Emission Anderson Cooper – 60 Minutes


La première interview pour la promotion de « Born This Way » est dès a présent disponible (voir ci-dessus). La traduction de cette interview se trouve juste en dessous.

Lire la traduction

Même si vous n’avez jamais entendu sa musique, il y a des chances que vous ayez entendu parler de Lady Gaga.
Elle est la personnalité dont on parle le plus dans le monde. Ces 2 dernières années, elle a eu 6 chansons placées n°1 et ce soir aux Grammys, elle n’est pas seulement l’une des artistes en tête d’affiche, elle est aussi nommée pour 6 récompenses. Ses fans lui sont totalement dévoués. Des millions, voire plus, semblent comme mystifiés par elle. Est-elle une véritable artiste ou une experte du marketing ? Une surdouée de la musique ou un feu de paille ? Nous n’étions pas surs de ce à quoi nous attendre lorsque nous l’avons rencontrée dans la dernière ligne droite de ses shows à guichets fermés en Europe. Son vrai nom est Stefani Germanotta. Elle n’a que 24 ans. A chaque fois que nous l’avons rencontrée, elle nous a surpris non seulement avec sa candeur (son franc-parler concernant la drogue pourrait inquiéter certains parents), mais aussi en étant totalement différente à chaque fois.



AC : Alors comment dois-je vous appeler ? Dois-je vous appeler Lady ? Dois-je vous appeler Gaga ?
LG : Non pas moyen !
AC : Lady Gaga ?
LG : Appelez-moi Gaga.
AC : Gaga, est-ce que des gens vous appellent Stefani ?
LG : Oui, certaines personnes le font… Particulièrement au lit.
AC : Au lit ?
LG : Oui je préfère qu’on m’appelle Stefani au lit.
AC : Vous ne voulez pas qu’on braille « Lady Gaga » ?
LG : Non, surtout pas ça ! Ca me ferait flipper !


Lorsque nous avons rencontré Lady Gaga pour la première fois à Londres, nous avions prévu une promenade au calme sur les bords de la Tamise.


LG : On marche un peu ?
AC : Oui, oui on va marcher.


Lorsque nous sommes arrivés, une douzaine de paparazzi la suivaient.


AC : Vous vous êtes habituée à ça ?
LG : Non !
AC : Non ?
LG : Non.


Ne vous y trompez pas : Lady Gaga utilise les photographes autant qu’ils l’utilisent. Ses vêtements outranciers sont créés pour faire les gros titres et faire parler les gens.


AC : Où que vous alliez, êtes vous toujours dans vos plus beaux atours ?
LG : Oui. « Atours » ? C’est un mot fabuleux ! Est-ce que je peux vous le voler ?
AC : Quelle hauteur font-elles ? (en montrant les chaussures)
LG : Eh bien… je ne sais pas…
AC : Comment faites-vous pour marcher avec ?
LG : Je suppose qu’elles font plus de 25cm, je suis très talentueuse.
AC : Je n’en doute pas.


Afin d’échapper aux paparazzi…


AC : Vous avez 3 personnes à moto qui vous suivent actuellement.
LG : Oui…

…. Elle nous a amené en périphérie de Londres, dans un petit pub pour boire un verre.


AC : Est-ce que vous prenez des jours de congés ? Ou est-ce que vous avez le sentiment d’être dans une spirale et que vous devez continuez ?
LG : Pour le moment, nous sommes dans un bar, n’est-ce pas ? Il y a une caméra là, une autre là. Mais si j’étais assise dans ce bar et qu’on n’avait pas programmé cette interview, il y aurait toujours une caméra là et là, puis là. Je suis toujours devant une caméra.
AC : Donc à ce que je comprends, vous êtes très… enfin… Vous étudiez, vous étudiez la musique, vous étudiez la mode, mais vous étudiez la célébrité d’une certaine façon ?
LG : Ma plus belle oeuvre d’art, c’est l’art de la célébrité. Je suis une maitresse dans l’art de la célébrité.


Pour comprendre comment Lady Gaga est devenue si célèbre, nous devons commencer par sa musique.
Elle est en tournée depuis presque trois ans.
En tant que performeuse en concert, elle est constamment en mouvement, chantant, dansant, changeant de costumes.
Certaines images pourraient vous rappeler Madonna, mais Lady Gaga est plus provocante.
Elle a étudié le talent artistique des autres, mais elle est sa propre création. C’est une pianiste entrainée au classique, qui écrit ou co-écrit toutes ses chansons. Elle revendique ne jamais faire de playback, et lorsqu’elle est seule sur scène, sa voix déploie une énergie puissante.
Cependant ses fans ne sont pas réceptifs qu’à sa musique, ils le sont aussi à son message : un mantra euphorisant d’émancipation et d’acceptation de soi.



LG : Ce soir, je vous que vous débarrassiez de toutes vos insécurités, je veux que vous rejetiez tout ce qui vous donne l’impression de ne pas être à votre place. Libérez-vous de ces choses ce soir !


AC : Vous espérez parler aux gens qui se sentent différents, aux gens qui se sentent déconnectés ?
LG : Les gens qui sont déconnectés de la société, ou qui vivent en marge ont l’impression d’être des monstres, de ne pas être à leur place, de ne pas rentrer dans le moule…


Elle se voit elle-même dans ses fans. Elle les appelle les « petits monstres » et ils lui sont totalement dévoués.


Fille : C’est une source d’inspiration. Elle vous apprend à ne jamais abandonner ce en quoi vous croyez… Je tremble tellement…


Deux mois après l’avoir vue à Londres, nous avons retrouvé Lady Gaga à Milan.
Elle s’était transformée une nouvelle fois : nouvelle coiffure, nouveau maquillage et à peine quelques vêtements.



AC : Qu’est-ce que vous portez aujourd’hui ?
LG : Je n’avais juste pas envie de porter de vêtement aujourd’hui, sans raison particulière. Je n’en avais pas envie. En fait je n’ai même pas de fond de teint sur le visage. Je voulais juste de l’eyeliner et mes bottes McQueen.
AC : C’est marrant !
LG : C’est tout.


Lady Gaga ne se considère pas comme une simple chanteuse pop. Elle se voit comme une artiste performeuse, une oeuvre d’art vivante sur scène et en dehors. Les vêtements et les perruques font partie intégrante de la mise en scène.


LG : Je suis très studieuse en ce qui concerne la musique et en ce qui concerne mon style, la mode. Je ne mets jamais rien sur mon corps dont je ne connais pas l’origine, ce à quoi il fait référence, qui l’a inspiré. Il y a toujours une sorte d’histoire, ou un concept que je raconte.


Les concepts ne sont pas toujours évidents pour la plupart des gens. L’an dernier, elle a porté un costume fait de viande crue à une remise de récompense. Suivie par un déferlement de critiques, elle a expliqué que c’était un commentaire sur la loi « Don’t ask, Don’t tell ».


LG : « Je n’aurai jamais pensé demander à Cher de me tenir mon sac en viande ! »


En passant du temps avec Lady Gaga, nous avons réalisé que les costumes et les transformations ne sont pas juste un moyen d’attirer l’attention mais aussi de diriger l’attention. Une manière pour elle de garder le public concentré sur son travail, et non sur sa vie privée.


LG : Une partie de ma maitrise de l’art de la célébrité est de faire que les gens fassent attention aux choses auxquelles je veux qu’ils fassent attention. Et non qu’ils fassent attention à ce dont je ne veux pas qu’ils fassent attention.


AC : Vous avez étudié la célébrité des autres personnes : comment ils l’ont eue, comment ils l’ont gardée et comment ils l’ont perdue ?
LG : La sociologie de la célébrité. J’essaie de garder une certaine intimité, sans pour autant avoir l’impression de retenir quelque chose envers mes fans. Ma philosophie est que si je m’ouvre à eux à propos de… tout, tout en contrôlant chaque moment de ma vie, je peux maintenir une sorte d’intimité d’une certaine façon. Je garde quelque chose de personnel que je peux toujours donner.


Les pressions pour rester célèbre et le prix mortel que les autres superstars paient sont un thème fréquent dans les performances de Lady Gaga.
Aux MTV Vidéo Music Awards, elle a choqué le public en terminant sa chanson « Paparazzi » couverte de sang et pendue au dessus de la scène, une icone blonde mourant devant leurs yeux…



LG : C’est ce que tout le monde veut savoir, n’est-ce pas ? A quoi va-t-elle ressembler quand elle mourra ? A quoi va-t-elle ressembler lorsqu’elle fera une overdose de…. quelque soit la chose qu’ils pensent que j’absorbe ? Tout le monde veut voir la décadence de la superstar.
AC : Vous pensez que les gens veulent voir votre déchéance ?
LG : Quoi ? Bien sur qu’ils le veulent ! Ils veulent me voir échouer, ils veulent me voir tomber sur scène, ils veulent me voir vomir dans un night club. N’est-ce pas l’époque dans laquelle nous vivons ? Nous voulons voir…. les gens qui ont tout… perdre tout. C’est dramatique…
AC : Et ensuite, remonter la pente…
LG : Oui, c’est comme un film. Et pourtant, je ne suis pas comme ça… Je ne suis pas le genre de fille qui vomit dans les clubs…


Cependant il y a environ 5 ou 6 ans, elle aurait pu devenir ce genre de fille. Elle dit qu’elle prenait beaucoup de cocaine. Son nom était alors Stefani Germanotta. Elle avait quitté l’université de New York dans le but de devenir une star.
Là voici jouant dans un petit club en 2006.



En janvier, elle nous a amené dans l’immeuble de New York où elle a habité avant de percer. Elle avait de nouveau transformé son apparence.


LG : On va le faire à la New Yorkaise !
AC : Vous appuyez sur tous les boutons ?
LG : Ouai ! Quelqu’un va entendre…


LG : Salut, c’est Lady Gaga !


Elle voulait nous montrer son ancien appartement.


LG : Je me demandais si je pouvais juste vous dire bonjour…


Mais il s’avère que tout le monde à New York n’est pas épris de célébrité…


Fille derrière la porte : je préfèrerai qu’il n’y ai pas de caméra.
LG : OK…


Elle a grandi dans un quartier prospère, avec ses parents et sa sœur.
Elle a commencé le piano et les leçons de danse à l’age de 4 ans et est allée dans une école catholique pour filles.
Elle était bonne élève, mais raconte qu’elle ne s’est jamais sentie à sa place.



LG : Je me sentais mise à l’écart dans mon école et par les gens dans mon école qui se moquaient de moi, me maltraitaient, me cherchaient…


Ce sentiment commença à changer et sa carrière décolla lorsqu’elle pris le nom de « Lady Gaga », inspiré par la chanson de Queen « Radio Gaga ».


LG aux policiers : Salut je suis Gaga ! Comment ça va ?


Son nouveau nom la libéra et lui permis d’être la superstar qu’elle était désignée à être.


LG : J’ai réussi à laisser derrière moi tout un amas énorme d’insécurités en me débarrassant… de mon nom d’une certaine façon. Et je manque toujours d’assurance, mais je souhaite faire ce cadeau à tous mes fans. Vous avez la liberté de faire sortir de vous la superstar que vous êtes nés pour être. Nous sommes tous nés superstars.


Lady Gaga dit qu’elle ne prend plus de cocaïne, mais elle admet qu’elle fume toujours de l’herbe.


LG : Je fume beaucoup d’herbe quand je compose ma musique. Je ne vais pas édulcorer pour « 60 minutes » et vous dire que je suis une personne sobre, car je ne le suis pas…
AC : Vous fumez toujours ?
LG : Je bois beaucoup de whisky et je fume de l’herbe quand j’écris. Je ne le fais pas beaucoup, car ce n’est pas bon pour ma voix. Je ne veux pas encourager les jeunes à prendre de la drogue, mais… Lorsque vous me parlez de la sociologie de la célébrité et de ce que les artistes font de mal, ce que les artistes font de mal c’est qu’ils mentent. Et je ne mens pas. Je ne suis pas une menteuse. Mes fans savent qui je suis, je suis comme eux de tant de façons…


AC : Vous avez un studio d’enregistrement avec vous sur la route ?
LG : Oui !
AC : Quelque soit l’endroit où vous allez ?
LG : Oui en effet !


Son nouvel album sortira en mai. Le magazine Forbes a évalué qu’elle est sur la bonne voie pour gagner 100 millions de dollars cette année.
Le contenu de son nouvel album est gardé comme de l’or. La fuite d’une de ses chansons peut couter des millions à son label.



AC : C’est sur le nouvel album ?
LG : Oui c’est sur « Born This Way » en effet.


Elle nous a laissé écouter une demi douzaine de chansons mais ne nous a autorisé à enregistrer que quelques secondes de la chanson-titre. Elle s’appelle « Born This Way ».


LG : Allez on coupe !!!


AC : Quand les gens ont su que je faisais une interview avec vous, ils ont tous posé la même question : comment est-elle vraiment ?
LG : Les photographes me disent ça tout le temps « je veux photographier le vrai toi ». Mais que cherchez-vous ? Je suis juste là ! Vous m’avez vu sans maquillage, vous m’avez interrogée sur la drogue, sur mes parents, mon compte en banque… Comment pourrais-je être plus vraie ?
AC : Les gens pensent que vous n’êtes qui vous êtes vraiment car vous portez beaucoup de maquillage, vous vous présentez toujours d’une façon différente…
LG : C’est comme ça que je suis vraiment, c’est exactement qui je suis. Ca c’est la tasse dans laquelle je bois chaque jour, c’est le diamant que je mets dans mon café lorsque je suis nerveuse… Ce n’est pas un vrai diamant, c’est un faux…
AC : Vous avez un bon sens de l’humour vous concernant. Pensez-vous que les gens vous prennent trop sérieusement ? Je pense à cette rumeur qui dit que… Désolé… Vous avez le diamant dans votre bouche maintenant ?
LG : Hum hum… Oui les gens me considérent à la fois trop sérieusement et pas assez sérieusement…


Au final, la chose qui intéresse le plus Lady Gaga, c’est sa musique. Les vêtements, les costumes, et même les controverses ne sont que des morceaux de ses talents artistiques, des morceaux de la performance que sa vie est devenue. Maitriser l’art de la célébrité est une chose, la maintenir en est une autre. Seule la musique lui permettra de le faire, d’après Lady Gaga.

© Traduction par Christelle pour Gagavision.net




Lady Gaga : Si l’interview devient ennuyeuse, je peux me couper la tête comme ça !

John Hamlin : Ce n’est pas une émission typique de 60 minutes…

Cette semaine, le producteur de 60 Minutes, John Hamlin, a ajouté Lady Gaga à la longue liste de musiciens dont il a fait le portrait.

JH : Cela ne semblait pas évident pour les producteurs exécutifs de 60 Minutes, il leur a fallu un peu de temps pour accepter l’idée…

LG : Allons faire un tour, je vais vous montrer quelques endroits…
Anderson Cooper : OK !
JH : On peut filmer ?
LG : Oui, oui !

JH : Lady Gaga est l’une des plus grande génératrice d’audience, elle le sait et lorsqu’on a commencé, elle était à fond. Et à chaque endroit où nous sommes allés, elle nous a accordé plus de temps que promis. Lorsque j’ai dit qu’il me fallait 5 minutes de plus dans les rues de New York, elle n’est partie qu’une heure plus tard.

LG : Regardez, c’est là où j’allais acheter des tacos !

JH : Elle nous a montré toutes sortes de choses, dont nous avions pas vraiment besoin mais elle tenait à nous les montrer.

LG : On va le faire à la New Yorkaise !

Lady Gaga a aussi voulu montrer à 60 Minutes l’endroit où elle habitait avant d’être célèbre, dans cet immeuble dans le Lower-East Side (situé le long de l’East River, entre le pont de Manhattan et la 14e rue).

AC : Lorsque vous habitiez ici, et que les choses n’allaient pas très bien, vous saviez que vous alliez réussir ?

Sur les marches de l’immeuble, où elle révait autrefois de célébrité, elle était prête à offrir à 60 Minutes un grand moment d’émotion…

LG (chuchotant) : Regardez les caméras dans ce couloir… Je n’ai jamais pensé à ça, Anderson, je n’ai jamais pensé au fait de réussir ou non… J’aimais juste ça… Et de voir ces caméras dans ce couloir, c’est pour moi une validation de mes nombreuses années de combat et de passion…

JH : Au fur et à mesure qu’on tournait, je me suis rendu compte que c’était comme interviewer Jim Morrison ou Janis Joplin lorsqu’ils avaient 24 ans. Ils étaient au sommet de leur création, de leur popularité, pas encore blasés et c’est là qu’elle en est maintenant. Elle est sur la voie ascendante et elle profite de chaque minute.
JH : Elle nous a fait écouter 5 chansons de son nouveau disque, mais on n’a pu enregistrer que quelques secondes de l’une des chansons. Et là elle est devant nous, chantant et dansant… Est-ce qu’on doit se lever et danser avec elle ? Est-ce qu’on ne fait que la regarder ? Est-ce qu’on regarde par terre et… vous savez, ça met mal à l’aise…
Man : Et qu’avez vous fait alors ?
JH : J’ai juste… vous savez… c’était bien.

Pendant 3 mois, Hamlin et les équipes de 60 Minutes ont tourné presque 15 heures de film à Londres, Milan et New York.
Cela a pris des semaines à Hamlin et Cooper pour raccourcir à environ 12 minutes 30 pour la diffusion.

AC : John Hamlin et moi-même travaillons en ce moment sur le script de l’émission de Lady Gaga. C’est ma partie préférée, j’aime les interviews et rencontrer les gens, mais faire le montage, c’est la partie la plus amusante.
Pourquoi ne pas faire plus simple : « Pour essayer de se débarrasser des paparazzi, elle nous a amené en périphérie de Londres, dans un petit pub pour boire un verre »
JH : Très bien, c’est bon.

Dans chaque portrait de 60 Minutes, certaines scènes doivent malheureusement être coupées au montage. Nous avions bien aimé ce petit tour dans le dressing-room de Gaga…

LG : C’est très petit…
On m’affiche toujours le nom de la ville où nous sommes parce que parfois j’oublie…
Ici ce sont un peu mes objets de fierté et de joie !

AC : C’est avec que vous avez des étincelles qui vous sortent de la poitrine ?

LG : Oui, et puis naturellement il m’a fallu un bas de bikini qui allait avec….
Ca, c’est une « culotte débranchée ». Qui a ça dans son dressing ? Rien que moi !

JH : Elle nous a passé toute sa garde robe en revue, elle nous a indiqué tous les créateurs, d’où les vêtements venaient, tout est très bien pensé.

LG : Je danse la chorégraphie du bal dans ces chaussures…
AC : Il doit falloir de l’entrainement !
LG : Oui…

LG : La vérité c’est que je suis aussi pleine d’illusions aujourd’hui que je l’étais lorsque j’avais 18 ans… Lorsque j’avais 18 ans je disais à tout le monde autour de moi que j’allais être une p*tain de superstar ! Et les gens disaient « oui, c’est ça, c’est une égocentrique » et puis … ahaaaah !

© Traduction par Christelle pour Gagavision.net



LG : Je veux donner à mes fans tout ce qu’ils méritent. Et ils ne méritent pas un survêtement et des baskets. Ils méritent la vraie moi. Et c’est comme ça que je suis.

Les vêtements et les perruques sont des créations qu’elle invente avec des créateurs et des designers. Ces tenues sont prévues des mois à l’avance, afin d’attirer l’attention et de provoquer des discussions.
Qui peut oublier la robe en viande crue qu’elle a porté à une remise de récompense l’an dernier ?

LG : Les implications morales, éthiques et politiques derrière tout ça allaient bien plus loin que ce que la plupart des gens ont pensé, c’est à dire : Beurk ! La vérité c’est que j’étais accompagnée par 4 soldats qui ont été relevés de leurs fonctions à cause de la loi « Don’t Ask Don’t Tell ». Ce que j’essayais vraiment de dire c’est que de la viande, c’est de la viande. Et tous les gens qui veulent mourir pour leur pays sont identiques. Ils ne sont pas « gay et morts » ou « hétéros et morts », ils sont juste morts.

Tout le monde n’a pas compris le message derrière la viande, mais les constants changements de tenues de Lady Gaga l’aident à garder éveillée la curiosité du public.

LG : J’utilise les médias pour faire des déclarations politiques, mais ma musique est tellement bonne que je peux me le permettre.

© Traduction par Christelle pour Gagavision.net



De nombreux chanteurs mentionnent leurs fans, mais Lady Gaga parlent d’eux et à eux constamment.

LG : Ce soir, je vous que vous débarrassiez de toutes vos insécurités, je veux que vous rejetiez tout ce qui vous donne l’impression de ne pas être à votre place. Libérez-vous de ces choses ce soir !

LG : Ce qui m’intéresse, c’est de savoir s’il y a un gosse quelque part qui a besoin d’un ami, qui a besoin d’admirer quelqu’un, qui a besoin d’un album ou d’une chanson qui lui dira « je suis beau à ma façon, car Dieu ne fait pas d’erreur. Je suis sur la bonne voie, car je suis né ainsi ». Je ne cherche pas à faire de l’argent, Anderson, je cherche à changer les choses.

AC : Mais, pour quelqu’un qui n’aime pas l’argent, vous faites beaucoup d’argent…

LG : Oui, je fais beaucoup d’argent. Mas si vous voulez tout savoir sur mon argent, je n’ai commencé à en faire que depuis 8 mois.

AC : Comment est-ce possible ?

LG : J’étais complètement…. complètement ruinée. J’ai mis tout ce que j’avais dans mes shows.

Cela peut surprendre certaines personnes, mais les concerts de Lady Gaga sont très chers à produire et sa maison de production lui laisse moins de pourcentage sur les profits que ce qu’on pourrait penser. Cependant Forbes Magazine a estimé qu’elle était sur la bonne voie pour gagner 100 millions de dollars cette année…

© Traduction par Christelle pour Gagavision.net

Bonus







Partagez

62 commentaires on “Emission Anderson Cooper – 60 Minutes”

  1. Mias pourquoi tout en même temps ?!!!!!
    Attendez, Le Live c’est bien à deux heures pile ? donc l’interview c’est à 1heure et sa dure une heure donc pile poil ^^ c’est ça ?

  2. Le nouveau Layout est juste génial, désolé du hors-sujet.
    Sinon, pour ce soir, vous n’avez pas peur d’un bug vu que tout le monde va regarder? Moi j’hésite encore à regarder ou non… Etant donné que demain j’ai cours :S

  3. Oula je sais pas ce qui passe en ce moment, mais c’est bizarre et au bout de 5 min j’ai arrêter de suivre mdrrr apparemment ils parlent de l’Egypte …

  4. MDR j’ai adoré sa danse sur Born This Way :) on aura une version plus longue sur leur site si j’ai bien compris ? Ou je suis vraiment nulle en anglais mdrr

  5. OMG ! On voit les backstage du Monster Ball ainsi qu’un extrait du speech avant Teeth ! La preuve que le concert à été filmé sauf s’il s’agit d’une capture des écrans sur les côtés de la scène le tout mixé avec le soundboard.

  6. cest dommage quils ont couper les scenes et ils ce sont quand meme bien foutu d enous pour l’heure :/.

    xd j’ai une petite question je sais que l’on vas avoir la traduction de l’intervie w mais esque on aura aussi la traduction du bonus ou gaga fond en larme? je nai aps compris ce quil lui a dit le mec et apres gaga aparler tout doucement quand lelle pleurait et j’ai rien compris x) mercii bisous :)

    1. Il lui demande ce à quoi elle pensait sur ses marches quand elle était plus jeune, ses rêves de célébrité…
      Et elle dit que rien que le fait d’avoir les caméras dans ce couloir est une validation de son travail, de ses années de combat et de passion.

  7. J’ai la même question qu’@alison, est ce qu’il y aura untraduction des bonus? car je n’ai pas compris pq elle pleurait et ce qu’ils disaient dans la loge avec tous ses costumes de scene. Merci :)

  8. Je ne saisis pas très bien là en fait , il n’y a que 14 minutes parce que le reste n’est pas encore disponible ou parce ce que c’est juste le temps que ca dure ? Moi jusque ici j’avais compris que c’était une émission QUE sur Gaga , 60 min avec elle vu qu’ils l’ont quand même rencontré 3 fois xD . Ils sont fous ces ricains Oo

    1. En gros elle disait que cela (le fait qu’elle soit devenue aussi célèbre) représentait des années de dévotion, de passion et de lutte pour en arriver là.

  9. Et puis Anderson Cooper c’est vraiment un journaliste tout terrain. Un jour il se promène sur les bords de la Tamise avec Lady Gaga, et un autre il se fait taper sur la gueule en Egypte par des manifestants (l’un d’eux a d’ailleurs levé un couteau au dessus de lui pour bien lui faire comprendre qu’il était pas le bienvenu). Et en plus de ça ce mec a la classe ^^ .

  10. Oui, un grand respect pour Anderson Cooper.
    En ce qui concerne la drogue, elle joue la carte de la franchise, contrairement à la plupart des artistes qui le font tout en le niant. Elle a choisi de ne pas mentir à ses fans en expliquant qu’elle boit du whisky et qu’elle fume des joints lorsqu’elle compose..tout en faisant attention pour préserver sa voix et surtout sa santé…
    Bref, elle assume totalement !
    Je trouve qu’elle a beaucoup de courage pour annoncer ce genre de choses.

  11. Génial :)

    Juste, l’extrait de Born This Way que l’on entend est assez différent de la version qui est sortie … Et l’instru a l’air vraiment meilleure que celle de la version finale. J’aimerais vraiment que cette version leak u_u’

  12. J’adore le moment où elle fait écouter BTW et qu’elle se met à danser !! Autrement c’est quoi qu’elle mange à la fin quand elle finit sa tasse ?!!!!
    @AnthoGaGa : Je me suis dit la meme chose !! J’ai pensé à des video pour le DVD du Monster Ball!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *