était pas de la pop un peu EDM, mais de la house retro traditionnelle. Cela m’a donné envie, et ils avaient déjà de supers sonorités de base… « Free Woman » était une chanson upbeat d’émancipation, sans genre. Les sonorités retro qu’ils avaient au départ m’ont vraiment motivé. En les écoutant, j’imaginais des clubs de New York dans les années 90.
 
Johannes Klahr: Cela fait des années que j’aide Axwell avec ses productions. Puisque nous avons créé « Nobody Else » ensemble, il était naturel pour nous de travailler sur cet album ensemble. « Free Woman » est une chanson pour les clubs, qui détonne mais qui est un peu plus calme. Nous avons fait ressortir les sons des années 80 et 90 et avons ajouté notre touche pour voir ce qu’elle pouvait devenir, mais tout en gardant son esprit. Nous sommes attirés par le groove : la basse doit faire corps avec la batterie, et avec la magnifique voix de Gaga pour l’accompagner, nous voulions que le groove soit aussi agréable et fluide que possible, pour que la chanson soit authentiquement une chanson de club.
 
Axwell: Ils se renseignaient sur l’histoire de la house, et je fais un peu partie de cette histoire… Ce qui est cool, c’est qu’ils ne m’ont pas invité à les rejoindre sans raison. Ils savaient ce qu’ils voulaient.
 
Johannes Klahr: Nous avons juste aidé la chanson à devenir ce vers quoi elle tendait déjà. Si l’on écoute le premier album de Gaga, il a déjà ces éléments, mais maintenant c’est un peu plus développé et adapté aux clubs. Gaga a ce don spécial qui ressort quand on l’accompagne de musique dance authentique.

Pour mettre en valeur les sonorités retro-house de l’album, BURNS, Axwell et Klahr ont commencé à utiliser des techniques vintage.
 
BURNS: Nous ne voulions pas de l’EDM moderne, nous voulions des sonorités classiques de dance music. J’ai souvent employé le mot « authentique » : il fallait que ce soit familier, mais aussi nouveau.
 
Johannes Klahr: Pour Alice, nous avons utilisé une basse d’orgue classique (Korg M1) qui se retrouve dans de nombreux morceaux de house old-school, et ça a parfaitement fonctionné. C’est une basse harmonique, avec un son chaleureux qui s’accorde bien avec la voix.
 
BURNS: J’essayais délibérément de m’éloigner de ce son poli et net que l’on entend beaucoup dans les productions pop-EDM de nos jours. Je voulais que tous les morceaux sur lesquels je travaillais aient du caractère et un peu de cran.


Axwell a aussi travaillé sur une chanson inachevée qu’il tournait et retournait depuis six ans. Le titre à l’état de demo, qui deviendrait ensuite « Sine From Above », avait d’abord été écrit pour Elton John en 2014 avec Ryan Tedder et le partenaire créatif d’Axwell, Sebastian Ingrosso.
 
Axwell: La chanson dormait dans mon disque dur… Elle ne s’appelait pas « Sine From Above » au départ, elle s’appelait juste « Elton John » car il chantait dessus. C’était une chanson plus calme et acoustique, au piano. On peut toujours l’entendre dans les couplets, et la dernière version a gardé la progression d’accords originale… Ce n’était pas facile de rester en contact avec Elton, car il change d’adresses mails, d’adresses postales, et de fuseaux horaires. C’était l’opportunité parfaite d’arriver à quelque chose avec cette chanson, car je savais que Gaga et Elton étaient amis. Je leur ai envoyé la chanson en ajoutant : « Ca pourrait être un super duo ! ». Ils l’ont aimée, ils s’en sont imprégnés, et Gaga y a ajouté sa touche. Gaga n’a eu aucun problème à contacter Elton.
 
BURNS: Elton était en tournée en Australie à l’époque. La date limite pour tout finir approchait, donc c’était une course contre la montre… Nous avons fini par l’enregistrer sur Skype, Elton était dans le studio en Australie et nous à Hollywood.
 
Johannes Klahr: La fin avec la batterie et la basse a été ajoutée une fois qu’Axwell et moi avions fini, mais c’est dément. C’est mon passage préféré, ça envoie du lourd.
 
BURNS: Au départ, ma première version comportait un break du style « Amen » sur toute la chanson, mais finalement nous avons opté pour un rythme à quatre temps. Au dernier moment, Gaga a pensé à ajouter une outro folle et détonnante. Elle a eu l’idée de l’accélérer, donc je me suis dit : pourquoi ne pas ramener le break d' »Amen », mais sous la forme classique de Jungle ?


Axwell n’est pas le seul à avoir revisité des morceaux du passé. Madison Love a écrit une chanson en dehors de l’univers Chromatica pendant une session distincte avec BloodPop, Rami Yacoub et BURNS, qui deviendrait le tube « Sour Candy » en duo avec BLACKPINK. En même temps, BURNS a revu l’un de ses premiers projets pour une chanson qui deviendrait « Replay ».
 
Madison Love: Nous avons commencé à faire des riffs sur un refrain. Nous aimions le titre « Sour Candy ». Je me disais que nous devrions écrire la chanson comme l’une des pubs pour les bonbons Sour Patch Kids où ils coupaient les cheveux des gens : ils sont amers, puis ils sont doux. C’est le jeu de mot que j’ai suggéré… Nous avons écrit le refrain, et j’ai écrit un petit couplet pour une artiste supplémentaire. Nous pensions que BLACKPINK serait une bonne idée… Blood l’a faite écouter à Gaga et elle a répondu « J’adore, je veux travailler dessus. » Elle y a ajouté sa touche pour en faire sa propre chanson. A la fin, elle nous a demandé, « bon alors, et si on y ajoutait BLACKPINK ? »
 
BURNS: J’avais déjà commencé à travailler sur l’instrumentale de « Replay » en dehors du projet de Gaga. Avant de lui faire écouter, à elle et à Blood, il s’agissait d’une demo que j’avais construite autour d’un sample de la chanson de Diana Ross, « It’s My House ». Quand Bloodpop l’a écoutée, il m’a suggéré de la retravailler pour qu’elle colle avec une chanson qu’ils avaient commencé à écrire, « Replay »… Je crois que c’est la dernière chanson à avoir été terminée sur l’album.


Si « Sour Candy » est un moment délibérément joyeux sur l’album, pour Bloodpop et Gaga il était essentiel de garder la tristesse qui habite le coeur de Chromatica, en particulier en ce qui concerne la relation changeante de Gaga avec la célébrité (« Fun Tonight ») et sa prise d’antipsychotiques (« 911 »).
 
BloodPop: Bizarrement, à chaque fois que Gaga s’enfonçait dans la spirale infernale de la tristesse, je lui disais « C’est toi qui voulait être une popstar. » Ca la faisait toujours sourire, quoiqu’il arrive, et si je pouvais la faire sourire, pourquoi pas la faire rire ? Et c’est assez dur de s’enfoncer dans la spirale de la tristesse lorsqu’on rit.
Les traitements médicamenteux, ce n’est pas un sujet dont beaucoup de monde aime parler, mais c’est une partie très réelle de la vie moderne pour ceux qui en ont besoin. C’était sa vérité, et elle voulait en parler dans ses chansons, même si elle savait que ça allait être douloureux. « 911 » m’a particulièrement touché aussi, car à l’époque, j’ai aussi commencé un traitement pour des TOCS et de la dépression, pour la première fois de ma vie.

Une autre chanson prête à l’emploi : « Rain On Me », à l’origine une demo du style acid-house qui deviendrait un duo avec Ariana Grande.
 
BURNS: Nous savions tous que « Rain On Me » avait beaucoup de potentiel et était une chanson incroyable, mais la production n’allait pas avec les sonorités globales, donc Bloodpop m’avait demandé d’essayer de la retravailler. J’ai pris la voix, j’ai essayé de nouveaux mouvements d’accords, j’ai exploré d’autres progressions pour voir si ça changeait l’ambiance. C’est un peu inconsciemment que j’ai commencé à prendre la ligne de basse de « All This Love That I’m Givin » de Gwen McCrae en fond du refrain, et j’avais l’impression d’avoir vu une ampoule apparaître au-dessus de ma tête. Je me souviens que Bloodpop s’est tourné vers moi et m’a souri, comme si on venait de décrypter un code.


Après les fuites, et l’album étant presque fini, Bloodpop et Gaga ont considéré que le projet avait besoin d’une vraie unification. Ils se sont tournés vers le musicien Morgan Kibby (White Sea) pour peaufiner Chromatica avec des interludes orchestraux.
 
BloodPop: Nous avions fini d’écrire l’album, et il nous semblait cinématique, en particulier « Alice », « Sine From Above » et « Enigma ». Gaga découpait l’album en trois actes distincts, par exemple il prend un clair tournant lorsqu’arrive « 911 ». Nous savions que nous devions relier ces parties pour uniformiser l’album lorsqu’elle a commencé à réfléchir à l’ordre de la setlist, et c’est là que nous nous sommes décidés sur cette idée d’interludes.
 
Morgan Kibby: Le thème principal que nous avons exploré était la lumière et l’obscurité, ce qui la repousse et ce qui l’attire, et par extension, notre propre expérience humaine universelle, qui est magnifiquement pluridimensionnelle… BloodPop et moi en particulier avons évoqué les cordes et les cors disco pendant la phase initiale de demo, et je pense que cela a été la pierre angulaire de notre inspiration lorsque j’ai travaillé avec Gaga. Les longues séries de cordes au début de « Chromatica I » visent à évoquer la majesté et la grandeur des déesses disco comme Donna Summer et Gloria Gaynor. Il y a aussi des clins d’oeil aux musiques classiques de films comme THX 1138 et Outland.


Kibby et Gaga ont passé deux semaines à travailler sur les interludes début 2020, réunissant un orchestre de 26 musiciens pour enregistrer ces morceaux.
 
Morgan Kibby: « Chromatica III » était au départ un arrangement juste après « Sine From Above ». Quand nous avons joué les cordes en solo, Bloodpop s’est rendu compte qu’elles devraient avoir leur propre moment, ce qui est devenu la fondation de « Chromatica III ». Après avoir isolé une partie de l’arrangement que nous aimions tous, lui et Gaga, je crois, y ont ajouté le son de la pluie. La pièce maîtresse de « III » pour les cordes était sans aucun doute la longue note qui monte et descend pour honorer le concept d’une onde sinusoïdale, et je trouve que la production met bien en valeur cette idée.


Et oui, Kibby et Gaga aiment la transition de « Chromatica II » et « 911 » autant que vous.
 
Morgan Kibby: « Chromatica II » était la dernière interlude que nous avons composée, et il était clair pour Gaga qu’elle devrait être juste avant « 911 », qui était déjà terminée. Je me souviens très clairement de ce moment dans le studio, car elle s’est illuminée, et sans aucun mot, j’ai tourné le clavier, j’ai joué le son de corde qu’elle imaginait, et elle a commencé à jouer cette super idée de marcato. À partir de là, nous l’avons travaillée, je me suis concentrée sur les harmonies et la dynamique pour m’assurer qu’elles amplifiaient l’énergie. En fin de compte, nous n’avions pas la moindre idée que les gens allaient considérer ce petit moment comme un tel temps fort. Cela m’apporte une telle joie de savoir que l’un de mes moments préférés avec elle personnellement s’est trouvé être le moment préféré de ses fans musicalement.


Prévu initialement pour le 10 avril, l’album de Gaga a dû être repoussé au 29 mai à cause de la pandémie. Mais, comme Leah Greenblatt d’EW l’a écrit dans sa critique, Chromatica « offre une échappatoire saupoudrée de paillettes à une époque étrange ». Le processus de création de l’album témoigne aussi de la nature de Chromatica en constante évolution, à la fois une oeuvre et un ensemble thématique d’états d’esprits reflétant les goûts multiples de la femme qui en est au centre.
 
Madison Love: À la fin du processus, Gaga m’a invitée dans son studio pour écouter « Sour Candy ». Je l’ai rencontrée et nous avons commencé à danser. Elle m’a fait toute une chorégraphie. J’essayais de ne pas pleurer, c’était un de ces moments où je me disais « Oh mon Dieu, je l’ai rencontrée et je l’ai aidée à co-écrire une chanson… » J’étais en admiration quand je l’ai entendue, car je n’avais pas encore entendu son couplet en entier, ni comment elle l’avait fini. J’étais encore plus choquée lorsqu’elle me l’a fait écouter pour la première fois, tellement que je n’étais même pas concentrée… Ensuite elle m’a envoyé un lien, je l’ai écoutée dans la voiture. Je me rappelle m’être dit : « C’est la Gaga que j’aime. »
 
Johannes Klahr: J’ai tellement de respect pour Gaga, donc de pouvoir travailler avec elle de cette façon me faisait paniquer au début, je me disais « Putain, on fait quoi ?! ». Mais nous nous sommes calmés et nous avons fait notre truc, et ça a donné quelque chose de bien… On fait le travail, et on n’entend pas vraiment les chansons finales jusqu’à ce qu’elles sortent, c’est à son équipe proche de tout mettre en place avant de les sortir. L’album passe par le mixage et ça peut changer les sonorités… Mais je suis époustouflé par ce qu’ils ont fait.

Traduction : Gagavision.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *