Lady Gaga pour Variety MAJ : ajout de la traduction


Lady Gaga est de nouveau sur papier glacé ! La chanteuse et actrice fait ce mois-ci la couverture du magazine américain Variety, avec un tout nouveau photoshoot. Bradley Cooper la rejoint également pour une interview exclusive, où ils révèlent notamment que si leur titre « Shallow » était nominé aux Oscars, ils le chanteraient bien volontiers à la cérémonie !
Découvrez les photos et l’interview ci-dessous.

Lire l'interview (VO)
Lady Gaga Will Never Be the Same After ‘A Star Is Born’
By RAMIN SETOODEH

Lady Gaga can’t shake her character from “A Star Is Born.” And she doesn’t want to. “I feel Ally inside of me,” Gaga says of the rising musical icon she plays in the film. “I wonder how long she’ll stay. Or if she’ll be in there forever.”

This symbiotic relationship is evident at her Variety photo shoot at her home in Malibu, a week before she had to evacuate due to the Woolsey Fire. Gaga isn’t sure what she’ll wear at first. Inspiration strikes after she slips on a taupe men’s collared shirt. It is the same shirt, she reveals, worn in several key scenes by her co-star Bradley Cooper as the singing heartthrob Jackson Maine in “A Star Is Born.” Later in the film, Ally inherits the garment. Like her character, Gaga keeps the memento in her closet, but she never dreamed of putting it on again — until now.

Over the next hour, Gaga poses with the shirt’s sleeves rolled up, its untucked edges falling just above her knees, revealing a tattoo of a unicorn on her left thigh. At one point, she balances on a wobbly stool in black suede knee-high boots with stiletto heels, performing a series of jaw-dropping acrobatic maneuvers. She even re-creates a moment from the film where her character traces the shape of her too-big nose. At the end of the shoot, Gaga makes a surprising confession. As she looks at the shots on a computer screen, she can’t recall the last time she saw a photograph of herself and didn’t see sadness in her eyes. These pictures are different. “And that makes me happy,” she says, tearing up.

Gaga, 32, is still processing the overwhelming success of her first movie. Seated on the deck of her sprawling estate in Malibu, with an adjoining barn for her horses and guard dogs, she speaks candidly about this period in her life. “This has been a very transformative time for me,” says Gaga about “A Star Is Born,” a life-changing journey punctuated by bursts of excitement and doubt. “As an artist, there’s always a feeling of ‘Am I good enough? Am I making something honest? Am I making something true?’ There is a sort of stagnant sadness in me, wondering if I’m enough. Today I did not see that. I saw something different. I saw a clarity. I saw a truth.”

Her vulnerable portrait of a fledgling musician has made “A Star Is Born” the movie event of the fall, catapulting Gaga into a new sphere. Musical legends like Cher and Bette Midler used to effortlessly carry their own cinematic vehicles in the ’80s and ’90s, but few professional singers have recently accomplished the trick. (Just ask Mariah Carey about the bomb that was “Glitter.”) Since early October, “A Star Is Born” has grossed more than $300 million at the global box office. Even better, the Warner Bros. release is the rare movie that transcends the big screen. There have been endless Twitter arguments about Ally’s musical evolution, Instagram love letters, memes about Gaga’s unwavering adoration of Cooper and public recitations from the soundtrack, especially of “Shallow,” the catchiest movie anthem since Céline Dion warbled about Kate and Leo’s lost love aboard the Titanic.

Now Gaga and the film are poised to storm the awards circuit as this year’s Oscars front-runner. “The business is changing so much,” says Cooper, who made his directorial debut with “Star” and spent four years producing the film on a modest $38 million budget. “I know it feels good for the industry that a movie like this, which is about relationships and how we need each other, is doing well financially.” It could finally mean some good news for the Academy Awards, which has been fighting charges of irrelevance as viewership dipped 20% in March, to a new low of 26 million. If “A Star Is Born” clinches the top prize, it will be the most successful best picture winner, in terms of domestic ticket sales, since “The Lord of the Rings: The Return of the King” 15 years ago. (Back then, the show attracted 44 million viewers.)

And if “Shallow” is nominated for an Oscar for best song, Gaga says she’ll perform it at the ceremony. “One hundred percent,” she says. In fact, Cooper reveals that he has plans to sing the duet live with Gaga. “We talked about that actually, because I’m such a maniac,” Cooper says. “I started texting her the whole pitch of how we should do it. So we’ll see. There might be a cool, unorthodox way we could perform it.”

Gaga perhaps is perfectly suited to the rigors of modern-day Oscars campaigning, which favors bigger personalities over less-is-more. She’s been a devoted viewer for most of her life. “I used to wrap myself in an Afghan or my grandmother’s knitted blanket and stand on a podium while I watched the Oscars,” says Gaga, who grew up in Manhattan as Stefani Germanotta. “I had big dreams as a child.” Of course, she had no idea that her first movie — a remake of the 1937 film starring Janet Gaynor, with updates by Judy Garland (in 1954) and Barbra Streisand (in 1976) — would become such a phenomenon. “Well, give me a few more movies before you call me a success,” she says in her throaty voice. Even at her photo session, Gaga instructs the photographer, “Don’t shoot me as a movie star.”

Yes, there have been other film offers. But she hasn’t been reading too many scripts. The last few weeks of her life have reminded her of the time after the release of 2009’s “The Fame Monster,” the album that cemented her status as an artist who could sell out stadiums around the world. “This feels for me very much like that, but in a different way, because I have all the wisdom slash pain and betrayal of the last 10 years,” Gaga says. “Look, from the outside in, I think people think it’s all champagne and roses for us. ‘Us’ meaning the collective artists slash celebrities.” She pauses for a split second. “I don’t like the word ‘celebrity,’ because to me it negates my artistry. There’s a lot of pain you go through. Everything changes. Your whole life changes.”

“A Star Is Born” is a meditation on that fame — Gaga relates to a scene at the beginning of the film when Jackson leaves the thundering applause of a stadium to enter the quiet loneliness of his chauffeured car. She estimates that she’s watched the movie, which premiered at the Venice Film Festival in August, five to 10 times. On the first viewing, Cooper brought a stereo system to a private room, to amplify the sound, and he covered up the windows with garbage bags so “the light from the screen would be crisper,” she recalls. “I cried the whole time, because I missed Jackson.”

More recently, she bought a ticket to watch the movie at a local multiplex. “Yeah, I snuck in,” she says. “I sat through most of it.” She left early, but not out of fear of being spotted. “I had to remove myself before the end,” she explains. “The film moves me so deeply. I feel so entrenched in the character that the second half of the film — without revealing what happens — is so emotional and tragic. I have to take myself out of it.”

For most of her career, Gaga has been a larger-than-life presence, hiding behind masks and motifs tied to her album releases. Like Madonna, her most natural predecessor, she embraces and abandons personas with each new song, from “Bad Romance” (and that meat dress) to “Million Reasons” (with a pink pantsuit and cowgirl hat). But who is Gaga? “A Star Is Born” pre­sents a more intimate look at the artist stripped of her armor.

Like the Garland version of the film, this latest “Star Is Born” succeeds because of the marriage between the ingénue and the icon. Gaga isn’t shy about reminding you that she isn’t Ally, although they may resemble each other. She worked hard to create the character, co-writing the songs and providing anecdotes about the music business that informed the script. Prior to the 42-day shoot, she trained with the late acting coach Elizabeth Kemp in a workshop in Santa Barbara. She submitted to an exercise where she had to lie on the floor and imagine when “life blasted you so hard you can’t remember who you were before it happened,” she recalls. “I just broke down in tears and started to cry. Before I knew it, I was talking about feeling like I was my bed and my bed was telling me to get out.”

In the script, Cooper added touchstones that nodded at the previous iterations of the story. The drag bar where Jackson meets Ally is called the Bleu Bleu, a callback to a club in Garland’s version. There was also another, more overt homage that ended up on the cutting room floor. “We did one scene where Jackson gave Ally a pair of ruby slippers,” Gaga says. “He was laying underneath the bed, and she’s on top, and all you heard him doing was clicking the heels together. And she leans over, and he’s laughing, and they are so in love.”

Toby Emmerich, the chairman of Warner Bros. Pictures Group, reveals that the original script had a different finale. “The first ending that I read, [Jackson] actually swims out into the ocean, where he commits suicide,” Emmerich says. “The script that we had when he started shooting, he rides his motorcycle. It was more like the Kris Kristofferson ending [in the 1976 version] with the Ferrari, but with Jackson with the Harley. But Bradley changed his mind and came to see me and pitched the idea of what he ended up shooting. I think he was right. When I watch the movie now, I can’t imagine it ending any other way.”

Gaga swiped several souvenirs from the set. She’s the owner of Ally’s songbook and a bottle of Mr. Bubble from a bathtub love scene, in addition to Jackson’s shirt. “I just wanted to have a piece of him with me,” says Gaga, who is engaged to talent agent Christian Carino. “This is very precious to me. These are heirlooms, or they will be heirlooms one day. They are things I will want to show my little girl or little boy and say, ‘Here they are. You can touch them.’ I want them to have a close, tangible, poetic experience with the film the way I have.”

On the night before “A Star Is Born” opened in theaters, Gaga was on the edge of her seat. Appearing alongside the other cast members, she answered questions at an Academy screening at MoMA. She spoke lovingly about working with Cooper, which she does whenever she’s asked about him. As the event ended, a throng of noisy fans gathered at the entrance, creating an unruly scene. “This is like for Princess Diana,” one Oscar voter gasped. Although bodyguards had instructed the fans that Gaga wouldn’t be signing autographs, she did anyway. As her car cruised down 53rd Street, taking a right on 6th Avenue, groupies started chasing her vehicle on foot. She rolled down the window at a traffic stop to sign more memorabilia from the back seat.

The idea of remaking “A Star Is Born” had been kicked around at Warner Bros. since the ’90s. “Anytime a big pop star broke, we would talk about it,” says producer Bill Gerber. “Hey, should we do ‘A Star Is Born’ with Lauryn Hill or Aaliyah? Whitney Houston had been talked about way back when.”

In 2011, it looked like there would be some movement. Clint Eastwood was briefly attached to direct, with Beyoncé in talks to star with Cooper. The deal didn’t come together, but in 2014, Cooper started eyeing the project as his directorial debut. “I love acting,” he says. “I think it’s the best way to direct for sure.” Still, Cooper initially considered someone else to play Jackson. “I saw this other person that I wanted to do this, who is an actual musician,” Cooper says. “But [the studio] wouldn’t make the movie with him.” A source with knowledge of the talks says that Cooper had met with Jack White, the former lead singer of the White Stripes. But this was all before Gaga came on board.

Gaga and Cooper’s chemistry is so natural, it’s hard to imagine anyone else playing these parts. Their closeness is on display during a joint interview with Variety in October in New York. Both swear that they haven’t read any of the film’s mostly glowing reviews. “My manager will sometimes text me little one-liners here and there,” Gaga says. “I’ll be like, ‘Stop it!’” Cooper has only broken the rule once. “I read one review, and it was horrible,” he says. “It was from a place I grew up reading my whole life. And I just saw it on a news feed.”

They’d like to work together again. “Maybe she’ll direct,” Cooper says. “No, no, no,” Gaga replies. “Let’s not get ahead of ourselves or confuse our mediums. I did this because I believed in him and all the people he brought together. I’ll stick to directing music videos.”

One question that persists about the movie involves Ally’s career trajectory. In the middle of the film, at the hands of a smarmy British manager, she dyes her hair orange and starts producing more commercial pop. On “Saturday Night Live,” Ally belts out a sexually provocative tune, “Why Did You Do That?,” which leads Jackson to believe she’s lost her way. Diane Warren, who co-wrote the lyrics, has said it wasn’t intended to be a bad song. But Gaga has avoided providing her own interpretation until now. “When we see her on ‘Saturday Night Live’ and she’s singing a song about why do you look so good in those jeans, it’s almost the antithesis of where we started,” Gaga says. “That is relatively shallow.” Cooper doesn’t see it that way. “I don’t necessarily view her music as superficial,” he says. “I think she’s performing with all her heart.”

There’s no denying the universal appeal of “Shallow.” A few weeks later, at her house, Gaga explains her theory on why it’s become such a hit. “We are living in a time where there’s so much conversation about women’s voices being heard,” Gaga says. “Men listening to those voices.

And also, men not listening to those voices. Women being silenced in very public ways, like Dr. [Christine Blasey] Ford with Justice [Brett] Kavanaugh. Judge Kavanaugh being appointed is basically like telling every single woman in the country that’s been assaulted, ‘We don’t care. Or we don’t believe you.’”

She says what’s special about the song is that it’s an open dialogue between a man and a woman: “To me, that conversation is what makes the song successful and beautiful and why people cry when they hear it. It’s because that man and woman connect, and they are listening to each other.”

As Gaga reflects on the cultural impact of “A Star Is Born,” she looks at the film through the eyes of her fans. It means a lot to her that they’ve championed this project. “I only want to win now,” she says, speaking metaphorically, “because I want that kid who feels like me, that misfit or outcast that didn’t belong, to win. The reward for me is that this movie is a win for them.”

Lire l'interview (VF)

Lady Gaga Ne Sera Plus Jamais La Même Après ‘A Star Is Born’
Par RAMIN SETOODEH
 
Lady Gaga n’arrive pas à se défaire de son personnage de ‘A Star Is Born.’ Et elle ne le souhaite pas. « Je sens Ally en moi, » dit Gaga de l’icône musicale montante qu’elle joue dans le film. « Je me demande combien de temps elle va rester. Ou si elle sera là pour toujours. »
 
La relation symbiotique est évidente lors de sa séance photo pour Variety à sa maison de Malibu, une semaine avant qu’elle ne doive évacuer à cause de l’incendie Woolsey. Au début, Gaga n’est pas sûre de ce qu’elle va porter. L’inspiration la frappe lorsqu’elle enfile une chemise d’homme de couleur taupe. Elle révèle qu’il s’agit de la même chemise que celle portée dans de nombreuses scènes-clefs par sa co-star Bradley Cooper, dans le rôle du chanteur-tombeur Jackson Maine dans ‘A Star Is Born.’ Plus tard dans le film, Ally hérite de ce vêtement. Comme son personnage, Gaga garde le souvenir dans son placard, mais elle n’avait jamais rêvé de le porter à nouveau – jusqu’à maintenant.
 
Durant l’heure suivante, Gaga pose avec les manches roulées sur les bras, les bords de la chemise lui tombant juste au-dessus des genoux, révélant un tatouage de licorne sur sa cuisse gauche. A un moment, elle se balance sur un tabouret bancal avec des bottes noires en daim, à talons-aiguilles et montantes jusqu’aux genoux, accomplissant une série de positions acrobatiques stupéfiantes. Elle recrée même un moment du film où son personnage trace la forme de son nez trop grand. A la fin de la séance, Gaga fait une confession surprenante. Alors qu’elle regarde les photos sur un écran, elle dit ne pas se rappeler la dernière fois où elle a vu une photo d’elle-même sans tristesse dans les yeux. Ces photos sont différentes. « Et cela me rend heureuse, » dit-elle, en larmes.
 
Gaga, 32 ans, digère toujours le succès retentissant de son premier film. Assise sur la terrasse de sa propriété tentaculaire à Malibu, avec une grange adjacente pour ses chevaux et ses chiens de garde, elle parle franchement de cette période de sa vie. « Cela a été une période vraiment transformatrice pour moi, » dit Gaga au sujet de ‘A Star Is Born’ ; un voyage qui lui a changé la vie, ponctué par des explosions d’excitations et de doutes. « En tant qu’artiste, on se demande toujours ‘Suis-je assez bonne ? Ce que je fais est-il honnête, vrai ?’ Il y a une sorte de tristesse stagnante en moi, je me demande si je suis assez. Aujourd’hui je n’ai pas vu ça. J’ai vu quelque chose de différent. J’ai vu de la clarté. Une vérité. »
 
Son portrait vulnérable d’une musicienne débutant a fait de ‘A Star Is Born’ le film-évènement de l’automne, catapultant Gaga dans une nouvelle sphère. Des légendes de la musique comme Cher et Bette Midler ont porté sans peine leur véhicule cinématographique dans les années 80 et 90, mais peu de chanteuses professionnelles ont récemment accompli la même chose. (Parlez à Mariah Carey de la bombe qu’a été ‘Glitter’.) Depuis début octobre, ‘A Star Is Born’ a engrangé plus de 300 millions de dollars au box-office mondial. Encore mieux, le film de la Warner Bros est un des rares qui transcende le grand écran. Il y a eu d’innombrables disputes sur Twitter au sujet de l’évolution musicale d’Ally, des lettres d’amour sur Instagram, des mèmes sur l’adoration indéfectible que porte Gaga à Cooper et des démonstrations publiques de la bande originale, particulièrement de ‘Shallow’, l’hymne le plus accrocheur au cinéma depuis que Céline Dion a roucoulé sur l’amour perdu de Kate et Leo à bord du Titanic.
 
Maintenant, Gaga et le film sont prêts à prendre d’assaut les cérémonies de récompenses, en tant que favori des Oscars. « L’industrie change tellement, » dit Cooper, qui a fait ses débuts de réalisateur avec ‘Star’ et a passé quatre ans à produire le film avec un budget modeste de 38 millions de dollars. « Je sais que c’est bien pour l’industrie qu’un film comme celui-ci, qui parle des relations et du fait qu’on a besoin les uns des autres, fonctionne bien financièrement. » Cela pourrait enfin être une bonne nouvelle pour l’Académie, qui se bat avec des critiques d’inutilité alors que l’audience a baissé de 20% en mars, atteignant son chiffre le plus bas avec 26 millions de téléspectateurs. Si ‘A Star Is Born’ remporte le prix le plus prestigieux, il serait le ‘meilleur film’ avec le plus de succès, en termes de vente intérieure de tickets, depuis ‘Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi’ il y a 15 ans. (A l’époque, la cérémonie avait attiré 44 millions de téléspectateurs.)
 
Et si ‘Shallow’ est nommée pour l’Oscar de la meilleure chanson, Gaga dit qu’elle la chantera à la cérémonie. « A cent pour cent, » dit-elle. En fait, Cooper révèle qu’il envisage de chanter en direct en duo avec Gaga. « On en a parlé en fait, parce que je suis tellement maniaque, » dit Cooper. « J’ai commencé à lui envoyé par sms la manière dont on devrait faire ça. Donc nous verrons. On pourrait la chanter d’une manière cool et peu orthodoxe. »
 
Gaga est probablement parfaitement faite pour les rigueurs de la campagne moderne des Oscars, qui favorise les grandes personnalités plutôt que le minimalisme. Elle a été une téléspectatrice dévouée toute sa vie. « Je m’enroulais dans un plaid ou dans la couverture en crochet de ma grand-mère et je me tenais sur un podium en regardant les Oscars, » dit Gaga, qui a grandi à Manhattan en tant que Stefani Germanotta. « Enfant, j’avais de grands rêves. » Bien sûr, elle n’avait aucune idée que son premier film – un remake du film de 1937 avec Janet Gaynor, suivi de nouvelles versions en 1954 avec Judy Garland et en 1976 avec Barbra Streisand – deviendrait un tel phénomène. « Donnez-moi encore quelques films avant de dire que j’ai du succès, » dit-elle de sa voix rauque. Même lors de la séance photo, Gaga avait dit au photographe : « Ne me photographiez pas comme une star de cinéma. »
 
Oui, il y a eu d’autres offres de film. Mais elle n’a pas lu beaucoup de scénarios. Les dernières semaines de sa vie lui ont rappelé l’époque de la sortie de ‘The Fame Monster’ en 2009, l’album qui a cimenté son statut d’artiste pouvant jouer à guichets fermés dans les stades partout dans le monde. « Ça me rappelle tout ça, mais d’une manière différente, car maintenant j’ai la sagesse, la douleur et la trahison des 10 dernières années, » dit Gaga. « Ecoutez, de l’extérieur, je pense que les gens croient que ce n’est que champagne et roses pour nous. ‘Nous’ signifiant les artistes et les célébrités. » Elle fait une pause de quelques secondes. « Je n’aime pas le mot ‘célébrité’ car pour moi, cela remet en cause mon talent artistique. On traverse beaucoup de douleurs. Tout change. Toute votre vie change. »
 
‘A Star Is Born’ est une méditation sur cette célébrité – Gaga s’identifie à une scène au début du film où Jackson quitte les tonnerres d’applaudissements d’un stade pour entrer dans la solitude silencieuse de sa voiture avec chauffeur. Elle estime avoir vu le film, qui a fait sa première au Venice Film Festival en août, cinq à dix fois. Pour le tout premier visionnage, Cooper a amené un système stéréo, pour amplifier le son, et il a recouvert les fenêtres de sacs poubelles pour que « la lumière de l’écran soit nette, » se rappelle-t-elle. « J’ai pleuré tout le long, car Jackson me manquait. »
 
Plus récemment, elle a acheté un billet pour voir le film dans un multiplex local. « Ouai, je suis entrée en douce, » dit-elle. « Je suis restée assise presque jusqu’à la fin. » Elle est partie tôt, mais pas par peur d’être vue. « J’ai dû sortir avant la fin, » explique-t-elle. « Le film me touche tellement. Je me sens si enracinée dans le personnage que la deuxième partie du film – sans révéler ce qu’il se passe – est tellement émouvant et tragique. Je dois sortir. »
 
Durant la plus grande partie de sa carrière, Gaga a eu une présence hors du commun, se cachant derrière les masques et les thèmes liés à ses sorties d’albums. Comme Madonna, sa prédécesseuse la plus naturelle, elle embrasse et abandonne les personnages avec chaque nouvelle chanson, de ‘Bad Romance’ (et sa robe en viande) à ‘Million Reasons’ (avec son tailleur-pantalon et son chapeau de cowgirl roses). Mais qui est Gaga ? ‘A Star Is Born’ présente un look plus intimiste de l’artiste dépourvue de son armure.
 
Comme dans la version Garland du film, ce dernier ‘Star Is Born’ fonctionne grâce au mariage entre l’ingénue et l’icône. Gaga n’est pas timide pour vous rappeler qu’elle n’est pas Ally, bien qu’elles se ressemblent. Elle a travaillé dur pour créer le personnage, a coécrit les chansons et a fourni des anecdotes sur l’industrie de la musique qui ont façonné le scénario. Avant les 42 jours de tournage, elle s’est entrainée avec la coach désormais décédée Elizabeth Kemp, dans un atelier de Santa Barbara. Elle s’est soumise à un exercice où elle devait s’allonger sur le sol et imaginer que sa vie « explose tellement que tu ne te rappelles pas où tu étais avant que cela ne se produise, » se rappelle-t-elle. « J’ai éclaté en sanglots. Avant de m’en rendre compte, je parlais du sentiment d’être dans mon lit et qu’il me disait de me lever. »
 
Dans le scénario, Cooper a ajouté des références aux adaptations précédentes de l’histoire. Le bar drag où Jackson rencontre Ally s’appelle le Bleu Bleu, rappel du nom d’un club dans la version de Garland. Il y en avait un autre, un hommage plus manifeste, qui a été coupé au montage. « Nous avons fait une scène où Jackson donne à Ally une paire de chaussons rouge rubis, » dit Gaga. « Il était couché sous le lit, elle est au-dessus, et tout ce qu’on entend c’est lui qui fait claquer les talons ensemble. Elle se penche, il rit, ils sont tellement amoureux. »
 
Toby Emmerich, le président de Warner Bros. Pictures Group, révèle que le scénario original avait une fin différente. « Dans la première version que j’ai lue, [Jackson] nage dans l’océan, où il se suicide, » dit Emmerich. « Dans le scénario que nous avions lorsqu’il a commencé à tourner, il était à moto. C’était plus comme la fin de Kris Kristofferson [dans la version de 1976] avec la Ferrari, sauf que Jackson était en Harley. Mais Bradley a changé d’idée, il est venu me voir et m’a expliqué l’idée de ce qu’il a fini par tourner. Je pense qu’il avait raison. Lorsque je regarde le film maintenant, je n’imagine pas une fin différente. »
 
Gaga a pris plusieurs souvenirs du tournage. Elle possède le recueil de chansons d’Ally, et une bouteille de Mr. Bubble provenant d’une scène d’amour dans une baignoire, en plus de la chemise de Jackson. « Je voulais avoir un morceau de lui avec moi, » explique Gaga, qui est fiancé à l’agent Christian Carino. « C’est très précieux pour moi. Ce sont des bijoux de famille, ou ils le seront un jour. Ce sont des choses que j’aimerais montrer à ma petite fille ou à mon petit garçon en disant ‘Les voilà. Tu peux les toucher.’ Je veux qu’ils aient une expérience proche, tangible, poétique avec le film comme cela a été le cas pour moi. »
 
La nuit précédant la sortie de ‘A Star Is Born’ au cinéma, Gaga était rivée à son fauteuil. Apparaissant aux côtés des autres membres du casting, elle répondait aux questions lors d’une diffusion de l’Académie au MoMA. Elle parlait tendrement d’avoir travaillé avec Cooper, ce qu’elle fait à chaque fois qu’on lui parle de lui. A la fin de l’évènement, une foule de fans bruyants s’étaient réunis devant l’entrée, créant une scène ingérable. « C’est comme avec la Princesse Diana, » s’est exclamé l’un des votants aux Oscars. Bien que les gardes du corps aient dit aux fans que Gaga ne signerait pas d’autographes, elle l’a fait quand même. Alors que sa voiture descendait la 53ème Rue, prenant à droite sur la 6ème Avenue, des groupies ont commencé à suivre son véhicule à pieds. Elle a descendu la fenêtre à un stop pour signer plus de souvenirs depuis le siège arrière.
 
L’idée de refaire ‘A Star Is Born’ a été lancée à la Warner Bros depuis les années 90. « A chaque fois qu’une grande pop star émergeait, on en parlait, » raconte le producteur Bill Gerber. « Hé, devrait-on faire ‘A Star Is Born’ avec Lauryn Hill ou Aaliyah ? On avait aussi parlé de Whitney Houston à l’époque. »
 
En 2011, il a semblé y avoir du mouvement. Clint Eastwood a été brièvement attaché à la réalisation, avec Beyoncé en pourparlers pour jouer avec Cooper. Cela ne s’est pas fait, mais en 2014, Cooper a commencé à envisager le projet pour ses débuts de réalisateur. « J’adore jouer, » dit-il. « Je pense que c’est la meilleure manière de diriger. » Cependant, Cooper avait à l’origine pensé à quelque d’autre pour jouer Jackson. « J’ai vu cette personne, qui est un musicien, » explique Cooper. « Mais [le studio] ne voulait pas faire le film avec lui. » Une source dit que Cooper avait rencontré Jack White, l’ancien leader des White Stripes. Mais c’était avant que Gaga ne fasse partie du projet.
 
L’alchimie de Gaga et Cooper est tellement naturelle qu’il est difficile d’imaginer quelqu’un d’autre jouant leurs rôles. Leur proximité se voit lors d’une interview commune pour Variety en octobre à New York. Tous les deux jurent ne pas avoir lu les critiques majoritairement élogieuses du film. « Mon manager m’en envoie parfois quelques-unes ici et là, » dit Gaga. « Je lui dit ‘Arrête !’ » Cooper n’a brisé la règle qu’une seule fois. « J’ai lu une critique, et c’était horrible, » dit-il. « Ça venait d’un truc que j’ai lu toute ma vie. Je l’ai vue sur un fil d’actualités. »
 
Ils aimeraient travailler de nouveau ensemble. « Peut-être que c’est elle qui réalisera, » dit Cooper. « Non, non, non, » répond Gaga. « Ne nous emballons pas et n’embrouillons pas nos boulots. Je l’ai fait car je croyais en lui et en tous les gens qu’il a rassemblé. Mais je m’en tiendrai à réaliser des clips musicaux. »
 
Une question qui persiste sur le film concerne la trajectoire de la carrière d’Ally. Au milieu du film, aux mains d’un manager britannique mielleux, elle teint ses cheveux en orange et commence à produire de la pop plus commerciale. Au ‘Saturday Night Live’, Ally chante un morceau sexuel provoquant, ‘Why Did You Do That ?’, qui mène Jackson à penser qu’elle s’est perdue. Diane Warren, qui a co-écrit les paroles, a dit que la chanson n’était pas censée être une mauvaise chanson. Mais Gaga a évité de donner sa propre interprétation jusqu’à maintenant. « Lorsqu’on la voit au ‘Saturday Night Live’ et qu’elle chante une chanson disant ‘pourquoi es-tu si beau dans ce jeans’, c’est presque l’antithèse de là où on a commencé, » explique Gaga. « C’est relativement superficiel. » Cooper ne le voit pas de cette manière. « Je ne vois pas nécessairement sa musique comme superficielle, » dit-il. « Je pense qu’elle chante de tout son cœur. »
 
On ne peut nier l’attrait universel pour ‘Shallow’. Quelques semaines plus tard, chez elle, Gaga explique sa théorie sur le fait que cela soit devenu un tel hit. « Nous vivons à une époque où on parle tellement du fait d’écouter la voix des femmes, » dit Gaga. « Les hommes écoutent ces voix. Et il y a aussi des hommes qui n’écoutent pas ses voix. Des femmes qu’on réduit au silence de manière très publique, comme le Docteur [Christine Blasey] Ford avec le Juge [Brett] Kavanaugh. La nomination du Juge Kavanaugh équivaut à dire à toutes les femmes de ce pays qui se font agresser, ‘On s’en fout. Ou on ne vous croit pas’. »
 
Elle dit que ce qui est spécial avec la chanson, c’est qu’il s’agit d’un dialogue ouvert entre un homme et une femme : « Pour moi, cette conversation fait le succès de la chanson, sa beauté, et c’est pour cela que les gens pleurent lorsqu’ils l’écoutent. C’est parce que l’homme et la femme se connectent, et ils s’écoutent l’un l’autre. »
 
Alors que Gaga réfléchit à l’impact culturel de ‘A Star Is Born’, elle regarde le film à travers les yeux de ses fans. Cela signifie beaucoup pour elle qu’ils défendent ce projet. « Je veux juste gagner désormais, » dit-elle, parlant métaphoriquement, « car ce gamin qui se sent comme moi, ce marginal ou ce paria qui ne trouve pas sa place, je veux qu’il gagne. La récompense pour moi est que ce film soit une victoire pour eux. »

Partagez

6 commentaires on “Lady Gaga pour Variety MAJ : ajout de la traduction

  1. Ce serait GENIAAAAL !
    Il y a un truc que je comprends pas, j’ai probablement mal lu les anciens articles mais ASIB n’etait pas eligible aux oscars non ? (Il est arrivé trop tard)

  2. Je pense qu’elle va chanter SHALLOW aux Grammys en Janvier et I’LL NEVER LOVE AGAIN aux Oscars en fevrier ! Sa serait plus logique ! Si non l’album et le film sont tous les deux parfaits !! Evidemment qu’ils remporteront des prix ! J’ai hâte…

  3. Hey GGV,

    auriez vous un lien pour se procurer le magazine à tout hasard svp ? J’ai été sur le site mais j’ai juste trouvé pour l’avoir en digital…
    En vous remerciant :)

    P-A

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *