Lady Gaga pour Elle US MAJ du 14/10 : ajout de la traduction

Le magazine américain ELLE a aujourd’hui révélé ses différentes couvertures pour le mois de Novembre, honorant leurs « Women in Hollywood » : parmi elles Sarah Paulson, Shonda Rhimes, Lupita Nyongo… ou encore Lady Gaga !
La belle a en effet posé devant les caméras de Ruth Hogben et Andrea Gelardin (Lobster Eye) pour un photoshoot exclusif, lors duquel l’ancien styliste de Gaga, Nicola Formichetti, a repris du service.
Découvrez les photos de Gaga et son interview !

Couvertures :

Photoshoot :

Lire l'interview (VO)
“I feel like I’m still a fetus,” says Lady Gaga, looking impeccably glamorous in a wide-belted black Alaïa dress, stabby heels, extravagant lashes, and dark brows, her platinum hair framing her face in soft waves. What she looks like (no doubt deliberately) is a midcentury Italian film star—Monica Vitti in some long-lost Antonioni picture, or a tiny, blond Sophia Loren. What she means is that she feels like she’s just getting started as an artist—that she’s only accomplished a fraction of what she still plans to do—but I have a hard time wrapping my head around this notion, considering the decade she’s just had.

Ten years ago, with the release of her first album, The Fame, Lady Gaga went from struggling burlesque performer and New York club kid to global pop phenomenon in what seemed like the blink of an eye. Since then, she’s put out five studio albums, one soundtrack album, and 18 singles; performed at the Super Bowl; and won six Grammys and a Golden Globe, among other things. She’s won fashion awards and collaborated with famous artists and sung duets with Tony Bennett. Two years ago, while filming a Netflix documentary about her life, Gaga: Five Foot Two, she landed the leading role in a major Hollywood movie. She would play the Janet Gaynor/Judy Garland/Barbra Streisand role in A Star Is Born, opposite Bradley Cooper. All of which is to say that if anyone inhabits a parallel universe where the bar for achievement is set so impossibly high that Lady Gaga ranks as artistically prenatal, it’s probably just Lady Gaga.

A few days after our meeting, A Star Is Born premieres at the Venice Film Festival. Lady Gaga is there in a Valentino gown adorned with billowy pink ostrich feathers. Halfway through the screening, a fluke lightning accident momentarily interrupts the film, which nonetheless goes on to get an eight-minute standing ovation and mostly rapturous reviews. In 2016, while accepting the Golden Globe award for her role in Ryan Murphy’s American Horror Story: Hotel, Lady Gaga said that she’d wanted to be an actress before she wanted to be a singer, but that music had worked out first. Now that acting has worked out as well, it’s unclear what more she could do. Mars colony, maybe. Flying cars. Universal health care.

Lady Gaga has a commanding presence. She sits like an Olympic gymnast nailing a landing. Chatting with her in the kitchen of her otherworldly, six-acre Mediterranean-style estate, which features an eight-horse stable, a dressage rink, a bowling alley, a saltwater pool, and a panoramic view of the Pacific Ocean, I have the feeling that I may have temporarily crossed over into this other, extra dimension. The woman comes across as a sweetheart, but the artist is a machine. In person, she’s warm but guarded, friendly but cautious, passionate but preternaturally poised. Her house is cozy and filled with people—assistants; her manager; her mom, Cynthia, visiting from New York. (“Don’t we look alike?” Lady Gaga asks after introducing me. They really do.) The house is more traditional than you’d expect, more befitting a Stefani Germanotta (her given name) made insanely good than the pop performance artist who once wore a dress made out of meat to the MTV Video Music Awards. I mean, the French provincial sofas are draped in quilts. The fireplace is flanked by a big TV and an old Italian movie poster of A Star Is Born starring Judy Garland, a gift from Gaga’s boyfriend, CAA agent Christian Carino. It’s all slightly disorienting. We could be in a Nancy Meyers movie. Or a Star Trek episode.

A decade into her career, Lady Gaga is being born again, as a movie star, and she truly is a revelation. This might just be the most remarkable thing about A Star Is Born—that, beyond the fact that she’s unrecognizable, she feels new. Among the most notable things about her character, Ally, is how stripped down she looks, how vulnerable. Gaga has shown glimpses of this before. We’ve seen it in her hilarious Saturday Night Live sketches, her album Joanne, and her documentary, in which she appears in sweatpants.

“The character of Ally is informed by my life experience,” Lady Gaga says. “But I also wanted to make sure that she was not me. It was a cadence of both.” Ally is talented but insecure. She writes but won’t perform her own songs. She’s been dissuaded from pursuing her dreams by an industry that doesn’t believe in her, that tells her she looks wrong for the part. She reluctantly allows Jackson Maine (played by Cooper) to draw her into his world, to involve her in his music, until she meets the manager who begins her transformation into a commercial pop star.

For all Lady Gaga’s talents as a singer, songwriter, and actress, it’s her metatalent for fame—a condition she single-mindedly pursued, investigated, interrogated, and named an album, an EP, and a fragrance after—that catapulted her into global stardom. It’s on this theme, one on which the movie largely hinges, where Gaga and her fictional counterpart, Ally, diverge the most: Once Gaga made the decision to become a performer, she didn’t let anything stop her. Early in her career, she understood that Stefani Germanotta, the classically trained Catholic schoolgirl, was talented enough to be successful, but that only Lady Gaga could erupt on the global scene, fully formed.

Ally’s character, by contrast, is like a window into a Sliding Doors–like look at how things might have gone. “When I watched the film for the first time,” Gaga says, “I said, Oh my gosh, I thought she was really sad at the end of the movie, but I didn’t realize how sad she really was at the beginning. She’s really kind of a depressed girl. She works as a catering girl. She has her friend Ramon, who is very important to her. She takes care of her dad at home and takes care of all the drivers who come and have breakfast in the morning. But she’s truly given up on herself as a musician. »

This latest version of A Star Is Born is the fourth iteration of the classic melodrama about the effects of fame and addiction on a relationship. Cooper’s Jackson Maine is an alcoholic rock superstar on the wane who falls in love with a singer-songwriter he happens to meet at a drag club, where he’s stopped for a drink after a concert because he can’t face going home.

Lady Gaga and Bradley Cooper first met years ago on the set of Saturday Night Live, but it wasn’t until she performed at Sean Parker’s 2016 cancer benefit that they connected. Lady Gaga’s reps had alerted her that the actor would be in attendance, and that he planned to direct A Star Is Born and was looking to cast the female lead. Lady Gaga knew she wanted it. She sang “La Vie en Rose,” which ended up in the movie as the first song Jackson watches Ally perform—the song that makes him fall in love with her. “I was completely blown away,” Cooper says of that night. “I called her agent and said, ‘Can I meet with her?’ And then, the next day, she said yes, and I drove up to her house, and then that was it.” Gaga says the connection was instantaneous. “Before I knew it, I was making him pasta, feeding him, and we were talking and laughing. Then he wanted to hear us sing together, and asked if I would sing a song called ‘Midnight Special’ with him. I printed out the sheet music, and I brought it out to the piano, and I was so nervous. And so I’m sight-reading the music at the piano, and we start to sing, and I hear Bradley’s voice, and I just stopped playing, and I said, ‘Oh my gosh, Bradley, you can sing.’ It’s incredible,” she says.

Once she was cast, Cooper and screenwriters Eric Roth and Will Fetters worked on the script while Gaga worked on the soundtrack. “I wrote it for her, to play it. I asked her so many questions, and wanted to mine so much of the things that she told me. That completely formed the creation of Ally,” Cooper says. “We really were very vulnerable [together]. I had a lot of belief in her magic. It’s one thing to have a sense of it, and then watch it, before your eyes, every day, shooting.”

In order to portray an unknown singer, Gaga drew from her insecurity as an actress. “I will never forget the first scene we did together in this Mexican restaurant. Bradley got some tacos and brought them to the table. Then he said something to me, but it wasn’t what was in the script, and I didn’t know what to do, so I just said my line. Then he said something else, and I didn’t know what to do because I thought I was just supposed to be saying what was on the page. So I just said another line—the next line. Seeing that I wasn’t going off-script, he said, ‘Are you okay?,’ and I just started to cry.” Through this, she learned to focus more on the story than the lines. So when it came to the concert scenes, where their experience was reversed, she tried the same technique. “When we sang ‘Shallow’ together at the concert, after he runs over and starts to pull me on the stage, I didn’t think, ‘I haven’t made it yet as a singer.’ All I had to do was go, ‘I haven’t made it yet as an actress.’”

When Gaga was 14, she was shopping at a boutique on the West Side—singing, as one does—and a sales guy approached her and offered to give her the phone number of his uncle, a vocal coach. Don Lawrence, whom she calls the aortic valve to her career, made time in his schedule to work with her. “Later, I remember we were talking one day—we used to talk a little bit during our lessons, because we liked each other so much—and I said, ‘I just don’t know how I’m gonna make it,’” she says. “I was taking meetings with entertainment attorneys and knocking on people’s doors, trying to get them to listen to demos that I made on a four-track Tascam cassette player, and he said to me, ‘There can be a hundred people in the room, and 99 of them won’t believe in you, but all you need is one.’”

After high school, Gaga enrolled in Collaborative Arts Project 21 through NYU’s Tisch School of the Arts but dropped out after a year—“when I decided to really say, ‘Sorry, Mom and Dad,’ and be a starving artist on the Lower East Side,” she says. She worked three jobs, including one as a go-go dancer. She used to call clubs and pretend to be her own manager. She would haul her piano from gig to gig. Once, while performing at a jazz bar where a crowd of frat boys wouldn’t be quiet, she stripped down to her underwear to get their attention. The moment was a turning point—it made her understand something about commanding attention. “I already knew that she was this authentic, open, raw, real artist who could sing and write songs and be this quadruple threat,” says Heather Parry, who produced the Netflix documentary and executive-produced the film. “But the thing that I was most impressed with was that she’s a very strong businesswoman. In anything she does, you’re like, She’s such a boss.”

A Star Is Born, of course, is an evergreen, regenerative parable on the price of fame—which may be a bit of a chestnut, but it works. The best stories about the human experience are the ones in which ordinary people are made to withstand extraordinary forces—alcoholism, physical and emotional trauma, global stardom, the merciless machinery of capitalism. Lady Gaga is an artist. She feels things profoundly. She’s grappled with the inherited trauma of the death of her father’s sister at 19; with the emotional trauma of having been bullied in school and later sexually assaulted; with the physical trauma of a hip injury and surgery that left her with chronic generalized pain. But pain is the ballast against which sublimity takes shape.

In one of the most moving scenes of her documentary, Gaga is getting ready to perform at the Super Bowl, but she’s feeling melancholic. “I’m so excited to do it,” she says, “but I can’t help but realize that when I sold 10 million records, I lost Matt [Williams, her ex-boyfriend and ex-stylist]. I sold 30 million and lost Luc [Carl, her ex-boyfriend]. I did a movie and lose Taylor [Kinney, her ex-fiancé]. It’s like a turnover,” she says. “This is the third time I’ve had my heart broken like this.”

At the start of A Star Is Born, it’s a scene about Jackson, not Ally, that gets at the heart of the experience. “For me, in music and in acting, I’m always pulling from my past experiences, family dynamics, relationships, pain, happiness, joy, the roller coaster ride of my life—how that has kind of created this beautiful disco ball that’s somehow refracted and fractured,” she says. “The opening moment, where you see him pop some pills, down some booze, hop onstage, and just electrify the audience until the last bass note hits, and the limousine door shuts as the cameras are flashing, and it goes to total silence—this is how I feel as a performer. That’s what it feels like when you go onstage, and there are 20,000 people screaming, and you’re singing, and dancing, and performing, and then the show is over, and there is no sound. It’s emotional.”

Lire l'interview (VF)

« J’ai l’impression d’être toujours un fœtus, » dit Lady Gaga, impeccablement glamour dans une robe Alaïa noire à large ceinture, talons aiguilles, cils extravagants et sourcils noirs, ses cheveux platines entourant son visage de douces vagues. Elle ressemble (délibérément, sans aucun doute) à une star italienne des années 50 – Monica Vitti dans un film d’Antonioni oublié depuis longtemps, ou une petite Sofia Loren blonde. Ce qu’elle veut dire, c’est qu’elle sent qu’elle débute tout juste en tant qu’artiste – qu’elle n’a accompli qu’une fraction de ce qu’elle souhaite faire – mais j’ai du mal à me représenter cela, considérant la décennie qu’elle vient d’avoir.
 
Il y a dix ans, avec la sortie de son premier album, The Fame, Lady Gaga est passée de gamine performeuse burlesque luttant dans New York à phénomène pop mondial en ce qui semble être un clignement d’œil. Depuis, elle a sorti cinq albums studios, une bande originale de film et 18 singles ; performé au Super Bowl, et gagné six Grammys et un Golden Globe, entre autres choses. Elle a gagné des récompenses dans la mode, collaboré avec des artistes célèbres et chanté des duos avec Tony Bennett. Il y a deux ans, alors qu’elle tournait un documentaire Netflix sur sa vie, Gaga : Five Foot Two, elle a décroché le premier rôle dans un grand film d’Hollywood. Elle jouerait le rôle de Janet Gaynor / Judy Garland / Barbra Streisand dans A Star is Born, face à Bradley Cooper. Tout ça pour dire que si quelqu’un habite dans un univers parallèle où la barre de la réussite est placée tellement haut que Lady Gaga est classée dans la catégorie prénatale artistiquement, il ne peut s’agir que de Lady Gaga.
 
Quelques jours après notre rencontre, A Star Is Born fait sa première au Venise Film Festival. Lady Gaga est là, en robe Valentino ornée d’amples plumes d’autruches roses. Au milieu de la projection, un incroyable incident d’éclairage a momentanément interrompu le film, qui a néanmoins continué pour être salué par une standing-ovation de huit minutes et recevoir principalement des critiques euphoriques. En 2016, alors qu’elle acceptait son Golden Globe pour son rôle dans le American Horror Story : Hotel de Ryan Murphy, Lady Gaga a dit qu’elle avait voulu être actrice avant d’être chanteuse, mais que la musique avait marché en premier. Maintenant que le métier d’actrice fonctionne aussi, ce qu’elle pourrait faire de plus n’est pas clair. Coloniser Mars, peut-être. Faire voler des voitures. Une couverture médicale universelle.
 
Lady Gaga a une présence dominante. Elle est assise comme une gymnaste olympique réussissant parfaitement sa réception. Discutant avec elle dans la cuisine de sa propriété éthérée, trois hectares de style méditerranéen, possédant une étable pour huit chevaux, un manège de dressage, une piste de bowling, une piscine à l’eau de mer et une vue panoramique sur l’Océan Pacifique, j’ai l’impression d’avoir temporairement pénétré une autre dimension. La femme donne le sentiment d’être un amour, mais l’artiste est une machine. En personne, elle est chaleureuse mais réservée, amicale mais prudente, passionnée mais prodigieusement posée. Sa maison est douillette et remplie de gens – ses assistants, son manager, sa mère Cynthia, qui lui rend visite de New York. (« On se ressemble, non ? » demande Gaga après me l’avoir présentée. Oui, beaucoup.) La maison est plus traditionnelle que ce qu’on pourrait attendre, convenant plus à Stefani Germanotta (son nom de naissance) qu’à l’artiste pop qui a un jour porté une robe en viande pour les MTV Video Music Awards. Quand même, les canapés français sont couverts de couettes. La cheminée est encadrée d’une grande télévision et d’un vieux poster italien de A Star Is Born avec Judy Garland, un cadeau du petit-ami de Gaga, l’agent de CAA Christian Carino. C’est légèrement déboussolant. On se croirait dans un film de Nancy Meyers. Ou un épisode de Star Trek.
 
Après une décennie de carrière, Lady Gaga renaît, en tant que star du cinéma, et elle est véritablement une révélation. C’est sûrement ce qui est le plus remarquable dans A Star Is Born – au-delà du fait qu’elle est méconnaissable, elle se sent neuve. Les caractéristiques les plus notables de son personnage, Ally, sont la pureté qu’elle dégage et sa vulnérabilité. Gaga a déjà montré quelques aperçus de cela. Nous l’avons vu dans ses sketches hilarants pour le Saturday Night Live, son album Joanne et son documentaire, dans lequel elle apparaît en survêtement.
 
« Le personnage d’Ally est influencé par ma propre expérience, » dit Gaga. « Mais je voulais aussi faire en sorte qu’elle ne soit pas moi. C’est un mélange des deux. » Ally est talentueuse mais manque de confiance. Elle compose mais ne chante pas ses propres chansons. Elle a été dissuadée de poursuivre ses rêves par une industrie qui ne croit pas en elle, qui lui dit qu’elle n’a pas le physique de l’emploi. Elle autorise à contrecœur Jackson Maine (Bradley Cooper) à l’attirer dans ce monde, pour l’impliquer dans sa musique, jusqu’à ce qu’elle rencontre un manager qui commence sa transformation en pop star commerciale.
 
En dépit des talents de Lady Gaga en tant que chanteuse, compositrice et actrice, c’est son talent énorme pour la célébrité – une condition qu’elle a résolument poursuivie, étudiée, interrogée, et d’après laquelle elle a nommé un album, un EP et un parfum – qui l’a catapultée vers sa gloire mondiale. C’est sur ce thème, sur lequel repose largement le film, que Gaga et son double fictionnel, Ally, divergent le plus : une fois que Gaga a décidé de devenir performeuse, rien n’a pu l’arrêter. Tôt dans sa carrière, elle a compris que Stefani Germanotta, l’écolière catholique formée au classique, avait assez de talent pour avoir du succès, mais que seule Lady Gaga pouvait émerger sur la scène mondiale.
Le personnage d’Ally, au contraire, est comme une fenêtre dans une porte coulissante – une interrogation sur comment les choses auraient pu se passer. « Lorsque j’ai vu le film la première fois, » dit Gaga, « Je me suis dit, Oh mon dieu, je pensais qu’elle était très triste à la fin du film, mais je n’avais pas réalisé à quel point elle l’était vraiment au début. C’est vraiment une fille déprimée. Elle bosse comme serveuse. Elle a un ami, Ramon, qui est très important pour elle. Elle s’occupe de son père à la maison et des chauffeurs qui viennent prendre le petit-déjeuner le matin. Mais elle s’est vraiment abandonnée en tant que musicienne. »
 
Cette dernière version de A Star Is Born est la quatrième itération du mélodrame classique sur les effets de la célébrité et l’addiction dans une relation. Le Jackson Maine de Cooper est une superstar du rock alcoolique sur le déclin qui tombe amoureux d’une chanteuse-compositrice qu’il rencontre dans un club de drags, où il s’est arrêté pour boire un verre après un concert car il ne peut pas faire face au fait de rentrer chez lui.
 
Lady Gaga et Bradley Cooper se sont rencontrés il y a des années sur le plateau du Saturday Night Live, mais ce n’est que lorsqu’elle s’est produite au dîner caritatif contre le cancer de Sean Parker en 2016 qu’ils se sont liés. Les représentants de Lady Gaga l’avaient prévenue que l’acteur serait là, qu’il planifiait de réaliser A Star Is Born et qu’il était à la recherche de son personnage principal féminin. Lady Gaga savait qu’elle voulait le rôle. Elle a chanté « La Vie en Rose » qui a fini dans le film, la première chanson que Jackson voit Ally chanter – la chanson qui le fait tomber amoureux d’elle. « J’étais complètement époustouflé, » dit Cooper de cette nuit. « J’ai appelé son agent et lui ai demandé si je pouvais la rencontrer. Le lendemain, elle a dit oui, je suis allée chez elle et c’était fait. » Gaga dit que la connexion a été instantanée. « Avant de m’en rendre compte, je lui faisais des pâtes, le nourrissais, et nous parlions et rions. Puis il a voulu qu’on chante ensemble, et m’a demandé de chanter « Midnight Special » avec lui. J’ai imprimé les partitions, les ai amenées au piano, j’étais tellement nerveuse. Donc je suis là à déchiffrer la partition au piano et nous commençons à chanter, et quand j’ai entendu la voix de Bradley, je me suis arrêtée et j’ai dit ‘Oh mon dieu, Bradley, tu sais chanter.’ C’était incroyable, » dit-elle.
 
Une fois castée, Cooper et les scénaristes Eric Roth et Will Fetters ont travaillé sur le script pendant que Gaga travaillait sur la bande originale. « Je l’ai écrite pour elle, pour qu’elle le joue. Je lui ai posé tellement de questions, je voulais exploiter toutes les choses qu’elle m’avait dites. C’est ce qui a constitué la création d’Ally, » dit Cooper. « Nous étions vraiment vulnérables [ensemble]. Je croyais vraiment à sa magie. C’est une chose d’avoir le sens de quelque chose, mais une autre de le voir chaque jour devant vos yeux pendant le tournage. »
 
Afin de jouer une chanteuse inconnue, Gaga s’est inspirée de son insécurité d’actrice. « Je n’oublierai jamais la première scène que nous avons fait ensemble dans ce restaurant mexicain. Bradley a pris des tacos et les a amenés à table. Puis il m’a dit quelque chose, mais ce n’était pas ce qui était dans le script, et je ne savais pas quoi faire, alors j’ai dit mon texte. Puis il m’a dit autre chose, et je ne savais pas quoi faire car je pensais que j’étais censé dire ce qu’il y avait dans le scénario. Alors j’ai dit une autre réplique – la suivante. En voyant que je ne me détachais pas du texte, il m’a demandé ‘Ça va ?’ et je me suis mise à pleurer. » Grâce à ça, elle a appris à se focaliser sur l’histoire plus que sur les répliques. Lorsqu’ils ont fait les scènes de concert, où leurs expériences étaient inversées, elle a utilisé la même technique. « Lorsque nous avons chanté ‘Shallow’ ensemble au concert, après qu’il soit venu me chercher, je ne me suis pas dit ‘Je n’ai pas réussi en tant que chanteuse’. Je devais juste me dire ‘Je n’ai pas réussi en tant qu’actrice’. »
 
Lorsque Gaga avait 14 ans, elle faisait du shopping dans une boutique du West Side – en chantonnant, comme tout le monde – et un vendeur l’a approché et lui a donné le numéro de téléphone de son oncle, un coach vocal. Don Lawrence, dont elle dit qu’il est la valve aortique de sa carrière, a fait de la place dans son emploi du temps pour travailler avec elle. « Je me rappelle que nous parlions un jour – nous discutions un peu durant mes leçons, parce qu’on s’appréciait beaucoup – et je lui ai dit ‘Je ne sais pas si je vais y arriver’, » dit-elle. « J’avais des rendez-vous avec des avocats de l’industrie et je frappais à toutes les portes, essayant de leur faire écouter mes démos sur un radiocassette Tascam à quatre pistes, et il m’a dit ‘Il peut y avoir cent personnes dans une pièce et 99 ne croiront pas en toi, mais il ne t’en faut qu’une’. »
 
Après le lycée, Gaga s’est inscrite au Projet 21 d’Arts Collaboratifs de l’université Tisch School of the Arts à NYU mais a abandonnée au bout d’un an – « car j’ai décidé de dire ‘Désolée maman et papa,’ et de devenir une artiste affamée dans le Lower East Side, » explique-t-elle. Elle avait trois boulots à la fois, en incluant celui de gogo danseuse. Elle appelait les clubs en se faisant passer pour son propre manager. Elle traînait son piano de bar en bar. Un jour, en chantant dans un bar jazz où la foule d’étudiants ne voulaient pas se taire, elle s’est mise en sous-vêtements pour attirer leur attention. Ce moment a été un tournant – cela lui a fait comprendre comment forcer l’attention. « Je savais déjà qu’elle était authentique, ouverte, crue, une vraie artiste qui pouvait chanter et composer et qu’elle avait tous les talents, » dit Heather Parry, qui a produit le documentaire Netflix et qui est la productrice exécutive du film. « Mais la chose qui m’a le plus impressionnée, c’est qu’elle est une femme d’affaires très forte. Dans tout ce qu’elle fait, on se dit ‘C’est elle la patronne’. »
 
A Star Is Born est, bien sûr, une parabole indémodable et renouvelable sur le prix de la célébrité – c’est un peu un cliché, mais ça marche. Les meilleures histoires sur l’expérience humaine sont celles dans lesquelles des gens ordinaires résistent à des forces extraordinaires – l’alcoolisme, le traumatisme physique et émotionnel, la célébrité mondiale, la machinerie sans merci du capitalisme. Lady Gaga est une artiste. Elle ressent profondément les choses. Elle se bat avec le traumatisme hérité de la mort de la sœur de son père à 19 ans, avec le traumatisme émotionnel d’avoir été rudoyée à l’école puis agressée sexuellement plus tard, avec le traumatisme physique d’une blessure à la hanche et d’une opération qui lui ont laissée une douleur chronique généralisée. Mais la douleur est un ballaste contre lequel la sublimité prend forme.
 
Dans une des scènes les plus émouvantes de son documentaire, Gaga se prépare à se produire au Super Bowl, mais elle se sent mélancolique. « Je suis tellement excitée de le faire, » dit-elle, « mais je ne peux pas m’empêcher de réaliser que lorsque je vends 10 millions de disques, je perds Matt [Williams, son ex-petit-ami et ex-styliste]. Je vends 30 millions de disques et je perds Luc [Carl, son ex-petit-ami]. Je fais un film et je perds Taylor [Kinney, son ex-fiancé]. C’est comme un cycle, » dit-elle. « C’est la troisième fois qu’on me brise le cœur comme ça. »
 
Au début de A Star Is Born, c’est une scène sur Jackson, pas Ally, qui va au cœur de cette expérience. « Dans la musique et le jeu, je m’inspire toujours de mes expériences passées, de ma dynamique familiale, de mes relations, ma souffrance, mon bonheur, ma joie, des montagnes russes de ma vie – comment cela a en quelque sorte créé cette magnifique boule disco qui se reflète et se fracture, » dit-elle. « La scène d’ouverture, où on le voit avaler des pilules et de l’alcool, monter sur scène, électrifier le public jusqu’à la dernière note, puis la porte de la limousine qui se ferme alors que les flashes crépitent et que le silence se fait total – c’est ce que je ressens en tant que performeuse. C’est ce qu’on ressent lorsqu’on monte sur scène, qu’il y a 20.000 personnes qui crient, qu’on chante, qu’on danse, qu’on performe, et puis lorsque le show se termine, il n’y a plus aucun bruit. C’est intense. »


Que pensez-vous de ce nouveau shoot ?

Partagez

4 commentaires on “Lady Gaga pour Elle US MAJ du 14/10 : ajout de la traduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *