Lady Gaga pour Paper Magazine


Au beau milieu de l’actualité chaotique de ces derniers jours, voici un vent de fraîcheur, puisque Lady Gaga nous emmène sur la planète Chromatica !
La chanteuse commence doucement la promotion de son prochain album, Chromatica, et c’est Paper Magazine qui a le plaisir de nous offrir sa première couverture pour cette nouvelle ère. Avec un photoshoot futuristique dont la direction artistique est signée Nicola Formichetti, Gaga se livre dans une interview sobrement titrée : « La vie sur Chromatica ».
Vous êtes prêts Monsters ? Attachez vos ceintures, direction… Chromatica !

Lire l'article (VO - anglais)

Lady Gaga : Life on Chromatica
by Justin Moran
[Article original]

« I consent to being nude with everyone in this room, » Lady Gaga says, before slipping off her custom Versace robe emblazoned with her name on the back in crystals. « I believe we’re making art, this isn’t pornography. » With nothing on — not even her signature towering heels — the 5’2 » pop star walks confidently onto set for our cover shoot and positions herself inside a cage with hundreds of cameras attached to its frame. The countless lenses focus on her naked form, prepped to capture all angles of her body, as she holds one still pose and patiently waits for further instruction. « Three, two, one. » Flash. Every camera goes off in unison like lightning.


The scene is immediately jarring: A global icon, whose career has been closely documented by cameras, sometimes against her will, and whose art has frequently centered on the violence of paparazzi culture, submitting herself to the same technology that’s made — and challenged — her for the past 10 years. She calls for her longtime manager, Bobby Campbell, to play a song off her sixth studio album, and asks him to turn it up: « Louder, please. » Amidst a flurry of wild animal noises, references to partying in « BC » and fierce house beats, Gaga warns listeners to « battle for your life » on the track, as she mouths each lyric to herself. It’s the only song played all day, and she requests for it to be queued back to back.


In control of all of the cameras is Belgian artist Frederik Heyman, who needs every inch of her body 3D-scanned in order to later create a computer-generated Gaga avatar in various digitally constructed environments. This multimedia cover shoot is in conversation with the visual language being honed by Gaga and her team for her new album, Chromatica, out April 10. It’s named after a world « that celebrates all things » — where, according to Gaga, « No one thing is greater than the other. » On set, Gaga works from this same headspace, treating everyone in the room as a collaborator, especially when it comes to styling. She specifically rejects wearing head-to-toe designer clothing, instead opening up conversation for « a more fucked-up » fashion direction. « It doesn’t need to go together, it just needs to be upsetting, » she says, pointing lovingly to a pair of flame-printed panties.


When Heyman describes his plan to depict the pop star as a contrasting half-human / half-android figure, Gaga, ever the artist in control of her nuanced brand and vision, quickly challenges the intent behind this idea. « I don’t like futurism for the sake of it, » she respectfully asserts more than once. Gaga is also fixated on a much deeper truth at the heart of Chromatica’s ethos. « A robot puts me above people, » she muses. « Do you think a robot me is better than a human me? »


WHEN WE MEET AGAIN at Gaga’s Los Angeles house the next day, her hair is dyed hot pink, and she’s wearing a matching magenta shirt pierced with dozens of safety pins, fishnet stockings, underwear and massive black Demonia platforms. She walks into her private at-home recording studio — whiskey in hand — and informs me that somebody else had been using the space, so she’ll need a few minutes to reset her sound system. Expertly navigating an intimidating maze of knobs and plugs, Gaga preps the room to play her new, unreleased music. This is the same studio where she completed Chromatica, and, she tells me, it once belonged to experimental rock musician Frank Zappa. Gaga’s been living in Zappa’s former LA home while her Malibu spot is under repair for damage caused by the California fires. She hasn’t been back since leaving.


« This isn’t Joanne, » Gaga jokes up front, previewing new material that stands in contrast to her stripped-down fifth studio album, which saw her venture into folksy Americana influences à la « Million Reasons. » Gaga then cues up the first song she wrote for Chromatica: lead single « Stupid Love, » a relentless, driving disco-pop tune that revels in the joyful foolishness of loving someone. « I want your stupid love, » she repeats passionately on the chorus — a similar sentiment to 2009’s « Bad Romance, » only Gaga’s outlook now is much healthier and more independent. « Nobody’s gonna heal me if I don’t open the door, » she sings, later doubling down: « Now it’s time to free me from the shame. »


When Gaga plays her new music inside the studio, she blows out of her seat and dances wall to wall as if performing for an arena of thousands, only she’s just a few feet from me. Even a private show from Gaga somehow feels massive. Working through the « Stupid Love » music video’s choreography, she holds direct eye contact — pointing and lip-syncing — before swiftly spinning around and watching her reflection in the recording booth window. By the end of each track, she’s completely out of breath. It’s immediately clear that these songs are something of an antidepressant for Gaga — the lyrics and melodies have temporarily relieved her from excruciating pain and the trappings of fame, as she’s previously tweeted about.


Gaga is well aware that « Stupid Love » leaked in January, long before she’d even filmed its video or planned for anyone to hear it. She jokes that when hackers typically find her material, they’ll leak their favorite, which validated her decision to make the track open the Chromatica era. Many fans figured she’d rush it out, but Gaga wasn’t interested in releasing anything half-baked. « There was a minute where me and my manager, Bobby, were talking, ‘Do we change the single?’ We’d just spent months and months developing this video and choreography. And I said, ‘Nope!’ You know why? Because the song, when it’s mixed, mastered and finished with the visuals, and everything I have to say about it — when all those things come together at once, that will be the art piece I’m making. Not a leak. »


As expected, Gaga’s final « art piece » is wildly ambitious, with an iPhone-shot music video that saw 50 dancers film for two days straight in the hot, dry California desert. In it, her « Kindness Punks » — dressed in that same bubblegum-pink shade Gaga wears in her studio — rush to break up a fight between different tribes segmented by colors. Gaga presents as a warrior leader, with the Chromatica symbol on her forehead like a third eye and accessories that resemble armor, from a massively spiked belt to a full-face shield. In addition to the « Kindness Punks, » of which Gaga is a member, there are the « Freedom Fighters » in blue, « Junkyard Scavengers » in black, « Government Officials » in red, « Eco Warriors » in green and « Cyber Kids » in yellow. By the end, they all ultimately find mutual peace and dance together as a full spectrum.


This experience, Gaga says, further proved her newfound appreciation for the power of nature over technology. Prior to filming, Gaga rehearsed for three days and her dancers immediately followed with five of their own. Her longtime choreographer, Richard Jackson, who’s responsible for movement in everything from « Telephone » to « Applause, » had the challenge of creating and teaching dances that would last the duration of « Stupid Love » without stopping. Gaga gushes, « I want you to imagine people dancing for eight to 10 hours straight. I watched them work so hard — the blood and sweat. Scrapes from dancing in the desert or getting poked in the eye from a stud that knocked them in the face. They’re breathing in sand, they can’t see. The conditions alone were ridiculous. »


After extensive rehearsal, a drone was finally used to film the scene on-site, though it didn’t have nearly the same drive as Gaga and her dancers. « The damn thing lasts three-and-a-half minutes » before dying, Gaga laughs. « I was like, ‘Oh, are you tired? Was that choreography too hard for you?’ And I had another epiphany: I said, ‘I can’t even rely on this drone to capture this shot for me. But these dancers behind me? Their bodies are killing them, they all feel like fainting. That is more powerful than anything. The human spirit is remarkable.’ I told the dancers before we left for the desert, ‘This might be the hardest thing you’ve ever done, and if it’s not, I did it wrong. But you can do it, and when you look back on this time, you’ll remember how strong you are.' »


WHILE RECORDING Chromatica, Gaga says she often « couldn’t get off the couch » because her head-to-toe body pain was so extreme. But BloodPop®, the hit producer whom Gaga describes as the « center » of her new album, would consistently empower her to push forward and create. « He’d be like, ‘Come on, let’s go. We’re going to make music.’ And I’d be maybe crying or venting about something that was happening in my life over some pain or depression I was feeling. » Together, they co-wrote songs that temporarily brought Gaga joy. « I’d start out the day so down and I’d end up dancing, looking in the mirror, practicing my moves, singing along, » she says. « Every day was an enlightening experience, but it had to happen every day. »


Gaga was 19 years old when she was raped repeatedly by an unnamed man she knew in the entertainment industry — an incident she openly discussed during aOprah’s 2020 Vision tour. The musician developed PTSD as a result, exacerbated by her decision not to seek treatment early on. « I did not have a therapist, » Gaga told Oprah in January. « I did not have a psychiatrist. I did not have a doctor help me through it. I just all of a sudden became a star and was traveling the world, going from hotel room to garage to limo to stage. And I never dealt with it. » Instead, Gaga said she « used to cut » herself as a means to cope with everything that triggered her pain. « I have scars, » she told Oprah.


After years of having avoided processing her rape, Gaga’s body finally said « enough » in 2013. Little Monsters will recall a video capturing the exact moment Gaga’s hip broke while she was performing « Scheiße » in Montreal during her Born This Way tour. She let out a bloodcurdling shrill, slowly lowered herself to the ground and somehow still mustered the strength to complete the song’s difficult choreography. All remaining tour dates were then cancelled, while Gaga privately recovered.


In 2017, Gaga was diagnosed with a condition called fibromyalgia, which leaves her with chronic full-body pain as a trauma response, recreating the illness she says she felt after being raped. « The debate around fibromyalgia, we could have it for hours, » Gaga says, matter-of-factly. « Some people believe in it, some people don’t. Essentially it’s neuropathic pain: My brain gets stressed, my body hurts. » For the past few years, Gaga has been rightfully angry at having limited solutions for living comfortably with the pain. « [I’m] angry at my body, angry at my condition, angry that when I’m stressed my body hurts, » she says.


She describes something called « radical acceptance » as a means for getting her through this dark period, « where you have to ‘radically accept’ that you’re not going to feel well every day, maybe a little bit. Some days are way worse, some days aren’t. But you know what I can do? I can go, ‘Well, my hands work; my arms work; my legs work, even though they are sore; my back works; my brain works; my heart works; I’m taking breaths, my lungs work.’ You can just be grateful for what you can do. »


Chromatica can be seen as a reflection of this radical acceptance; it’s an album Gaga describes as « dancing through her pain. » Featuring explosive anthems that brim with euphoric synth-pop climaxes (way bigger than The Fame), its lyrics nevertheless reflect Gaga’s more somber, personal experiences. « It’s a smack across the face throughout the album, » Gaga says of its celebratory sound. « We don’t stop being that happy. You will hear the pain in my voice and in some of the lyrics, but it always celebrates. »


Still, Gaga acknowledges the idiocy of unwavering happiness (and the fact that pop, and the mainstream music market at large, is often designed to sell that lie). « Give me a break, [happiness is] not that simple, » Gaga says. « I have clinical depression. There’s something going on in my brain where the dopamine and serotonin are not firing the same way, and I can’t get there. If someone says, ‘Come on, just be happy,’ I’m like, ‘You fucking be happy.' »


With Chromatica, however, Gaga wants to put forth an ideology that suggests it’s possible to feel joy even at the same time as you’re experiencing sorrow — like putting a happiness filter on life. « I will do whatever it takes to make the world dance and smile, » she says. « I want to put out a record that forces people to rejoice even in their saddest moments. And by the way, I’m not standing over here with a flag going, ‘I’m all healed, everything’s perfect.’ It’s not; it’s a fight all the time. I still work on myself constantly. I have bad days, I have good days. Yeah, I live in Chromatica, it took a minute to get here, but that doesn’t mean I don’t remember what happened. So if you’re in pain and listening to this music, just know that I know what it’s like to be in pain. And I know what it’s like to also not let it ruin your life. »


OF COURSE, you could say Gaga’s music has been « making the world dance and smile » since day one. Often, the exuberance she makes people feel is rooted in her embrace of inclusivity and equality — steady themes throughout Gaga’s career, from her early opposition to the US military’s discriminatory « don’t ask, don’t tell » law (repealed in 2010) to her LGBTQ epic, Born This Way, released in 2011. « No matter gay, straight or bi, lesbian, transgender life, » she sings on the title track, which ultimately inspired the creation of her Born This Way Foundation « for a kinder, braver world. » But another recurring motif has always been a fixation on the future. In the Nick Knight-directed music video for Born This Way’s title track, Gaga births a new, « infinite » race that « bears no prejudice, no judgment, but boundless freedom. » As the character « Mother Monster, » she’s soaked in extraterrestrial pregnancy slime, living on G.O.A.T. (a « Government-Owned Alien Territory » in space), and describing the « mitosis of the future » in relation to her fantasy anti-hate militia.


Nearly a decade later, Gaga now says « we’re living in the future, » which is why Chromatica — as a concept — feels like the result of every seed initially planted on that intergalactic G.O.A.T. In her studio, Gaga clarifies her updated stance on futurism, and the reasons she wanted to question it on set. « I’ve been obsessed with the future for so long, going, What’s next? » she says. « And then I turned back and looked at my life. I unpacked all the things I’ve learned that have helped me and that have hurt me, and that taught me infinitely more. Now, [the past] informs my work. It’s like I was blocked because I was so obsessed with what was next, what was coming, what does it mean to go forward, that I didn’t realize I was already in the future. And where we are, where we stand in the present, is powerful. »


Today, Gaga says she lives in Chromatica, which, unlike G.O.A.T., isn’t a fictional location at all. « It’s a perspective, » Gaga corrects, pointing to her heart. « It’s right here. I might sound silly, but I’m on it right now — I’m not on another planet. If you see and listen to Chromatica, and you want to live there, too, you’re invited. But I do want to be clear that it’s not a fantasy. » Gaga earnestly explains that it’s as if she « deleted Earth » and « replaced it with Chromatica » in her mind, making this abstract, arguably absurd process seem realistic. Admittedly, I want to be in Chromatica with Gaga, too. Maybe I am?


She came up with the name alongside BloodPop®, who previously worked with Gaga on Joanne, as well as with artists like Justin Bieber, Grimes and Madonna, among others. Together, they felt Chromatica represented, in its simplest form, « a spectrum of people » that « all shared the same perspective » and always believed in « kindness over war. » But Gaga wanted its ethos to dig even deeper. « It became not just about saying all people are included (all colors, all races, all ethnicities, all gender identities, all sexual identities, all religious identities), » she says. « It’s saying there are more colors and more kinds than we could possibly fathom. We’re all so different and that’s the perspective. »


But Gaga reiterates that Chromatica is not « this imaginary fairy-tale happy land where everything’s perfect, » and understands the inevitability of darkness co-existing with the light. « In order to understand love, you have to understand that there’s hate, » she says, in another parallel to G.O.A.T. and her « Born This Way » video when Mother Monster questions, « How can I protect something so good without evil? » Much as Gaga continues to reconcile these opposing forces on Chromatica, she also needed to wrestle with this duality in her own life and face her preexisting trauma head-on, which she says is the « bravest step you can take as a human. »


Referencing close friends who have struggled with finding healthy ways to work through their own pain, Gaga explains what made her realize just how difficult it is to honestly process your past. « I can’t tell you who, but I’ve met people who have said to me, while sucking down bottles and bottles of wine and doing drugs, ‘I will never do what you did. I will never take care of my heart and my emotions the way that you have.’ And it really made me think about what a step it was for me in my life to decide to get healthy mentally. »


Gaga continues, « I want my legacy to be the most beautiful diary that I ever could’ve made. And diaries are meant to be true. I think when we start lying to ourselves in our diaries, we start to create secrets within ourselves that don’t help us. I like to look myself squarely in the eye now. »


WHEN GAGA LOOKS BACK on the evolution of her music career, she sees a clear development of influences. She starts by referencing her rape as a life-altering experience that set the tone for how she created art as a young adult. Not long after, she « went on tours and became very traumatized by the pace of fame and everything I had to do — what was required of me physically and mentally changed the way I wrote. Relationships, family, friends, isolation, traveling all the time, no sleep. » Through it all — the inevitable extreme highs and lows of a superstar who’s been built up and torn down by the public — Gaga says she doesn’t regret anything she’s ever made.


The topic of ARTPOP comes up, specifically Gaga’s contentious 2019 tweet, « I don’t remember ARTPOP, » which sent fans into an absolute frenzy in defense of her underrated, critically slammed 2013 effort. As it turns out, Gaga does, in fact, recall her sometimes controversial third album. « I think it’s funny that I’m not allowed to have a sense of humor, » she says. « The internet is essentially a big joke, but if I tell one everyone freaks out. I don’t regret my art, and I wouldn’t suggest anyone do. » Though ARTPOP couldn’t possibly compare to the colossal success of Gaga’s first two albums, it’s certainly her most experimental to date. (Justice for « Sexxx Dreams, » the hit single that never was.) « I look back at ARTPOP and look at music today, and I see a lot of things that were very… » Gaga pauses to find the right word. « Futuristic. Or they were ahead of their time, and I’m okay with saying that. »


There was a period where Gaga says she was more « introspective » and therefore wanted to make music for herself, starting with ARTPOP and then with Joanne. Both albums were polarizing, vastly different projects for longtime fans to initially digest, but they froze an honest moment in time for an artist being pulled in two directions: by the immense pressures of fame, as well as her own need for self-fulfillment. « Joanne was exactly what I wanted to do, » Gaga affirms. « The way I wanted to do it, the way I wanted it to sound, and so was ARTPOP — everything about it. Every album has been exactly what I wanted to make at that time. It’s just there was a period where I think I forgot about where I was, and maybe that’s why it’s been so important for me with Chromatica to reestablish where I am for myself. So that here can mean something very powerful. »


While creating Chromatica, Gaga says she reconnected with the way she believes music moves through her, like a messenger for some higher spirit. She believes in God, having grown up Catholic, but says God is « too big » for her to fully understand. According to Gaga, ideas for songs on Chromatica came to her by « opening the portal to the other realm and listening to God, » which is why it all sounds so positive. « That’s what the other realm was telling me to create, » she says. « I might, to some people, sound like I have a perspective on life that’s eccentric, but I actually don’t think that my talent belongs to me. » When Gaga was younger, she remembers hearing melodies in her head and « running to the piano. » The portal has been with Gaga her entire life, only she forgot for a brief moment to listen.


One such message led Gaga to collaborate with a fellow female pop star, who has similarly experienced immense trauma while in the public eye. Their song together is a monster of a dance tune, but its message is about submitting yourself to devastation (« It’s coming down on me, water like misery ») — a flawless dance floor crier as a « celebration of all the tears, » Gaga describes. « I sat with her and we talked about our lives. It’s two women having a conversation about how to keep going and how to be grateful for what you do. » Without being prompted, Gaga raises the inevitable criticism that celebrities face when they say « it’s hard to be famous. » She knows that « 75% of the world rolls their eyes, » but Gaga counters: « Yeah, you can be in a mansion, but you can still be six feet under in one. »


Elsewhere in Chromatica, Gaga explores topics like her antipsychotic medication (« My biggest enemy is me, pop a 911 ») and the undeniable force of femininity (« I’m not nothing without a steady hand »), the latter of which acknowledges both her own strength as well as that of the community who has « cheer[ed] her on » and helped her « become a woman. » Specifically, she calls out trans women and gay men for helping her cope with PTSD and move past any spirals associated with reliving her pain. « In 2020, what does it mean to be a free woman? » Gaga questions, prompting a song that answers this question and sees her challenging the need to be with a man — or anyone at all — in order to survive. « Can I feel free on my own? Do I need to be loved in order to feel like I’ve conquered it all? » Speaking to the track’s origin, Gaga says, « It came from thinking on some days I was going to die. I was like, ‘I’m going to die soon, so I better say something important.’ Now I listen to it and know that I’m going to live. »


IF CHROMATICA is a mindset where « kindness rules all, » created as a gift « for the world, » Gaga says it was crucial for the collaborative process to also mirror these values. Gaga flags the difficulty of consolidating more than two years of music-making with tons of different producers into one interview, and instead proposes that she create an Excel spreadsheet for me detailing exactly who worked on what. Above all, Gaga wants to talk at length about BloodPop®, her other « nucleus » on Chromatica. « We combined, » she says of working with him on this project. « I’m overwhelmed by the amount of love he had to offer me. I could not have made this album without him. He was the world’s most incredible alarm when the ambulance was coming. »


All of the musicians involved — BURNS, Axwell, Rami Yacoub, Benjamin Rice, Tchami and more — would work on Chromatica as an equal group effort, which is rare considering how so many producers « can get very territorial » based on Gaga’s previous experience. « It was a very fluid process with no ego, » she says. « Every single thing you hear on Chromatica was passed around and things would get removed, changed or altered. Everyone here heard it or touched it. » That’s why songs like « Stupid Love » sound notably soulful and complex. « It’s easy to go into a computer and find a cool loop, but the producers I work with don’t work this way. When they’re inspired, they embroider things. »


From start to finish, Chromatica is firmly rooted in classic house, with crisp, clubby dance breaks that all sound like they’re competing with each other to be the biggest on the tracklist. Sonically, it’s perhaps Gaga’s most focused, consistent album to date, with all these producer contributions laddering up to the same fearless electronic tapestry, weaving in unruly breakbeat outros, emotional power-pop melodies that send a dopamine rush through the brain and tons of slick, shiny synths. You can weep to these songs just as much as you can sweat to them, and Gaga seems to be encouraging both at once.


Tensions can easily rise in-studio, but Gaga proudly attests that she experienced the opposite while recording Chromatica. « I think the only day me and BloodPop® ever had a fight was when I was trying to learn a jazz tune because I was going to see Tony [Bennett] really soon. He was like, ‘We have to finish this!’ and I was singing a Cole Porter record in the corner, » she laughs. « And that wasn’t even really a fight. » Rather, BloodPop® was more focused on bringing people together through this process. « It was like some really talented, wonderful men all joined arms with BloodPop® in front of all of them and he was like, ‘Do you remember how much you’ve changed the world? Do you know how much you have to offer people?’ He reminded me that every day, no matter how hard it was. »


And on Chromatica, what Gaga offers is openness, honesty and an affirmation of the human spirit — hers and the rest of the world’s. « The human spirit is more fucking powerful than anything, » she says. « I think Chromatica is the most honest thing I could’ve ever created, and I’ll never forget making this record. It’s been one of the most special and hard times in my life. » As if to drive home her points at the end of our meeting, Gaga picks up a giant, green crystal on the coffee table, surrounded by speakers, microphones and mixers. « Do you know crystals have been around for billions of years? » she asks, smiling. « The past is incredible. Look what we’ve done without technology. Look how we’ve survived without it. Look how we’ve kept going. » Certainly no drone could say the same.

Lire l'article (VF - français)

Lady Gaga : La Vie sur Chromatica
par Justin Moran

« Je consens à être nue devant tout le monde dans la pièce, » dit Lady Gaga, avant d’enlever son peignoir Versace fait sur mesure, orné de son nom en cristaux sur le dos. « Je pense que nous faisons de l’art, pas de la pornographie. » Complètement nue – sans même ses immenses talons signatures – la pop star d’un mètre 57 avance avec confiance sur le plateau pour notre photo de couverture et se positionne à l’intérieur d’une cage à laquelle sont reliées des centaines de caméras. Les innombrables lentilles se focalisent sur sa forme nue, prêtes à capturer tous les angles de son corps, alors qu’elle tient la pose et attend patiemment de nouvelles instructions. « Trois, deux, un. » Flash. Chaque appareil se déclenche à l’unisson, comme un éclair.
 
La scène nous ébranle immédiatement : une icône internationale, dont la carrière a été documentée de près par les caméras, parfois contre sa volonté, et dont l’art a fréquemment été centré sur la violence de la culture des paparazzi, se soumet à la même technologie qui l’a faite – et mise au défi – ces 10 dernières années. Elle appelle son manager de longue date, Bobby Campbell, pour qu’il passe une chanson de son sixième album studio, et lui demande de monter le son : « Plus fort, s’il te plait. » Au milieu d’un déluge de sons d’animaux sauvages, de références à faire la fête en « BC » et de rythmes house féroces, Gaga enjoint ceux qui écoutent à se « battre pour leur vie » sur le morceau, alors qu’elle mime chaque parole. Ce sera la seule chanson jouée toute la journée, et elle demandera qu’elle passe en boucle.
 
Au contrôle de toutes les caméras, on retrouve l’artiste belge Frederik Heyman, qui a besoin que chaque centimètre de son corps soit scanné en 3D afin de créer plus tard une Gaga générée par ordinateur dans divers environnements construits digitalement. Ce shooting multimédia est en discussion avec le langage visuel aiguisé par Gaga et son équipe pour son nouvel album, Chromatica, à paraître le 10 avril. Il est nommé d’après un monde « qui célèbre toutes les choses » – où, d’après Gaga, « Aucune chose n’a plus d’importance qu’une autre. » Sur le plateau, Gaga travaille dans le même état d’esprit, en traitant chaque personne dans la pièce comme un collaborateur, spécialement lorsqu’il s’agit du stylisme. Elle rejette spécifiquement de porter des tenues de créateurs de la tête aux pieds, ouvrant à la place la conversation vers une direction artistique « plus dérangée ». « Ça n’a pas besoin d’aller bien ensemble, il faut juste que ce soit dérangeant, » dit-elle, en désignant amoureusement une culotte imprimée de flammes.
 
Lorsque Heyman décrit son plan de représenter la pop star en un personnage mi-humain / mi-androïde contrasté, Gaga, artiste toujours au contrôle de sa marque et sa vision nuancées, remet en cause l’intention derrière l’idée. « Je n’aime pas le futurisme pour le futurisme, » affirme-t-elle respectueusement plus d’une fois. Gaga est obnubilée par une vérité plus profonde au cœur de la philosophie de Chromatica. « Un robot me met au-dessus des gens, » songe-t-elle. « Pensez-vous qu’un moi-robot soit meilleur qu’un moi-humain ? »
 
Lorsque nous nous revoyons à la maison de Gaga à Los Angeles le lendemain, ses cheveux ont été teints en rose pétant, et elle porte une chemise magenta percée de douzaines d’épingles à nourrice, des bas résilles, des sous-vêtements et de massives chaussures plateformes Demonia. Elle se dirige vers son studio privé – whisky à la main – et m’informe que quelqu’un d’autre a utilisé l’espace, alors il lui faudra quelques minutes pour re-régler sa sonorisation. Pilotant avec expertise un impressionnant labyrinthe de boutons et de prises, Gaga prépare la pièce pour jouer sa nouvelle musique inédite. C’est dans ce même studio – qui a, me dit-elle, appartenu au musicien rock expérimental Frank Zappa – qu’elle a terminé Chromatica. Gaga vit dans ce qui fut la demeure de Zappa à LA car sa maison de Malibu est en rénovation suite aux dommages causés par les feux en Californie. Elle n’y est pas retournée depuis qu’elle en est partie.
 
« Ce n’est pas Joanne, » plaisante-t-elle, pour présenter ce nouveau matériel en contraste avec son cinquième album studio épuré, qui l’a vu s’aventurer dans les influences folks américaines comme avec « Million Reasons ». Gaga passe la première chanson qu’elle a écrite pour Chromatica : le single « Stupid Love », morceau disco-pop implacable et stimulant qui se délecte de la folie joyeuse d’aimer quelqu’un. « Je veux ton amour stupide, » répète-t-elle passionnément dans le refrain – sentiment similaire à son « Bad Romance » de 2009, sauf que Gaga est désormais en bien meilleure santé et plus indépendante. « Personne ne me guérira si je n’ouvre pas la porte, » chante-t-elle, mettant plus tard les bouchées doubles avec un « Désormais il est temps que je me libère de ma honte. »
 
Lorsque Gaga passe sa nouvelle musique dans le studio, elle saute hors de son siège et danse sans s’arrêter comme si elle performait devant une aréna de milliers de spectateurs, alors qu’elle n’est qu’à quelques centimètres de moi. Même un show privé de Lady Gaga semble énorme. Durant la chorégraphie du clip de « Stupid Love », elle me regarde droit dans les yeux – en me pointant du doigt et en mimant les paroles – avant de se retourner rapidement et de regarder son reflet dans la fenêtre de la cabine d’enregistrement. A la fin de chaque morceau, elle est complètement hors d’haleine. Il est immédiatement clair que ces chansons sont un antidépresseur pour Gaga – les paroles et les mélodies l’ont temporairement soulagée d’une douleur insoutenable et des pièges de la célébrité, comme elle l’a précédemment tweeté.
 
Gaga est au courant que « Stupid Love » a fuité en janvier, bien avant qu’elle ne tourne le clip ou n’ait planifié de le faire entendre à quiconque. Elle blague sur le fait que lorsque les hackers ont accès à ses morceaux, ils font fuiter leur préféré, ce qui a validé sa décision d’en faire l’ouverture de l’ère Chromatica. Beaucoup de fans ont pensé qu’elle le sortirait dans la précipitation, mais Gaga ne voulait pas sortir quelque chose d’à moitié cuit. « Il y a un moment où moi et mon manager, Bobby, avons discuté. ‘Est-ce qu’on change le single ?’ Nous venions de passer des mois et des mois à développer le clip et la chorégraphie. Alors j’ai dit ‘Non !’ Vous savez pourquoi ? Car la chanson, une fois mixée, masterisée et terminée avec les visuels et tout ce que j’ai à en dire – lorsque toutes ces choses s’emboitent en même temps, elle devient l’œuvre d’art que je crée. Pas une fuite. »
 
Comme on peut s’y attendre, « l’œuvre d’art » finale de Gaga est très ambitieuse, avec un clip tourné à l’iPhone où 50 danseurs ont filmé durant deux jours dans le chaud et sec désert californien. Ses « Punks de la Bienveillance » – vêtus de la même teinte rose chewing-gum que Gaga arbore en studio – se dépêchent de mettre fin à un combat entre différentes tribus réparties par couleur. Gaga se présente comme une cheffe guerrière, avec le symbole de Chromatica sur le front, comme un troisième œil, et des accessoires ressemblant à une armure, allant d’une ceinture massivement ornée de piques à un bouclier sur le visage. En plus des « Punks de la Bienveillance », dont Gaga fait partie, il y a les « Combattants de la Liberté » en bleu, les « Charognards des Décharges » en noir, les « Officiels du Gouvernement » en rouge, les « Eco-Guerriers » en vert et les « Cyber-Gamins » en jaune. A la fin, ils trouvent la paix mutuelle et dansent ensemble comme un spectre complet.
 
Cette expérience, dit Gaga, a prouvé sa nouvelle appréciation du pouvoir de la nature sur la technologie. Avant de filmer, Gaga a répété durant trois jours, immédiatement suivie par ses danseurs qui ont répété durant cinq jours. Son chorégraphe de longue date, Richard Jackson, qui est responsable de tous les mouvements de « Telephone » à « Applause », avait pour défi de créer et d’enseigner des danses qui dureraient aussi longtemps que la chanson « Stupid Love » sans pause. Gaga lâche « Je veux que vous imaginiez des gens dansant durant 8 à 10 heures sans s’arrêter. Je les ai regardé travailler tellement dur – le sang, la sueur. Des égratignures à force de danser dans le désert ou les blessures aux yeux après avoir pris des choses dans le visage. Ils respirent le sable, ils ne voient rien. Les conditions en elles-mêmes étaient absurdes. »
 
Après d’intensives répétitions, un drone a été utilisé pour filmer la scène sur site, bien qu’il n’ait pas eu la même endurance que Gaga et ses danseurs. « Cette saleté de truc durait trois minutes et demi » avant de s’éteindre, dit Gaga en riant. « Je lui disais ‘Oh tu es fatigué ? C’est chorégraphie était trop dure pour toi ?’ Et j’ai eu une autre révélation : j’ai dit ‘Je ne peux même pas compter sur ce drone pour capturer cette séquence. Mais ces danseurs derrière moi ? Leurs corps les font souffrir, ils sont tous sur le point de s’évanouir. C’est plus puissant que tout. L’esprit humain est remarquable.’ J’ai dit aux danseurs avant que nous quittions le désert ‘C’est peut-être la chose la plus dure que vous ayez jamais faite, et si ça ne l’est pas, je me suis trompée. Mais vous pouvez le faire, et lorsque vous y repenserez, vous vous souviendrez d’à quel point vous êtes forts’. »
 
En enregistrant Chromatica, Gaga dit qu’il lui arrivait souvent de ne « pas pouvoir se lever du canapé » car ses douleurs extrêmes lui faisaient mal de la tête aux pieds. Mais BloodPop, le producteur que Gaga décrit comme le « centre » de son nouvel album, la poussait constamment à avancer et créer. « Il me disait ‘Allez, viens. Allons faire de la musique,’ alors que j’étais en train de pleurer ou de m’épancher sur quelque chose qui se passait dans ma vie, sur la douleur ou la dépression que je ressentais. » Ensemble, ils ont co-écrit des chansons qui ont temporairement apporté de la joie à Gaga. « Je commençais la journée tellement mal et je finissais en dansant et chantant, à me regarder dans le miroir pour pratiquer mes mouvements, » dit-elle. « Chaque jour a été une expérience instructive, et c’est arrivé tous les jours. »
 
Gaga avait 19 ans lorsqu’elle a été violée de manière répétée par un homme de l’industrie de la musique dont elle n’a pas révélé le nom – un incident dont elle a ouvertement parlé lors du Vision Tour 2020 de Oprah. La musicienne a développé un PTSD, exacerbé par sa décision de ne pas chercher à se faire aider. « Je n’avais pas de thérapeute, » a dit Gaga à Oprah en janvier. « Je n’avais pas de psychiatre. Je n’avais pas de docteur pour m’aider à traverser ça. D’un seul coup, je suis devenue une star et je voyageais partout dans le monde, allant de chambre d’hôtel en garage, de la limousine à la scène. Et je ne m’en suis jamais occupée. » A la place, Gaga a dit qu’elle se « mutilait » pour surmonter tout ce qui déclenchait ses douleurs. « J’ai des cicatrices, » a-t-elle dit à Oprah.
 
Après des années à éviter de traiter son viol, le corps de Gaga a finalement dit « assez » en 2013. Les Little Monsters se rappelleront cette vidéo capturant le moment exact où la hanche de Gaga s’est brisée alors qu’elle performait « Scheiβe » à Montréal durant sa tournée Born This Way. Elle a laissé échapper un cri à vous glacer le sang, est descendu doucement au sol et a néanmoins trouvé la force de terminer la difficile chorégraphie de cette chanson. Toutes les dates restantes de la tournée ont été annulées, pendant que Gaga se remettait en privé.
 
En 2017, on a diagnostiqué à Gaga une maladie nommée fibromyalgie, qui la laisse dans un état de douleurs corporelles chroniques, en réponse à un traumatisme, récréant ce qu’elle a ressenti après avoir été violée. « On pourrait avoir un débat sur la fibromyalgie durant des heures, » dit Gaga d’un ton neutre. « Certaines personnes y croient, d’autres non. C’est essentiellement une douleur neuropathique : mon cerveau est stressé, mon corps me fait mal. » Ces dernières années, Gaga a été légitimement en colère de ne trouver que des solutions limitées pour vivre confortablement avec la douleur. « Je suis en colère contre mon corps, contre ma maladie, en colère que lorsque je suis stressée, mon corps me fasse mal, » dit-elle.
 
Elle décrit quelque chose appelée « l’acceptation radicale » comme un moyen qui lui a permis de traverser cette sombre période, « où tu dois ‘radicalement accepter’ que tu n’iras pas bien tous les jours, peut-être un petit peu. Certains jours sont pires, certains ne le sont pas. Mais vous savez ce que je peux faire ? Je peux me dire ‘Mes mains, mes bras et mes jambes fonctionnent, même s’ils me font mal ; mon dos, mon cerveau et mon cœur travaillent ; je respire, mes poumons fonctionnent.’ Tu peux être ainsi reconnaissant pour ce que tu peux faire. »
 
Chromatica peut être vu comme une réflexion sur cette acceptation radicale ; c’est un album que Gaga décrit comme un moyen de « danser à travers sa douleur ». Avec des hymnes explosifs qui débordent d’apogées synthé-pop euphoriques (encore plus que The Fame), les paroles reflètent néanmoins les expériences plus sombres et personnelles de Gaga. « C’est une claque dans le visage tout au long de l’album, » dit Gaga de ces sons célébratoires. « Nous n’arrêtons pas d’être heureux. Vous entendrez la douleur dans ma voix et dans les paroles, mais c’est toujours pour célébrer quelque chose. »
 
Cependant, Gaga reconnait l’idiotie du bonheur inflexible (et le fait que la pop, et le marché de la musique au sens large, est souvent faite pour vendre un mensonge). « Laissez-moi tranquille, le bonheur n’est pas si simple, » dit Gaga. « Je souffre de dépression clinique. Il y a un truc dans mon cerveau qui fait que la dopamine et la sérotonine ne fonctionnent pas comme il faudrait et je n’arrive pas [à être heureuse]. Si quelqu’un dit ‘Allez, sois heureuse,’ je lui réponds ‘Vas-y toi’. »
 
Avec Chromatica cependant, Gaga veut mettre en avant l’idéologie qu’il est possible de ressentir de la joie tout en faisant l’expérience du chagrin – comme si on mettait un filtre de bonheur sur la vie. « Je ferai tout mon possible pour faire danser et sourire le monde, » dit-elle. « Je veux sortir un disque qui va forcer les gens à se réjouir même dans les moments les plus tristes. Et au passage, je ne suis pas là à brandir un drapeau disant ‘Je suis guérie, tout va parfaitement bien.’ Ce n’est pas le cas ; c’est un combat de chaque instant. Je travaille constamment sur moi-même. J’ai des mauvais jours, j’ai des bons jours. Oui, je vis sur Chromatica, ça me prend une minute pour y aller, mais ça ne signifie pas que je ne me souviens pas de ce qu’il s’est passé. Donc si vous souffrez et que vous écoutez cette musique, sachez que je sais ce qu’est la douleur. Et je sais aussi ce que c’est de ne pas la laisser vous ruiner la vie. »
 
Bien sûr, vous pourriez dire que la musique de Gaga a fait « danser et sourire le monde » depuis le premier jour. Souvent, l’exubérance qu’elle fait ressentir aux gens est ancrée dans l’inclusivité et l’égalité dont elle fait preuve – thèmes récurrents tout au long de la carrière de Gaga, de son opposition des premiers jours au discriminatoire « don’t ask, don’t tell » de l’armée américaine (abrogé en 2010) à son épique Born This Way LGBTQ, sorti en 2011. « Peu importe que tu sois gay, hétéro ou bi, lesbienne ou transgenre, » chante-t-elle sur la chanson-titre, qui a finalement inspiré la création de sa Born This Way Foundation « pour un monde plus bienveillant et courageux. » Mais un autre thème récurrent a toujours été sa fixation vers le futur. Dans le clip de la chanson-titre de Born This Way réalisé par Nick Knight, Gaga donne naissance à une nouvelle race « infinie, qui ne porte ni préjugé, ni jugement, mais jouit d’une liberté sans limite. » Dans le personnage de « Mother Monster », elle est enduite d’une substance gluante extraterrestre pour l’accouchement, vit sur G.O.A.T. (un « Territoire Alien Possédé par le Gouvernement » dans l’espace) et décrit la « mitose du futur » en relation avec sa milice anti-haine fantasmée.
 
Presqu’une décennie plus tard, Gaga dit désormais « nous vivons dans le futur, » raison pour laquelle Chromatica – en tant que concept – semble être le résultat de chaque graine plantée sur ce G.O.A.T. intergalactique. Dans son studio, Gaga clarifie son point de vue actualisé sur le futurisme, et les raisons pour lesquelles elle a voulu le questionner sur le plateau. « Je suis obsédée par le futur depuis si longtemps. Que va-t-il se passer ensuite ? » dit-elle. « Et puis je me suis retournée et j’ai regardé ma vie. J’ai défait tout ce que j’avais appris, tout ce qui m’a aidée et ce qui m’a blessée, et cela m’en a appris infiniment plus. Désormais, [le passé] façonne mon travail. C’est comme si j’étais bloquée à force d’être obsédée par ce qui allait se passer ensuite, ce qui allait arriver, ce que ça signifie d’aller de l’avant, au point que je n’avais pas réalisé que je suis déjà dans le futur. Et qui nous sommes, où nous nous tenons dans le présent, c’est ça qui est puissant. »
 
Aujourd’hui, Gaga dit qu’elle vit sur Chromatica, qui, contrairement à G.O.A.T., n’est pas un endroit fictif. « C’est une perspective, » corrige-t-elle, en désignant son cœur. « C’est juste là. Je semble peut-être idiote, mais j’y suis en ce moment – je ne suis pas sur une autre planète. Si vous voyez et écoutez Chromatica, et que vous voulez y vivre, vous êtes invités. Mais je veux être claire qu’il ne s’agit pas d’un fantasme. » Gaga explique sérieusement que c’est comme si elle avait « effacé la Terre » et l’avait « remplacée par Chromatica » dans son esprit, faisant de ce procédé abstrait et peut-être absurde une réalité. Il faut reconnaître que j’aimerais moi aussi être sur Chromatica avec Gaga. Peut-être y suis-je ?
 
Elle a trouvé le nom avec BloodPop, qui a précédemment travaillé avec elle sur Joanne, ainsi qu’avec d’autres artistes comme Justin Bieber, Grimes et Madonna, parmi tant d’autres. Ensemble, ils ont trouvé que Chromatica représentait, dans sa forme la plus simple, « un spectre de personnes » qui « ont tous partagé les mêmes perspectives » et ont toujours cru à « la bienveillance avant la guerre. » Mais Gaga voulait que cette philosophie aille encore plus loin. « Il ne s’agissait pas seulement de dire que tous les gens sont inclus (toutes les couleurs, les origines, les ethnies, tous les genres, toutes les identités sexuelles ou religieuses), » dit-elle. « Il s’agit de dire qu’il y a plus de couleurs et de genres qu’on peut l’imaginer. Nous sommes tous tellement différents et c’est ça la perspective. »
 
Mais Gaga répète que Chromatica n’est pas « le pays imaginaire de conte de fées où tout est parfait, » et comprend l’inévitabilité de la coexistence des ténèbres et de la lumière. « Pour comprendre l’amour, il faut comprendre la haine, » dit-elle, en faisant un autre parallèle avec G.O.A.T. et son clip pour « Born This Way » lorsque Mother Monster se demande « Comment puis-je protéger quelque chose de si bon sans faire le mal ? » Bien que Gaga continue de réconcilier ces forces opposées sur Chromatica, elle avait aussi besoin de se battre contre cette dualité dans sa propre vie et de faire face à son trauma préexistant, dont elle dit que c’est « la chose la plus courageuse à faire en tant qu’humain. »
 
En faisant référence à des amis qui se sont battus pour trouver des manières saines de travailler sur leurs propres souffrances, Gaga explique ce qui l’a fait réaliser à quel point il est difficile de traiter son passé avec honnêteté. « Je ne peux pas vous dire qui, mais j’ai rencontré des gens qui m’ont dit, en descendant bouteilles sur bouteilles de vin et en prenant de la drogue, ‘Je n’arriverai jamais à faire ce que tu as fait. Je ne prendrai jamais soin de mon cœur et de mes émotions comme tu l’as fait.’ Et cela m’a permis de me rendre compte du chemin que j’avais fait dans ma vie en décidant d’être saine mentalement. »
 
Gaga continue : « Je veux que mon héritage soit le plus beau journal que j’aurais jamais écrit. Les journaux intimes sont faits pour être vrais. Je pense que quand on commence à mentir à notre journal intime, nous créons des secrets en nous qui ne nous aident pas. J’aime me regarder honnêtement dans les yeux maintenant. »
 
Lorsque Gaga repense à l’évolution de sa carrière musicale, elle voit un développement clair d’influences. Elle commence en faisant référence à son viol comme une expérience qui a bouleversé son existence et qui a donné le ton à la manière dont elle a créé son art en tant qu’adulte. Peu de temps après, elle est « partie en tournées » et a été « très traumatisée par le rythme de la célébrité et tout ce que j’avais à faire – ce qu’on demandait de moi physiquement et mentalement a changé la manière dont j’écrivais. Mes relations, ma famille, mes amis, l’isolement, voyager tout le temps, ne pas dormir. » Malgré tout ça – les hauts et bas extrêmes d’une superstar encensée puis descendue par le public – Gaga dit qu’elle ne regrette rien de ce qu’elle a fait.
 
Le sujet ARTPOP arrive sur le tapis, plus précisément son tweet controversé de 2019 « Je ne me souviens pas d’ARTPOP » qui a déchaîné chez les fans une frénésie à défendre l’album sous-estimé et démoli par la critique en 2013. Il s’avère que Gaga se rappelle de son parfois controversé troisième album. « Je trouve qu’il est amusant que je n’aie pas le droit d’avoir le sens de l’humour, » dit-elle. « Internet est essentiellement une grosse blague, mais si j’en raconte une tout le monde panique. Je ne regrette pas mon art, et je ne suggérerais pas que quiconque le fasse. »
 
Bien qu’ ARTPOP ne soit pas comparable au succès colossal des deux premiers albums de Gaga, c’est certainement le plus expérimental qu’elle ait fait. (Justice pour « Sexxx Dreams, » le hit qui ne l’a jamais été.) « Je repense à ARTPOP et je regarde ma musique aujourd’hui, et je vois beaucoup de choses qui étaient très… » Gaga fait une pause pour trouver le bon mot. « Futuristes. Ou en avance sur leur temps, et ça me va de dire ça. »
 
Gaga dit qu’elle a été plus « introspective » pendant une période et désirait de ce fait faire de la musique pour elle-même, à commencer par ARTPOP puis Joanne. Les deux albums étaient polarisants, des projets très différents à digérer initialement pour les fans de longue date, mais ils ont gelé dans le temps un honnête moment pour une artiste tirée dans deux directions : d’un côté l’immense pression de la célébrité, de l’autre son propre besoin de s’accomplir. « Joanne est exactement ce que je voulais, » affirme Gaga. « La manière dont je voulais le faire, le son que je voulais, tout comme ARTPOP – absolument tout. Chaque album a été exactement ce que je voulais à un moment donné. C’est juste qu’il y a une période où je pense avoir oublié où j’en étais, et peut-être que c’est pour ça qu’il est très important pour moi que Chromatica rétablisse où j’en suis pour moi-même. Afin que l’instant signifie quelque chose de très puissant. »
 
En créant Chromatica, Gaga dit qu’elle s’est reconnectée avec la manière dont elle croit que la musique bouge en elle, comme le messager d’un esprit supérieur. Elle croit en Dieu, élevée en catholique, mais dit que Dieu est « trop grand » pour qu’elle le comprenne totalement. D’après Gaga, les idées de chansons pour Chromatica lui sont venues en « ouvrant le portail vers l’autre monde et en écoutant Dieu, » raison pour laquelle l’album est si positif. « C’est ce que l’autre monde me disait de créer, » dit-elle. « Pour certaines personnes, je donne peut-être l’impression d’avoir une perspective excentrique sur la vie, mais en fait je ne crois pas que mon talent m’appartienne. » Lorsque Gaga était plus jeune, elle se souvient avoir entendu des mélodies dans sa tête et d’avoir « couru vers le piano ». Le portail a été avec Gaga toute sa vie, sauf qu’elle a oublié de l’écouter durant une brève période.
 
Un tel message a conduit Gaga à collaborer avec une autre pop star, qui a fait l’expérience similaire d’un immense traumatisme tout en étant sous l’œil du public. Leur chanson est un monstre dance, mais son message parle de se soumettre à la dévastation (« It’s coming down on me, water like misery ») – un tube dancefloor sans faille en « célébration à toutes les larmes, » décrit Gaga. « Je me suis assise avec elle et nous avons parlé de nos vies. Il s’agit de deux femmes ayant une conversation sur la manière dont nous continuons d’avancer et à quel point nous sommes reconnaissantes de ce que nous faisons. » Sans y être invitée, Gaga soulève l’inévitable critique à laquelle font face les célébrités lorsqu’elles disent qu’il est « difficile d’être célèbre. » Elle sait que « 75 % des gens vont lever les yeux au ciel, » mais Gaga réplique : « Ouai, vous pouvez vivre dans un manoir, mais on peut toujours être 6 pieds sous terre dans ce manoir. »
 
Ailleurs dans Chromatica, Gaga explore des sujets comme son traitement antipsychotique (« My biggest enemy is me, pop a 911 ») et la force indéniable de la féminité (« I’m not nothing without a steady hand »), où elle accepte à la fois sa propre force et celle de la communauté qui l’a « soutenue » et l’a aidée « à devenir une femme ». Elle fait spécifiquement référence aux femmes trans et aux hommes gays qui l’ont aidée à gérer son PTSD et à dépasser la spirale associée au fait de revivre la douleur. « En 2020, que signifie être une femme libre ? » se demande Gaga, soufflant une chanson qui répond à cette question et la voit mettre au défi son besoin d’être avec un homme – ou quiconque – pour survivre. « Puis-je me sentir libre toute seule ? Ai-je besoin d’être aimée pour sentir que j’ai tout conquis ? » Abordant les origines de la chanson, Gaga dit « C’est venu en pensant aux jours où je croyais que j’allais mourir. Je me disais ‘Je vais bientôt mourir, alors il faut que je dise quelque chose d’important.’ Maintenant j’écoute et je sais que je vais vivre. »
 
Si Chromatica est un état d’esprit où « la bienveillance domine tout », créé comme un cadeau « pour le monde entier », Gaga dit qu’il était crucial que son processus créatif soit le miroir de ces valeurs. Gaga signale la difficulté de fusionner plus de deux ans à faire de la musique avec des tonnes de différents producteurs en une seule interview, et me propose à la place de créer un tableau Excel pour me détailler exactement qui a travaillé sur quoi. Par dessous tout, Gaga veut parler en longueurs de BloodPop, l’autre « noyau » de Chromatica. « On s’est allié, » dit-elle sur son travail avec lui pour ce projet. « Je suis submergée par la quantité d’amour qu’il avait à m’offrir. Je n’aurais pas pu faire cet album sans lui. Il a été la plus incroyable des alarmes lorsque l’ambulance arrivait. »
 
Tous les musiciens impliqués – BURNS, Axwell, Rami Yacoub, Benjamin Rice, Tchami et autres – ont travaillé sur Chromatica en tant que groupe, ce qui est rare si l’on considère que beaucoup de producteurs « sont très territoriaux » d’après les expériences passées de Gaga. « Ça a été un processus très fluide sans égo, » dit-elle. « Tout ce que vous entendez sur Chromatica a circulé de main en main et des choses ont été enlevées, modifiées ou transformées. Tout le monde ici l’a entendu ou touché. » C’est pourquoi des chansons comme « Stupid Love » sont particulièrement expressives et complexes. « C’est facile d’aller sur un ordinateur et de trouver une boucle sympa, mais les producteurs avec lesquels je travaille ne bossent pas de cette manière. Lorsqu’ils sont inspirés, ils brodent les choses. »
 
Du début à la fin, Chromatica est fermement ancré dans la house classique, avec des pauses dance croustillantes qui ont toutes l’air d’être en compétition pour devenir la meilleure de tous les morceaux. Du point de vue du son, c’est peut-être l’album de Gaga le plus concentré et le plus cohérent, avec toutes les contributions des producteurs qui s’additionnent pour former une fresque électronique sans peur, tissant des outros breakbeat turbulents, des mélodies pop puissantes et émotionnelles qui vous envoient de la dopamine au cerveau et des tonnes de synthés habiles et lustrés. Vous pouvez pleurer sur ces chansons autant que vous pouvez transpirer, et Gaga semble encourager les deux à la fois.
 
Les tensions peuvent rapidement monter en studio, mais Gaga atteste fièrement qu’elle a expérimenté l’inverse en enregistrant Chromatica. « Je crois que le seul jour où moi et BloodPop avons eu une dispute, c’est quand j’essayais d’apprendre un morceau de jazz car j’allais voir Tony [Bennett] très bientôt. Il me disait ‘On doit finir ça !’ et je chantais une chanson de Cole Porter dans un coin, » dit-elle en riant. « Et ce n’était même pas vraiment une dispute. » BloodPop était plus focalisé sur le fait de rassembler les gens sur le projet. « C’est comme si des hommes merveilleux et très talentueux unissaient leurs forces avec BloodPop et lui me disait ‘Tu te souviens d’à quel point tu as changé le monde ? Tu sais ce que tu as à offrir aux gens ?’ Il me l’a rappelé chaque jour, peu importe si c’était dur. »
 
Ce que Gaga offre sur Chromatica sont l’ouverture, l’honnêteté et l’affirmation de l’esprit humain – les siennes et celles du reste du monde. « L’esprit humain est plus puissant que tout, » dit-elle. « Je crois que Chromatica est la chose la plus honnête que j’ai jamais créée, et je n’oublierai jamais avoir fait cet album. Ça a été l’un des moments les plus spéciaux et les plus durs de ma vie. » Comme pour prouver ses arguments à la fin de notre rendez-vous, Gaga attrape un cristal vert géant sur la table basse, entourée de haut-parleurs, de micros et de mixeurs. « Vous savez que les cristaux sont sur Terre depuis des milliards d’années ? » demande-t-elle en souriant. « Le passé est incroyable. Regardez ce que nous avons fait sans technologie. Regardez comment nous avons survécu. Regardez comme nous continuons d’avancer. » Il est certain qu’aucun drone ne pourrait faire pareil.


Que pensez-vous de ces nouvelles photos ?

Partagez

18 commentaires on “Lady Gaga pour Paper Magazine”

  1. Ces visuels sont presque angoissants.
    Je pense que cela présage du lourd!!
    A mon avis nous pouvons nous attendre à quelque chose de nouveauté de très inattendu.
    wait and see….mais hâte de voir et d’entendre

  2. Je viens de lire pendant 45 min l’article et je dois dire que j’ai très hâte d’écouter Chromatica. Tout ce concept autour de l’excorcisme de la douleur, de décider d’aller bien et de trouver le bonheur malgré la peine, de vivre dans « Chromatica » qui n’est pas un lieu fantaisiste mais un état d’esprit ça promet bcq. Ça me fait plaisir de voir Gaga arriver avec tout un concept musical et surtout autant artistique. Elle parle aussi d’un duo avec une artiste féminine qui a aussi bcq souffert de la célébrité et vécu des traumatismes, au début j’ai directement pensé à Kesha ou Taylor Swift mais au final ça ne m’étonnerait pas que les rumeurs soient vraies et qu’il s’agisse d’Ariana Grande. Je critiquais bcq BloodPop avant car je trouvais qu’il influençait trop l’univers visuel de Gaga vers un délire manga/futuriste limite malaisant mais au final ce que Gaga révèle sur lui est vraiment touchant il a l’air de l’avoir pas mal aidé et Gaga a le don à chaque nouvel ère de s’entourer de producteurs qui lui veulent du bien. Elle a surement apprit avec le temps à savoir différencier les profiteurs des gentils. Entoucas TRÈS hâte ! Le photoshoot du magazine est juste magnifique aussi, un des meilleurs photoshoot qu’elle a fait je dirait, la photo avec les chevaux robotiques est a couper le souffle

  3. Enfin une « bonne nouvelle » dans cette actualité difficile et stressante. J’adore le photoshoot !!!! Ça me fait penser à sa couverture du Rolling Stone de début de carrière. Et j’ai hâte pour la traduction de l’article d’en savoir plus.

  4. J’ai l’impression que Chromatica est ce qu’aurait dû être ARTPOP visuellement. Je crois qu’on n’est pas prêt pour ce qui va arriver, je suis hypé comme jamais!

  5. Bonsoir. Où pouvons nous commander le magazine ? D’habitude j’achète au Drugstore Publicis mais avec le Coronavirus je ne peux pas me rendre sur les champs….
    Merci d’avance :)

  6. Bonjour à vous l’équipe de Gaga vision, pour commander le magazine je me rends sur le lien que vous avez envoyé sur un commentaire.
    Mais avec tout ce qu’il se passe actuellement est ce que les livraisons venant des USA arrive chez nous en France ? Merci pour votre réponse par avance.

    1. Bonjour. Oui les services de poste fonctionnent toujours… Peut-être qu’il y aura un délai supplémentaire, mais ça arrivera ;)

  7. Bonjour l’équipe j’aimerais commander le magazine mais le lien « uk » je ne le trouve pas car 45euros sur le site paper un peu cher.

      1. Je sais pas j’ai vu dans les commentaires plus haut que des personnes on oublier un lien uk. J’aimerais Savoir ou je pourrais l’acheter sans payer 30euros…. :( :( :(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *