[Billboard // Magazine] Lady Gaga Femme de l’Année

WOTY
Cliquez sur l’image pour voir la couverture entière

Nous vous l’annoncions en Septembre dernier : le grand magazine Billboard a choisi Lady Gaga pour le titre de « Femme de l’Année ». Non seulement la chanteuse sera à l’honneur lors de la cérémonie « Women In Music », mais elle fait aussi, bien entendu, la couverture du magazine ! C’est donc un tout nouveau shoot de Gaga signé Inez & Vinoodh que nous offre Billboard, accompagné d’une interview très personnelle avec la « Femme de l’Année ». Découvrez sans plus attendre ci-dessous tout le contenu Gagaesque de ce magazine !

Photoshoot

001 (1)004005007

Scans

GGV03GGV07GGV14GGV16

Lire l'article / interview de Gaga (Anglais)
Billboard Cover: Woman of the Year Lady Gaga’s Raw, Revealing Interview
 
Lady Gaga is sitting in her “sanctuary” — the sprawling, olive tree-dotted backyard of her Malibu home — when a silent, tie-clad man arrives with cocktails on a tray. “Thank you,” she says, with the sort of silver-screen elegance that it’s surprising a “dahhhling” doesn’t follow. “I might have busted my ass on the Lower East Side, but there is something nice about a good dirty martini.”
 
There’s a chill in the air, and while she’s wearing only a tattered Springsteen tee tucked into high-waisted denim shorts, Gaga is intent on watching the sunset. These days, the woman born Stefani Germanotta seeks out serene moments — although her admission that she “craves normalcy” is almost a revolutionary statement from someone who proudly declares that she deals in “the theater of the absurd.” As recently as 2014, the Grammy- and Guinness Record-stacking megastar, who has sold 10.4 million albums in the United States, according to Nielsen Music, considered quitting music altogether. She had parted ways with her longtime manager, Troy Carter, citing overwork, not long after 2013’s Artpop failed to resonate on the order of her earlier albums. She felt her image was threatening to eclipse her artistry.
 
This year, though, the 29-year-old not only recommitted herself to her career, she reinvented it. The unlikely set of jazz standards she recorded with Tony Bennett, Cheek to Cheek, debuted at No. 1 on the Billboard 200 in the fall of 2014, then won her a sixth Grammy (for best traditional pop vocal album) and spawned an international tour racking up rave reviews for much of 2015. “The audience goes crazy for the way she sings,” says Bennett, 89. “She has one of the great voices of all time, and it’s amazing how musically intelligent she is.” Pop fans the world over voiced a similar sentiment after Gaga’s masterful The Sound of Music medley at the Academy Awards in February, which earned her a warm congratulatory hug from Julie Andrews.
 
Days later, Gaga revealed that she would take a lead part in American Horror Story: Hotel, the TV show’s fifth season. She won her role as vampire matriarch The Countess after cold-calling series creator Ryan Murphy. “I told him I wanted a place to put all of my anguish and rage and that I was excited to play a killer,” she recalls with relish. “We relate to each other because we’re both transformers,” says Murphy. “We do something trying to work out shit in our personal life. And then the next year we put on a different costume and we’re somebody else.” AHS, the highest-rated series in FX’s history, has had its strongest season this year, with Gaga’s debut in the first episode drawing 12.2 million viewers.
 
Gaga’s biggest role this year, though, may have been that of the crusader. She released the song “Til It Happens to You,” co-written with Diane Warren, aimed at fostering empathy with victims of sexual assault; authored a Billboard op-ed with New York Gov. Andrew Cuomo about ending campus rape; and initiated a partnership between Her Born This Way Foundation and the Elton John AIDS Foundation. In October, after seeing Gaga receive an award from the nonprofit Americans for the Arts, The New York Times’ David Brooks was inspired to write a column on the nature of passion and how Gaga’s “amplified life” embodies it.
 
More than ever, Gaga’s efforts to end bullying and win support for gay and transgender people — as well as those who have suffered abuse, depression or anxiety as a result of prejudice — seem emblematic of millennials’ embrace of “outsiders” like Gaga herself. “Til It Happens to You,” says Warren, “speaks to her fans. That’s why it was so right to go to her.”
 
Gaga even managed to devote some attention to her personal life, getting engaged to actor Taylor Kinney on Valentine’s Day. (The 6-carat heart-shaped diamond flashes as she rubs the belly of her French bulldog, Asia.) In March, Billboard’s 2014 Woman of the Year Taylor Swift tweeted, “Is it just me or is Lady Gaga, like, fully LIVING right now?!?”
 
Says Matt Bomer, Gaga’s American Horror Story co-star: “She possesses the art spirit. I know that sounds esoteric, but it’s a distinct thing and very few people have it. Typically if they do, it comes with demons. She’s blessed enough to also have the help system and love in her life to be the beautiful soul she is.” Or as Warren says, “Because of the meat dresses or whatever, you forget that underneath is a super, ridiculously talented person.”
 
“It speaks volumes to me that I’m being recognized as Woman of the Year in 2015,” says Gaga. “This is the year I did what I wanted instead of trying to keep up with what I thought everyone else wanted from me.” Below, she explains in her own words just what following her instinct entails — and how she hopes to show women and men, artists and industry executives alike how a “hard-core chick” can set about dismantling the status quo.
 
‘I WANT TO EXPLODE INTO MY 30s’
 
“My birthday is in March, so these are the last moments of my 20s. I already mourned that in a way, and now I’m really excited about showing girls, and even men, what it can mean to be a woman in her 30s. Why is it that we’re disposing of people once they pass that mark? It’s suddenly, ‘You’re an old woman.’ I’m not f—ing old. I’m more sexual and powerful and intelligent and on my shit than I’ve ever been. I’ve come a long way through a lot of heartache and pain, but none of it made me damaged goods. It made me a fighter. I want to show women they don’t need to try to keep up with the 19-year-olds and the 21-year-olds in order to have a hit. Women in music, they feel like they need to f—ing sell everything to be a star. It’s so sad. I want to explode as I go into my 30s.
 
“Once you start being mindful and really going, ‘Do I actually want that?,’ you start to feel empowered and you find your value. I love being the annoying girl. I was a theater kid. I was in jazz band. I went to the Renaissance Faire. I was that girl who got made fun of, that nerdy girl. I believe in that girl. I believe in the integrity, intelligence and power of people like her, and I want to ignite it.”
 
‘I TOOK A GAMBLE BECAUSE EVERYONE HAD WRITTEN ME OFF’
 
“As soon as the Oscars were over, [former chairman of Interscope Geffen A&M] Jimmy Iovine emailed me something like, ‘That was so f—ing fantastic, and it could’ve been such a disaster.’ He’s Italian and from Brooklyn, so we speak the same comedic language, but I knew he was right. The truth is you can either nail a performance like that or butcher some of the most classic songs sung by an all-time great. I took the gamble because everyone had written me off. It took me a long time to get those notes. I told my manager, ‘I need two months working with my vocal coach every day and to be sober, which means I can’t do other work at all.’ When I work I need to drink and smoke, and I have body pain [due to hip surgery]. But I’m just like any other girl — there’s a human being in there, and if you can keep the human intact, that’s what you’re going to hear in the music.
 
“At the end of 2014, my stylist asked, ‘Do you even want to be a pop star anymore?’ I looked at him and I go, ‘You know, if I could just stop this train right now, today, I would. I just can’t. [But] I need to get off now because I’m going to die.’ When you’re going so fast you don’t feel safe anymore, you feel like you’re being slapped around and you can’t think straight. But then I felt hands lifting me. It was like everybody came together to try and put a star back in the sky, and they weren’t going to let me down.”
 
‘I WAS BORN TO SING WITH TONY’
 
“There is nobody more badass than Tony Bennett. That man is a part of the history of music in a way that is extremely powerful, and he taught me to stay true to who I am, to not let anybody exploit me. He is responsible in so many ways for making me happy, and I can say the same for Elton [John]. When the whole industry turned their back on me during Artpop, they were the ones who said, ‘Hey, this is a blip. It’s going to go away.’ On tour, I had people give me war medals and memorabilia just to thank me for exposing a younger generation to Tony Bennett because he changed their lives in such significant ways. I want to be a part of curating a culture where we don’t give credence to anyone who is rude or crass or not good for the world.
 
“After Cheek to Cheek, everybody was like, ‘Oh, you’re Rod Stewart now.’ I love Rod Stewart, but I would also argue that I’m not doing an adult contemporary jazz album later in my career and I’m not just doing it because I like standards. I am an Italian-American girl from New York who won state jazz competitions in high school for my abilities. I was born to sing with Tony and for him to be like, ‘Yes, you were.’ And so was Ella [Fitzgerald] and so was Judy [Garland] — we could go on and on listing the amazing women he sang with. It’s a party I’m thrilled to be invited to.”
 
‘I PUT ALL MY RAGE INTO THAT DARK ART’
 
“I’m not the type of girl who fits most molds. That’s why working on American Horror Story with Ryan [Murphy] is a destiny. I wanted to create something extremely meaningful by exploring the art of darkness. The reason I love watching horror films, mysteries and documentaries about crime is that it somehow numbs me from the pain I experience in my own life. You are watching something worse than whatever you think you’re going through. The terror of that suspends you, and you are able to forget about your own pain for a moment. It’s like a safe, psychological form of masochism.
 
“Ryan and I have both experienced the same sort of criticism over the intention of our work. My whole career has been built on this perception that I’m trying to evoke attention because of the things I’m interested in, when it’s not that way at all. If you don’t like to be disturbed, [American Horror Story] probably isn’t for you. If you don’t like absurdity, I’m probably not for you. I hung upside down for 45 minutes for Robert Wilson and drained all the blood in my body, and I’ve stood in a freezing cold river naked for two hours with magnets on my head for Marina Abramovic. I’m a hard-core chick. I go there. I can put all my rage into that dark art, and then the rest of my life can be spent clearheaded, doing the things I know to be right, like philanthropy and sticking to my guns musically.”
 
‘WHEN DID YOU BECOME THE FASHIONABLE ROBOT?’
 
“You can’t sell your soul once you make it. It’s a big mistake to just go after the money to try to stay on top. I think that’s what everyone wanted me to do. But I’m a different kind of girl, and when being different is not in style it’s hard for me to function. People think, ‘You can just sit down at a piano whenever you want and write,’ but I couldn’t write for two f—ing years. For Artpop, I was doing beats instead. I didn’t want to be near that damn [piano]. It was too emotional. I would start to play and sing, and my mind would go, ‘You are way too talented for this shit. F—, your voice sounds good. F—, that’s a beautiful chord. F—, that’s an amazing lyric. Why are you letting these people run you into the ground? When did you become the fashionable robot?’ Can’t being an artist be enough? Is talent ever the thing? I think for Adele it is. I think for Bruno Mars it is. But that’s what I learned from working with Tony: If talent isn’t the thing, then you are way off-base.
 
“That’s why every up and down of my career was worth it — it has led me to epiphanies. We can’t create without epiphanies. You could have one and not even know it because you’re so high or there are seven models sucking your dick or you’re so intoxicated by the lifestyle. I’m grateful for what I have, but that doesn’t mean I don’t value the gift of life. Because while this house is beautiful, once I cross my property line I’m no longer free; it’s legal to stalk me all over the world. The thing that makes me happy is that piano.”
 
‘LET US PURIFY THIS INDUSTRY’
 
“I call on every artist to be kind to one another, and compassionate. Let us purify this industry again and put our finger in the face of every executive and say, ‘If you are spending money, is it on someone who can really sing? Is it on someone who has a perspective?’ It’s almost funny to see the look on Tony’s face, the way he shakes his head, when I tell him how the industry has become. This whole thing of remixes for the radio, I have to say: When it doesn’t feel like the two artists were in the room together, it really hurts me because it’s such an injustice to what it means for two artists to meet. It’s clever. But are we putting too many limits on the way things need to be on the radio for artists to feel free enough to create genuinely?
 
“We can blame the digital era forever, but music is a natural right of humankind. We’ve been singing in caves since the beginning and learning about reverb because of our voices echoing off mountainsides. That’s the thing that scares people the most about me — of all of my contemporaries, I’m probably just the most romantic. Especially in a world where music education is not the biggest thing. Kids become depressed when they are born with a creative instinct but are not taught how to express it. Can you imagine having to come and someone says, ‘I’m so sorry, but you can never ejaculate in this life’? If you don’t teach someone how to release that energy, it gets blocked up, and it’s painful. Kids need to learn how to express who they are and seek value in it.”
 
HOW THE WOTY WAS WON 2015
 
From her jaw-dropping Julie Andrews tribute at the Oscars to her bloody (and convincing) American Horror Story role, how Lady Gaga redefined herself this year
 
FEB. 14
Gaga announced her engagement to actor Taylor Kinney with an Instagram snap of a heart-shaped diamond, captioned “He gave me his heart on Valentine’s Day, and I said YES!”
 
FEB. 22
The star’s critically lauded medley to honor The Sound of Music’s 50th anniversary drew a standing ovation at the 87th Academy Awards and featured numbers “Do Re Mi” and “Edelweiss.”
 
APRIL 26
Alongside partner-in-jazz Tony Bennett, she delighted the New Orleans Jazz & Heritage Festival crowd with cuts from the Great American Songbook off their 2014 duets album, Cheek to Cheek.
 
JUNE 8
New York Gov. Andrew Cuomo joined forces with Gaga to co-write an op-ed exclusively for Billboard, pushing for legislation to combat sexual assault on college campuses.
 
JUNE 19
“I feel extremely unaccomplished as a songwriter,” the humbled star said while accepting the Contemporary Icon Award at the 46th annual Songwriters Hall of Fame Induction & Awards Gala.
 
SEPT. 18
She released the video for “Til It Happens to You,” a song co-written with Grammy Award-winning songwriter Diane Warren as a sexual assault PSA for the 2015 documentary The Hunting Ground.
 
OCT. 2
The hitmaker became the first artist in history to sell more than 7 million downloads of two tracks — “Just Dance” (featuring Colby O’Donis) and “Poker Face,” off her acclaimed 2008 debut, The Fame.
 
OCT. 7
Gaga made her small- screen debut to rave reviews (alongside veteran actress Kathy Bates) as The Countess on American Horror Story: Hotel, the fifth season of the Ryan Murphy horror anthology.
 
OCT. 19
Received the Young Artist Award at the National Arts Awards (her “most meaningful” honor) before a crowd including Jeff Koons, Klaus Biesenbach and fellow honoree Sophia Loren.
 
OCT. 24
The Yale Center for Emotional Intelligence and the Born This Way Foundation hosted the Emotion Revolution Summit, featuring panels and workshops by advocates and educators.


[Source]

Lire l'interview de Bobby Campbell (Anglais)
Lady Gaga Manager Bobby Campbell Talks About Driving Her to Be ‘the Icon That She Is’
 
When Lady Gaga performed at the Academy Awards in February, the only hint of her Fame Monster persona were dual arm tattoos exposed by her ­sleeveless, ­shimmering Alaia gown. “It was just her, her talent and a microphone,” manager Bobby Campbell, 30, says of the performance. For the global TV audience that was ­watching, it was a reminder that, at her core, the ­bleeding-edge performance artist is a ­classically talented entertainer, ­something Campbell says he learned in 2007 when he began working Gaga’s releases as a ­marketing coordinator at her label Interscope Geffen A&M. In 2010, he joined her then-manager Troy Carter’s Atom Factory and took over the top job when he and Gaga exited the company in late 2013. Campbell spoke to Billboard about ­balancing art and business with Gaga, ­noting: “If she’s not feeling artistically inspired every day, I’m failing.”
 
Was Gaga’s Oscar performance a strategic move?
I don’t think it was so scientific that we sat down and said okay, the big goal for 2015 is to change perception of her. But from the time I began managing her, I saw that there was a vocal minority that did not respect her for all that she brings to the table. I wanted to change that and set her up to be the icon that she is.
 
What needed fixing?
You’ve seen the articles. She was “eccentric,” “too artsy.” People were judging her unfairly, so I wanted to press the reset button and remind them that whatever their perceptions, she’s an incredibly talented musician, performer and songwriter. In the last year, she has gotten a Grammy, performed at the Oscars, went on a couple of tours with Tony Bennett, co-wrote “Till It Happens to You” with Diane Warren, and is currently on American Horror Story: Hotel. She’s proven that there’s not really anything that she can’t do if she works hard for it.
 
Do you and she talk every day?
All day, every day — there’s a lot of texting; a lot of in person. There’s not a day that she’s on the Horror Story set that I haven’t been with her. When you spend so much time with someone, you know exactly where she is personally, creatively and artistically. And you understand the mood swings. I wouldn’t have it any other way. I don’t think she would either.
 
How does American Horror Story fit into Gaga’s career?
It’s her first real professional acting gig. It’s edgier, more twisted and certainly more out there than the rest of the things we did this year, and it feeds her need to push herself creatively. And what she and I have realized is that when she’s given ample time to prepare and doesn’t have too many things on her plate, she delivers her best work. So, we’ve taken the pace down slightly this year.
 
Does her creative input on the set go beyond acting?
As an artist she is incredibly hands-on. She’s reading the scripts, calling the writers and saying, “Okay, I’m reading it this way. How do you feel about that?” She’ll challenge them.” She has contributed to the overall plot, and they love that about her. She does the same with the costumes and with the looks. She’ll sit with the show’s costume designer Lou Eyrich for hours looking at the script and saying, “Okay, The Countess is doing this, so she’d be wearing this. » She’s really dissecting everything.
 
How do you balance her instincts as an artist with what’s good business?
We have a very open dialogue with each other. She’ll come to me with ideas, pretty much on a daily basis, and we talk through them. What’s the motivation for this? Does this make sense for you right now? So, we have in our arsenal a series of ideas that inspire her, whether they’re photo shoots or non-music products and businesses. Meanwhile, she and I have our ears to the ground in terms of her place in the culture. I’m constantly monitoring social media and the press to see what people are thinking about her so that we can strike at the right time with the things that inspire her.
 
It can’t be easy to say no to Lady Gaga.
I’m not the kind of person that will stand in her way. That’s not the nature of our relationship. We’re usually on the same page, but sometimes we’ll challenge each other. She loves feedback and loves to be pushed to do her best. But she’s got a vision, and I believe in it. If she says to me, “I’ve got to do this, » then we do it.
 
What does the coming year hold?
Right now, we’re focused on American Horror Story. She started in August and films up until the holidays. And that’s what she’s doing right now. After that I think it’s clear that new music will be on the horizon. How soon? We don’t know. But next year, I think we’ll show a new chapter of her as an artist and as a musician.
[Source]


Voir les vidéos

 

 




MAJ (08-12-2015) : En attendant la traduction de l’article de Billboard avec l’interview de Gaga (qui est en cours), découvrez la traduction de la petite interview de Bobby Campbell !

Lire l'interview de Bobby Campbell (Français)
Le manager de Lady Gaga, Bobby Campbell, parle de comment il l’aide à devenir « L’icône qu’elle est ».
 
Lorsque de la performance de Lady Gaga aux Academy Awards en Février, son personnage de l’époque ‘The Fame Monster’ ne transparaissait qu’à travers les tatouages sur ses bras, rendus visibles par sa robe sans manches et chatoyante signée Alaia. « Il n’y avait qu’elle, son talent, et un micro », dit son manager Bobby Campbell, 30 ans, de la performance. Pour l’audience qui regardait alors la télé, ce fut un rappel que, au plus profond d’elle-même, la performeuse avant-gardiste est avant tout une artiste talentueuse ; quelque chose que Campbell dit avoir découvert en 2007, lorsqu’il commença à travailler sur les morceaux de Gaga en tant que directeur marketing de son label Interscope Geffen A&M. En 2010, il joignit l’« Atom Factory » de son manager de l’époque, Troy Carter, et il devint à son tour manager principal lorsque Gaga et lui quittèrent la compagnie fin 2013. Campbell parle à Billboard de la façon dont il équilibre l’art et les affaires avec Gaga, déclarant : « Si elle ne se sent pas inspirée artistiquement chaque jour, alors je suis en train d’échouer. »

 

La performance de Gaga aux Oscars était-elle un geste stratégique ?
Ce n’était pas aussi catégorique dans le sens où on ne s’est pas réunis en se disant que le grand but pour 2015 serait de changer son image. Mais dès que je suis devenu son manager, j’ai vu qu’une minorité, qui se faisait bien entendre, ne la respectait pas du tout pour tout ce qu’elle offre. Je voulais changer ça, et l’aider à devenir l’icône qu’elle est.

 

Qu’est-ce qui avait besoin de changer ?
Vous avez bien vu les articles. Elle était « excentrique », « trop créative ». Les gens la jugeaient injustement, alors je voulais appuyer sur le bouton ‘Reset’, leur rappeler que malgré la perception qu’ils avaient d’elle, elle reste une musicienne, une performeuse et une parolière incroyablement talentueuse. Cette année, elle a gagné un Grammy, a performé aux Oscars, a fait une tournée avec Tony Bennett, a co-écrit « Til It Happens Yo You » avec Diane Warren, et elle est actuellement dans « American Horror Story : Hotel ». Elle a prouvé qu’il n’y avait rien qu’elle ne puisse pas faire, tant qu’elle travaille dur pour y arriver.

 

Vous parlez-vous tous les jours ?
Toute la journée, tous les jours – on s’envoie beaucoup de messages, et on se parle beaucoup en personne. Il n’y a pas un seul jour de tournage d’Horror Story où je ne suis pas avec elle. Lorsqu’on passe tant de temps avec une personne, on sait exactement où elle en est personnellement, créativement et artistiquement. Et on comprend ses sauts d’humeurs. Je ne changerais ça pour rien au monde. Je pense qu’elle non plus.

 

En quoi American Horror Story a sa place dans la carrière de Gaga ?
C’est la toute première fois qu’elle travaille en tant qu’actrice professionnelle. C’est plus audacieux, plus tordu et sans aucun doute plus fou que tout ce qu’on a fait cette année, et ça nourrit son besoin de se surpasser créativement. Ce dont on s’est rendu compte, c’est que lorsqu’elle a beaucoup de temps pour se préparer et n’a pas trop de pain sur la planche, c’est là qu’elle livre son meilleur travail. Donc nous avons légèrement ralenti les choses cette année.

 

Sa participation créative sur le tournage va-t-elle au-delà de la comédie ?
En tant qu’artiste, c’est incroyable comme elle est investie. Elle lit les scripts, appelle les scénaristes et leur dit : « Alors, voilà comment je le lis. Qu’est-ce que vous en pensez ? » Elle les met au défi. Elle a contribué à l’intrigue générale, et c’est ce qu’ils aiment chez elle. Elle fait pareil avec les costumes et les looks. Elle reste pendant des heures avec la costumière, Lou Eyrich, à regarder le script en disant « Bon, la Comtesse fait ça, donc elle devrait porter ça. » Elle décortique vraiment tout.

 

Comment arrives-tu à équilibrer ses instincts d’artiste avec le côté marketing ?
Nous avons tous les deux un dialogue très ouvert. Elle vient me voir avec des idées, pratiquement tous les jours, et on en parle. « Quelle est la motivation derrière ça ? Est-ce que ça te paraît censé ? » On a, dans notre arsenal, un tas d’idées qui l’inspirent, qu’elles soient des photoshoots ou des choses qui n’ont rien à voir avec la musique. En attendant, nous sommes tous les deux très à l’écoute pour ce qui est de sa place dans la culture. Je surveille constamment les réseaux sociaux et la presse pour voir ce que les gens pensent d’elle, pour pouvoir frapper au bon moment avec les choses qui l’inspirent.

 

Ca ne doit pas être facile de dire non à Lady Gaga.
Je ne suis pas le genre de personne qui lui mettra des bâtons dans les roues. Ce n’est pas la nature de notre relation. En général on est sur la même longueur d’onde, mais parfois on se met au défi. Elle aime avoir des remarques et être poussée à faire toujours mieux. Mais elle a une certaine vision, en laquelle je crois. Si elle me dit « Je dois faire ça », alors c’est ce qu’on fait.

 

Que nous réserve l’année qui arrive ?
En ce moment, on se concentre sur American Horror Story. Elle a commencé en Août et continue de tourner jusqu’aux vacances. C’est tout ce qu’elle fait en ce moment. Après ça, je pense qu’il est clair que de la musique se profilera à l’horizon. Quand ? On ne sait pas. Mais l’an prochain, je pense qu’on commencera un nouveau chapitre de sa carrière, en tant qu’artiste et musicienne.


Traduction : Nattie // Gagavision.net ©


MAJ (21-12-2015) : Découvrez maintenant la traduction complète de l’interview de Lady Gaga !

Lire l'interview de Lady Gaga (Français)

Lady Gaga est assise dans son « sanctuaire » – le jardin tentaculaire planté d’oliviers de sa maison de Malibu – lorsqu’un homme silencieux paré d’une cravate arrive avec des cocktails sur un plateau. « Merci, » dit-elle, avec le genre d’élégance digne du grand écran qu’il est surprenant qu’un « chériiiii » ne suive pas. « J’ai peut être roulé ma bosse dans le Lower East Side, mais il y a quelque chose de vraiment bien dans un bon Martini corsé. »
 
Il y a un frisson dans l’air, et bien qu’elle soit vêtue seulement d’un t-shirt Springsteen abîmé rentré dans un short en jeans à taille haute, Gaga a l’intention de regarder le coucher de soleil. Ces jours-ci, la femme née Stefani Germanotta recherche des moments sereins – bien que le fait qu’elle admette « avoir envie de normalité » est presque révolutionnaire pour quelqu’un qui déclare fièrement faire partie du « théâtre de l’absurde ». Pas plus tard qu’en 2014, la mégastar qui collectionne les Grammys et les records, et qui a vendu 10,4 millions d’albums aux Etats-Unis, selon Nielsen Music, a envisagé d’arrêter complètement la musique. Elle s’est séparée de son manager de longue date, Troy Carter, pour cause de surmenage, peu de temps après que son Artpop sorti en 2013 ait échoué à égaler ses précédents albums. Elle sentait que son image menaçait d’éclipser son talent artistique.
 
Cette année, cependant, la jeune femme de 29 ans ne s’est pas seulement recentrée sur sa carrière, elle l’a réinventée. L’improbable collection de standards du jazz qu’elle a enregistrée avec Tony Bennett, Cheek To Cheek, s’est classé n°1 au Billboard 200 à l’automne 2014, puis lui a fait gagner son sixième Grammy (pour meilleur album de chansons traditionnelles) et a donné naissance à une tournée internationale qui a récolté des critiques dithyrambiques durant l’année 2015. « Le public devient fou lorsqu’elle chante, » dit Bennett, 89 ans. « Elle a l’une des plus belles voix au monde, et c’est incroyable de voir à quel point elle est musicalement intelligente. » Les fans de pop à travers le monde ont exprimé un sentiment similaire après le medley magistral de la Mélodie du Bonheur que Gaga a chanté aux Oscars en février, ce qui lui a valu une chaude accolade de félicitations de la part de Julie Andrews.
 
Des jours plus tard, Gaga a révélé qu’elle aurait l’un des rôles principaux dans American Horror Story : Hotel, la cinquième saison du show télé. Elle a gagné son rôle de matriarche vampire La Comtesse après avoir démarché par téléphone le créateur de la série Ryan Murphy. « Je lui ai dit que je voulais un endroit où mettre toutes mes angoisses et ma rage et que j’étais excitée de jouer une tueuse, » se rappelle-t-elle avec délectation. « Nous nous entendons bien car nous sommes tous les deux des transformateurs, » dit Murphy. « Nous essayons de faire quelque chose en résolvant les merdes de nos vies personnelles. L’année suivante, nous mettons un costume différent et nous sommes quelqu’un d’autre. » AHS, la série la plus plébiscitée dans l’histoire de FX, a vécu sa plus forte saison cette année, avec les débuts de Gaga dans le premier épisode attirant 12,2 millions de téléspectateurs.
 
Le plus grand rôle de Gaga cette année cependant est peut être celui d’une militante Elle a sorti la chanson « Till It Happens To You », co-écrite par Diane Warren, destinée à encourager l’empathie pour les victimes d’assauts sexuels ; écrit un édito pour Billboard avec le Gouverneur de New York Andrew Cuomo afin de mettre fin aux viols dans les campus ; et initié un partenariat entre sa fondation Born This Way et la Fondation Elton John contre le SIDA. En octobre, après avoir vu Gaga recevoir une récompense par l’organisation à but non lucratif Americans for the Arts, David Brooks du New York Times a été inspiré à écrire un éditorial sur la nature de la passion et comment la « vie amplifiée » de Gaga l’incarnait.
 
Plus que jamais, les efforts de Gaga pour mettre fin aux violences et soutenir les gays et transgenres – ainsi que ceux qui ont souffert d’abus, de dépression ou d’anxiété en raison de préjugés – semblent emblématiques de l’acceptation des jeunes pour les ‘outsiders’ comme Gaga elle-même « Till It Happens To You, » dit Warren, « parle à ses fans. C’est pour ça que c’était bien de le faire avec elle. »
 
Gaga a même réussi à se consacrer à sa vie privée, en se fiançant à l’acteur Taylor Kinney le jour de la Saint Valentin. (Le diamant de six carats en forme de cœur étincelle alors qu’elle gratte le ventre de son bouledogue français, Asia) En mars, la Femme Billboard de l’Année 2014, Taylor Swift, tweetait : « Ca vient de moi ou est-ce que Lady Gaga vit vraiment sa vie à fond désormais ?!? »

D’après Matt Bomer, le partenaire de Gaga dans American Horror Story : « Elle possède l’esprit de l’art. Je sais que cela sonne ésotérique, mais c’est une chose notable que très peu de personnes possèdent. Typiquement s’ils l’ont, cela vient avec des démons. Elle est assez bénie pour avoir l’aide et l’amour dans sa vie qui font d’elle la magnifique âme qu’elle est. » Ou comme Warren le dit, « A cause de la robe en viande et de tout ça, on oublie que derrière il y a une superbe personne ridiculement talentueuse. »
 
« Cela en dit long pour moi que je sois reconnue Femme de l’Année 2015, » dit Gaga. « C’est l’année où j’ai fait ce que je voulais au lieu d’essayer de faire ce que je pensais que tout le monde voulait que je fasse. » Ci-dessous, elle explique avec ses propres mots ce que suivre ses instincts implique et comment elle espère montrer aux hommes et aux femmes artistes et aux cadres de l’industrie comment une « poulette déterminée » peut démanteler le statu quo.
 
« Je veux exploser à la trentaine »
 
« Mon anniversaire est en mars, alors ce sont les derniers instants de ma vingtaine. J’en ai déjà fait le deuil d’une certaine manière, et maintenant je suis très excitée de montrer aux femmes, et même aux hommes, ce que cela signifie d’être une femme dans la trentaine. Pourquoi disposons-nous des gens lorsqu’ils passent cet âge ? Soudain, ‘Vous êtes vieille’. Je ne suis pas p***** de vieille. Je suis plus sexuelle et puissante et intelligente et au point que je ne l’ai jamais été. J’ai traversé beaucoup de chagrin et de souffrance, mais rien de tout cela ne m’a endommagée. Cela a fait de moi une battante. Je veux montrer aux femmes qu’elles n’ont pas besoin d’imiter les filles de 19 ou 21 ans pour faire un hit. Les femmes dans la musique ont l’impression qu’elles doivent tout vendre pour être des stars. C’est tellement triste. Je veux exploser en entrant dans la trentaine. »
 
« Une fois qu’on commence à être attentif et à se dire ‘Est-ce que je veux vraiment ça ?’ c’est là qu’on commence à se sentir investi et à trouver sa propre valeur. J’aime être la fille chiante. Je suis une enfant du théâtre. J’étais dans un groupe de jazz. Je suis allée à la Fête de la Renaissance. J’étais cette fille dont on se moquait, la ringarde. Je crois en cette fille. Je crois en l’intégrité, l’intelligence et le pouvoir des gens comme elle, et je veux l’enflammer. »
 
« J’ai accepté le pari car tout le monde m’avait effacée »
 
« Dès que les Oscars ont été finis, Jimmy Iovine [l’ancien président de Interscope Geffen A&M] m’a envoyé un mail disant quelque chose comme ‘C’était p***** de fantastique, et ça aurait pu être un tel désastre.’ Il est italien et de Brooklyn, donc on parle le même langage, et je savais qu’il avait raison. La vérité c’est que vous pouvez soit taper dans le mille avec une performance comme ça, soit faire une boucherie des chansons les plus classiques chantés par les plus grands. J’ai accepté le pari car tout le monde m’avait effacée. Ca m’a pris longtemps pour pouvoir atteindre ces notes. J’ai dit à mon manager : ‘J’ai besoin de travailler durant deux mois avec mon coach vocal chaque jour et d’être sobre, ce qui signifie que je ne peux faire aucun autre boulot en même temps.’ Lorsque je travaille, j’ai besoin de boire et fumer, et j’ai des douleurs dans le corps [à cause de ma blessure à la hanche]. Mais je suis comme toutes les autres filles – il y a un être humain là-dedans, et si vous pouvez conserver l’humain intact, c’est ce que vous allez entendre dans la musique. »
 
« A la fin de 2014, mon styliste m’a demandé : ‘Est-ce que tu as seulement toujours envie d’être une star de la pop ?’ Je l’ai regardé et lui ai répondu : ‘Tu sais, si je pouvais arrêter ce train maintenant, aujourd’hui, je le ferais. Je n’en peux plus. [Mais] j’ai besoin de m’en sortir car sinon je vais mourir.’ Lorsqu’on va aussi vite, on ne se sent plus en sécurité, on a l’impression de recevoir des gifles et on ne pense plus correctement. Mais j’ai senti des bras me relever. C’était comme si tout le monde se réunissait pour essayer de remettre une étoile dans le ciel, et ils n’allaient pas me laisser tomber. »
 
« Je suis née pour chanter avec Tony »
 
« Il n’y a personne qui déchire plus que Tony Bennett. Cet homme fait partie de l’histoire de la musique d’une manière extrêmement puissante, et il m’a appris à rester fidèle à moi-même, à ne laisser personne m’exploiter. Il est responsable de m’avoir rendu heureuse de tellement de manières, et je peux dire la même chose d’Elton [John]. Lorsque toute l’industrie m’a tourné le dos durant Artpop, ils sont les seuls qui ont dit : ‘Hé, c’est un mauvais moment à passer, ça va aller.’ En tournée, des gens m’ont donné des médailles pour me remercier d’avoir confronté une génération plus jeune à Tony Bennett car il a changé leur vie de manière significative. Je veux faire partie d’une culture dans laquelle on ne prête pas foi à quiconque est rude ou insensible ou mauvais pour le monde. »
 
« Après Cheek To Cheek, tout le monde me disait : ‘Oh tu es Rod Stewart maintenant.’ J’adore Rod Stewart, mais je rétorquerais que je ne compte pas faire un album adulte de jazz contemporain plus tard dans ma carrière et je ne le ferai pas car j’aime les standards. Je suis une italo-américaine de New York qui a gagné des concours de jazz nationaux au lycée grâce à mes capacités. Je suis née pour chanter avec Tony et pour qu’il dise ‘Oui c’est le cas.’ Tout comme Ella [Fitzgerald] et comme Judy [Garland] – on pourrait continuer en listant toutes les femmes incroyables qui ont chanté avec lui. C’est une fête à laquelle je suis ravie d’être invitée. »
 
« Je mets toute ma rage dans l’art noir »
 
« Je ne suis pas le genre de fille qui entre dans la plupart des moules. C’est pourquoi travailler dans American Horror Story avec Ryan [Murphy] était mon destin. Je voulais créer quelque chose de vraiment significatif en explorant l’art de l’obscurité. La raison pour laquelle j’adore regarder les films d’horreur, les mystères et les documentaires sur les crimes, c’est parce que quelque part cela engourdit la douleur que j’expérimente dans ma propre vie. Vous regardez quelque chose de pire que ce que vous pensez traverser. La terreur vous suspend, et vous êtes capables d’oublier votre propre douleur durant un moment. C’est comme une forme psychologique de masochisme. »
 
« Ryan et moi avons tout deux fait l’expérience des mêmes critiques concernant l’intention de notre travail. Toute ma carrière a été construite sur la perception que j’essaie d’attirer l’attention à cause des choses qui m’intéressent, alors que ce n’est pas ça du tout. Si vous n’aimez pas être perturbés, [American Horror Story] n’est probablement pas pour vous. Si vous n’aimez pas l’absurdité, je ne suis probablement pas pour vous. J’ai été pendue la tête en bas durant 45 minutes pour Robert Wilson et j’ai vidé tout mon corps de son sang, et je suis restée nue dans une rivière gelée durant deux heures avec des aimants sur la tête pour Marina Abramovic. Je suis une poulette déterminée. Je fais les choses à fond. Je peux mettre toute ma rage dans cet art noir, et le reste de ma vie se passera de manière lucide, et je ferai les choses que je sais être bonnes, comme la philanthropie ou le fait de camper sur mes positions musicalement. »
 
« Quand es-tu devenu un robot à la mode ? »
 
« On ne peut pas vendre son âme une fois qu’on a réussi. C’est une grosse erreur de courir après l’argent pour essayer de rester au top. Je pense que c’est ce que tout le monde voulait de moi. Mais je suis une fille différente, et quand être différente n’est pas un style c’est difficile pour moi de fonctionner. Les gens pensent ‘Tu peux t’assoir au piano n’importe quand et écrire,’ mais je n’ai pas pu écrire pendant deux p****** d’années. Pour Artpop, je faisais des beats à la place. Je ne voulais pas être à côté de ce [piano]. Trop d’émotions. Je commençais à jouer et chanter, et mon esprit disait ‘Tu es trop talentueuse pour cette merde. P***** ta voix est bonne. P***** c’est un beau son. P***** ce sont des paroles magnifiques. Pourquoi laisses-tu ces gens te trainer dans la boue ? Quand es-tu devenu un robot à la mode ?’ Etre une artiste n’est-il pas suffisant ? Est-ce que le talent fait tout ? Pour Adele c’est le cas. Pour Bruno Mars aussi. Mais c’est ce que j’ai appris en travaillant avec Tony : si le talent n’est pas tout ce qui compte, alors tu es complètement à côté de la plaque. »
 
« C’est pour cela que tous les hauts et bas de ma carrière valent le coup – cela m’a mené à des révélations. On ne peut pas créer sans révélation. Tu pourrais en avoir une et ne pas le remarquer car tu es tellement défoncé ou tu as sept mannequins qui te sucent la bite ou tu es trop intoxiqué par ce style de vie. Je suis reconnaissante pour ce que j’ai, mais cela ne signifie pas que je ne donne aucune valeur au don de la vie. Cette maison est magnifique, mais une fois que je passe la ligne de ma propriété je ne suis plus libre ; il est légal de me harceler partout dans le monde. La chose qui me rend heureuse est ce piano. »
 
« Il faut purifier cette industrie »
 
« J’appelle chaque artiste à être gentil envers les autres, et à avoir de la compassion. Purifions cette industrie et mettons notre index devant le visage de chaque directeur en disant ‘Si tu dépenses de l’argent, est-ce pour quelqu’un qui sait vraiment chanter ? Est-ce pour quelqu’un qui a un point de vue ?’ C’est presque amusant de voir l’expression sur le visage de Tony, la manière dont il remue la tête, lorsque je lui raconte ce que l’industrie est devenue. Tous ces trucs de remixes à la radio, j’ai envie de dire : Lorsqu’on ne sent pas que les deux artistes étaient dans le studio ensemble, cela me blesse vraiment car c’est une telle injustice pour les deux artistes qui ne se rencontrent pas. C’est intelligent. Mais sommes-nous en train de mettre trop de limites à ce que les choses devraient être à la radio, si bien que les artistes ne se sentent pas assez libres pour créer authentiquement ? »
 
« On pourra blâmer l’ère digitale indéfiniment, mais la musique est un droit naturel de l’humanité. Nous chantons dans les cavernes depuis la nuit des temps et avons appris la réverbération à cause de nos voix qui font de l’écho sur les montagnes. C’est ce qui effraie le plus les gens à mon sujet – de tous mes contemporains, je suis probablement la plus romantique. Spécialement dans un monde où l’éducation musicale n’est pas la plus importante. Les gosses sont déprimés lorsqu’ils naissent avec un instinct créatif mais qu’on ne leur enseigne jamais comment l’exprimer. Pouvez-vous imaginer devoir jouir et que quelqu’un vous dise ‘Désolé mais tu ne pourras jamais éjaculer dans cette vie’ ? Si on n’apprend pas aux gens à relâcher cette énergie, elle se bloque, et ça fait mal. Les jeunes ont besoin d’apprendre à exprimer qui ils sont et à en chercher la valeur. »
 

Traduction : Christelle // Gagavision.net ©

Partagez

20 commentaires on “[Billboard // Magazine] Lady Gaga Femme de l’Année”

  1. Les photos sont biens Gaga :p
    Et l’interview est assez intéressante même si elle fait une synthèse de tout ce qu’elle a dit dans l’année (ce qui est le but de l’interview). J’aime bien quand elle dit « Let us purify this industry » j’approuve !
    Et j’aime toujours quand elle parle de Tony ! J’aimerai tellement un duo bruno mars et gaga d’ailleurs comme elle parle de bruno ! Bon gaga et adèle aussi !
    Sinon prochain album de Gaga en mars 2016 pour marquer le coup de son passage à la trentaine ? :p On verra bien ne soyons pas pressés mais j’avoue que je suis impatient

  2. J’adore le photo shoot ! Franchement sa me rappelle tellement BTW ! Elle fait hyper naturelle ! Sa fait tellment du bien de revoir un photo shoot de Inez & Vinoodh ils savent tellement la mettre en valeur ! :)

  3. Tant mieux ! Ca tombe bien…..j ‘ai vu qu’elle avait déclaré que si elle le pouvait, elle arrêterait sa carrière tout de suite sans hésiter…..c’est dire à quel point elle a été dégoutée par son lynchage médiatique aprés Artpop. Si ça peut la consoler un peu….
    Je persiste à penser que Stefani est un peu trop géniale pour être comprise.

  4. Je tenais a prendre une petite minute pour remercier Gagavision et plus précisément la/les personnes qui se chargent des traductions (je ne sais pas qui précisement dsl ^^). Traduire est un travail long et assidu et vous vous décarcassez a chaque fois pour nous faire comprendre, alors voila merci!

  5. On n’aura pas attendu très longtemps pour la traduction ^^ Merci!

    Bobby Campbell dit qu’ils commenceront l’année prochaine à travailler vraiment sur ça carrière musicale donc je pense que l’album que nous prépare Gaga sera fin prêt pour le début d’année 2017.Il vaux mieux qu’elle prenne son temps parce qu’avec ARTPOP elle était oppressée et devais tout faire le plus vite possible et au final… Le succès de l’album était au même niveau que sa qualité, donc pas très bonne (je parle pour moi). En plus de ça, la promo étais vraiment naze :p

    Je trouve aussi que Bobby Campbell a très bien réussi son boulot en ce qui concerne la remise à zéro de l’image de Gaga. Les compliments la concernant étais plus nombreux que les années précédentes et moins nombreuses pour les critiques :) Et en plus de lui avoir donnée une bonne image on l’a sent plus épanouis qu’au temps d’ARTPOP :)

    Encore merci pour la traduction l’équipe ♥

  6. Gyriis tu dis quoi?2017?stp ne repete plus jamais ca.Donc tu veux dire 6ans apres btw et 4ams apres Artpop?bah tout le monde l’oubliera et meme je ne serais presque plus fan d’elle,parle jusqu’a present j’ecoute seulement THTY et I want your love,donc qu’elle fasse vite.Et ils peuvent commencaient au debut de l’annee et elle nous sort un single en Avril

  7. J’espère moi aussi qu’elle va prendre son temps. J’aime mieux attendre entre un an et avoir un album à la hauteur de BTW et un planning promo bien organisée que d’avoir un album en début d’année mais avec un scénario comme ARTPOP :)

    1. Oui c’est toujours prévu :)
      Mais ayant été très occupée par mon travail ces 15 derniers jours, je n’ai pas eu le temps de finir.
      Mais ça ne devrait plus tarder ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *