Lady Gaga pour LA Times MAJ le 31/08 : ajout de la traduction

La promotion pour « A Star Is Born » est officiellement en marche, et le rythme des interviews s’accélère. Gaga en a récemment donné une nouvelle, cette fois-ci au magazine « Los Angeles Times », accompagnée d’un photoshoot exclusif signé Jay L. Clendenin !
Découvrez ci-dessous les photos et l’interview en version originale.

Lire l'interview (VO)
She walked downstairs and there he was, staring at her. He stepped toward her, examined her face: concealer, mascara, rouge.

“Take it off,” Bradley Cooper told Lady Gaga.

She noticed something in his hand. It was a makeup wipe. With it, he erased the colors from her forehead down to her chin.

This is the woman Cooper wanted in his film, “A Star Is Born.” Not the pop star masked with face paint and headdresses and hairpieces. Just Stefani Germanotta. “Completely open,” he said. “No artifice.”

Until that moment in 2016, during a screen test in her home, Gaga didn’t realize how much she wanted the part — one played by Janet Gaynor, Judy Garland and Barbra Streisand before her. And to get it, she was going to have to “completely let go and trust” Cooper. She couldn’t be that girl from the Lower East Side who spent hours doing her makeup before her gigs. She had to let the camera zoom in on her face wearing chapstick and eight-hour cream and nothing else.

“It put me right in the place I needed to be, because when my character talks about how ugly she feels — that was real,” Gaga recalls. “I’m so insecure. I like to preach, but I don’t always practice what I preach.”

Just days before flying to Italy for the world premiere of “A Star Is Born” at the Venice Film Festival, Gaga was sitting in the living room of her Malibu home — a $23-million, six-acre estate with a two-lane bowling alley, dressage ring and safe room. The movie, Cooper’s directorial debut, is the fourth version of the story to be made for the big screen. In this latest take, which will be released by Warner Bros. on Oct. 5, Cooper stars as Jackson Maine, a rock ’n’ roll star whose success is at risk as he struggles with drug and alcohol addiction. But his life finds renewed purpose when he meets Ally (Gaga), an aspiring singer who becomes both his creative muse and his girlfriend. Jackson decides to take Ally on tour with him, but as her career takes off, his demons threaten to sabotage their happiness.

Although she’d already won a Golden Globe for her performance on “American Horror Story” and performed on some of the world’s biggest stages — including at the Oscars and the Grammys — Warner Bros. still wanted Gaga to audition to play Ally.

“That was the studio — that wasn’t Bradley or the producers, but a former executive at Warner Bros. who wasn’t convinced Gaga should get the role,” explains Bill Gerber, one of the film’s producers who has been attached to the project since 2007, when Clint Eastwood was set to direct it. “So we convinced them. Bradley believed in her, and Warner’s was generous enough to budget a proper screen test. It wasn’t unanimous until we did the test, and when they saw it, it took them seconds to say yes.”

Gaga says she understood why the studio wanted to test her, noting that some people “don’t really know what I look like.” Anyway, naysayers fuel her: “I’m totally that girl that’s like, ‘Bring it. I’ll show you.’”

At 17, after studying at the Lee Strasberg Theatre & Film Institute, Gaga was admitted to New York University’s prestigious Collaborative Arts Project 21, a musical theater conservatory and off-Broadway theater company. But she didn’t thrive there. She wasn’t getting auditions, and the ones she went on went poorly. She was almost cast on a domestic tour of “Rent,” but producers ultimately decided she was too young. So after just a year at NYU, she dropped out.

« I was frustrated with the system,” she says, “so I decided to go off on my own and pay my own rent, work three jobs, make my own music, and record in my apartment.”

It’s somewhat difficult to envision that version of Gaga as she perches on the edge of her couch, back erect, still wearing the black Alaïa dress and stilettos she put on for a photo shoot earlier that afternoon. The coffee table in front of her is covered with pink crystals and magazines, including one with her on the cover.

An assistant walks into the living room to offer bottled water. Also floating around Gaga’s house: her manager Bobby Campbell; a member of her publicity team; and her mother, Cynthia Germanotta, who is visiting from New York. Gaga’s French bulldogs are outside on the patio, which overlooks the Pacific, and whine occasionally at the glass sliding doors.

All of this is being watched from afar by cameras over in the barn, which houses both Gaga’s horses and her security team, which holds cellphones for guests while they are inside the performer’s residence.

To play Ally, Gaga tried to distance herself from all this. She remembered the little girl who grew up obsessed with Garland — the one who would watch the Oscars wrapped in a gown made of blankets, accepting a fake Oscar on a crate in front of her television. And she thought a lot about how she came up in the music industry when — just like her character — she was told she had the right sound but not the right look.

“I never cried, but I would just hold on to my records for dear life and say, ‘You’ll pry them from my cold, dead fingers,’” Gaga recalls of her early conversations with music executives. “What made things easier for me is that I wrote my music, so I didn’t have to beg for songs or for anyone to help me. I did it myself.”

For Ally’s musical performances — some of which were filmed onstage at Coachella the week between Gaga’s two headlining gigs at the 2017 musical festival — she decided to tone things down. She wouldn’t grit her teeth or shout at the audience or throw her hands in the air. And she tried to hone in on the character’s depression, focusing on how close Ally was to giving up her dreams before meeting Jackson.

“What’s different from Ally than me is that when I wanted to become a singer, I hit the concrete running,” she says. “I was dragging my piano from dive bar to dive bar to play music. I was calling people, faking being my own manager to get gigs. I really believed in myself that I could do this and that I wasn’t going to stop until I made it. …The truth is, when we meet Ally, she’s given up on herself. And that’s very different from me. I just wasn’t overwhelmed by the odds. The truth is, if we were not sitting here today and I hadn’t sold as many records as I have, I’d still be in a bar somewhere playing the piano and singing. It’s just who I want to be.”

Gaga worked with acting coach Susan Batson, who has trained Nicole Kidman and Juliette Binoche. The teacher said she found the fledgling actress “exceedingly receptive to the work,” describing her as “almost beyond professional.”

“It was her first [leading role], but you would have never known it, and I think that has something to do with the fact that she’s done so much performing already,” Batson says. “The Lady Gaga that the public knows? They won’t see her.”

Getting comfortable on set, Gaga admits, took some time. After months of preparation, she turned up for the first day of shooting with her lines memorized. Cooper came on set to join her in a scene, but he started off by saying a line that wasn’t in the script. He was trying to get Gaga to loosen up, but she didn’t understand and responded by saying the same line over and over again.

“Finally, he said, ‘Are you OK?’ And then I started crying,” she says with a laugh. “Then I got that out of the way and then we did the scene. I had to let go of the words.”

The two would go on to form a close bond during production, developing a shorthand while working on set. If Cooper wanted Gaga to evoke a feeling of warmth, he’d whisper “Tony,” knowing that she has a close relationship with singer Tony Bennett and that whenever she thinks of him she gets “a certain feeling of love.” If he needed her to focus, he’d say things like “ninja” or “assassin.”

“Her learning curve was insane, just from the first day to the second day,” Cooper remembers. “Everybody already knows that she’s got a God-given talent as a singer, and she was able to utilize that plutonium to act. If this is something she wants to pursue, I will just have been lucky to have been part of her story as an actress.”

Gaga also helped inform Cooper’s performance as a musician. She wrote a handful of songs for the movie’s soundtrack and sat with the actor in the studio, answering his questions about the logistics of what goes on backstage during a big concert. She was also candid about her personal experience with drugs, sharing how readily available substances were to her after she became famous.

“There was a buffet of options,” Gaga says. “It’s very lonely being a performer. There’s a certain loneliness that I feel, anyway — that I’m the only one that does what I do. So it feels like no one understands. And the urge to use is because you’re searching for a way to quell the pain. When I first started to perform around the country doing nightclubs, there was stuff everywhere, but I had already partied when I was younger so I didn’t dabble. I was able to avoid it because I did it when I was a kid.”

As “A Star Is Born” embarks on the fall awards circuit — the film is headed to the Toronto International Film Festival after Venice — Gaga says she’s proud of her performance because she knows she “gave it everything.” After being forced to cancel a slew of concert dates this year due to her fibromyalgia, she’s readying a return to the stage on Dec. 28, when she’ll launch a Las Vegas residency. (She won’t reveal whether songs from “A Star is Born” will make the cut.)

She’d like to do more acting, but not just “for the sake of being an actress. I want to tell great stories that pull from real places inside of me, from real pain, from real emotion, from my real life.”

Gaga does seem to have a gift for easily accessing her emotions. When the conversation returns to self-confidence — how she began to feel beautiful after that early industry scrutiny over her looks — her eyes fill with tears.

“To be honest, I think what makes me feel beautiful is when I see happiness in my fans,” she says, her voice choking a bit. “When I see or hear from them that the music that I’ve made has changed their life in some way, that’s what makes me feel beautiful. Because this is just the outside, you know? And at the end of the day, I could be in a million movies and put out a million songs and everyone could say, ‘She was so beautiful,’ but that’s not really what I want. I want them to say, ‘I saw that movie and I cried my eyes out and I learned something about myself.’”

Lire l'interview (VF)
Elle descendait les marches et il était là, la fixant. Il s’est avancé vers elle, a examiné son visage : fond de teint, mascara, rouge à lèvres.

« Enlève tout ça, » dit Bradley Cooper à Lady Gaga.

Elle a remarqué quelque chose dans sa main. C’était une lingette à démaquiller. Grâce à ça, il a effacé les couleurs de son front à son menton.

C’est elle la femme que voulait Cooper pour son film « A Star Is Born ». Pas la pop star masquée par du maquillage, des coiffures et des perruques. Juste Stefani Germanotta. « Complètement ouverte, » a-t-il dit. « Pas d’artifice. »

Jusqu’à ce moment en 2016, durant un bout d’essai chez elle, Gaga ne réalisait pas à quel point elle voulait le rôle – joué avant elle par Janet Gaynor, Judy Garland et Barbra Streisand. Et pour l’avoir, elle allait devoir « complètement se laisser aller et faire confiance » à Cooper. Elle ne pouvait pas être cette fille du Lower East Side qui passe des heures à se maquiller avant ses concerts. Elle devait laisser la caméra zoomer sur son visage en ne portant que du baume à lèvres et de la crème de huit heures et rien d’autre.

« Cela m’a mise exactement à l’endroit où je devais être, car lorsque mon personnage parle du fait de se sentir laide – c’était réel, » se souvient Gaga. « Je manque tellement de confiance en moi. J’aime prêcher, mais je ne pratique pas toujours ce que je dis. »

Quelques jours avant de s’envoler pour l’Italie avant la première mondiale de « A Star Is Born » au Festival du Film de Venise, Gaga était assise dans le salon de sa maison de Malibu – une propriété de 2,5 hectares à 23 millions de dollars, avec deux pistes de bowling, une carrière de dressage et une salle sécurisée. Le film, première réalisation de Cooper, est la quatrième version de l’histoire à être portée sur grand écran. Dans cette dernière version, qui sera lancée par Warner Bros le 5 octobre, Cooper interprète Jackson Maine, une star du rock’n’roll dont le succès est en danger à cause de ses addictions à la drogue et l’alcool. Mais sa vie prend un nouveau tournant lorsqu’il rencontre Ally (Gaga), une chanteuse débutante, qui devient à la fois sa muse créative et sa petite amie. Jackson décide d’emmener Ally avec lui en tournée, mais alors que la carrière de cette dernière décolle, les démons de Jackson menacent de saboter leur bonheur.

Bien qu’elle ait déjà gagné un Golden Globe pour sa performance dans « American Horror Story » et se soit produite sur les plus grandes scènes mondiales – dont les Oscars et les Grammys – la Warner Bros voulait néanmoins que Gaga passe une audition pour jouer Ally.

« C’était le studio – ce n’était pas Bradley ou les producteurs, mais c’était un ancien cadre exécutif de Warner Bros qui n’était pas convaincu que Gaga devrait avoir le rôle, » explique Bill Gerber, l’un des producteurs du film qui est attaché au projet depuis 2007, lorsque Clint Eastwood était censé le réaliser. « Alors nous les avons convaincus. Bradley croyait en elle, et la Warner a été assez généreuse pour financer un véritable essai. Nous n’étions pas unanimes avant que l’essai soit fait, et lorsqu’ils l’ont vu, cela leur a pris quelques secondes pour dire oui. »

Gaga dit qu’elle comprend pourquoi le studio voulait la mettre à l’essai, remarquant que certaines personnes « ne savent pas vraiment à quoi elle ressemble. » Quoi qu’il en soit, les ronchons la motivent : « Je suis complétement cette fille qui dit ‘Allez-y. Je vais vous montrer’. »

A 17 ans, après avoir étudié au Lee Strasberg Theatre & Film Institute, Gaga a été admise au prestigieux Collaborative Arts Project 21 de l’Université de New York, à la fois conservatoire musical et théâtral et compagnie de théâtre à deux pas de Broadway. Mais elle ne s’est pas épanouie là-bas. Elle n’avait pas d’auditions, et celles qu’elle avait ne se passaient pas bien. Elle a presque été sélectionnée pour la tournée américaine de « Rent », mais les producteurs ont finalement décidé qu’elle était trop jeune. Alors après seulement une année à NYU, elle a abandonné.

« J’étais frustrée par le système, » dit-elle, « alors j’ai décidé de partir de mon côté, de payer mon loyer, travailler trois boulots à la fois, faire ma propre musique, et enregistrer dans mon appartement. »

Il est assez difficile d’imaginer cette version de Gaga alors qu’elle est perchée sur le bord de son canapé, le dos droit, portant toujours la robe noire Alaïa et les talons aiguilles qu’elle a portés pour une séance photo plus tôt dans l’après-midi. La table basse devant elle est couverte de cristaux roses et de magazines, en incluant un dont elle fait la couverture.

Un(e) assistant(e) entre dans la pièce pour offrir des bouteilles d’eau. Pas loin dans la maison de Gaga se trouvent son manager Bobby Campbell, un membre de son équipe promotionnelle, et sa mère, Cynthia Germanotta qui lui rend visite depuis New York. Les bouledogues français de Gaga sont dehors sur le patio, qui surplombe le Pacifique, et pignent occasionnellement devant les portes coulissantes.

Tout ceci est observé de loin par des caméras au-dessus de la grange, qui abrite à la fois les chevaux de Gaga et son équipe de sécurité, qui retient les téléphones des invités alors qu’ils sont dans la résidence de la chanteuse.

Pour jouer Ally, Gaga a dû prendre ses distances avec tout cela. Elle s’est souvenue de la petite fille qui a grandi obsédée par Garland – celle qui regardait les Oscars enveloppée dans une robe faite de couvertures, acceptant un faux Oscar dans une boite devant sa télévision. Et elle a beaucoup pensé à la manière dont elle a percé dans l’industrie de la musique quand – tout comme son personnage – on lui disait qu’elle avait le bon son mais pas le bon look.

« Je n’ai jamais pleuré, mais je m’accrochais à mes enregistrements en me disant, ‘Vous les arracherez de mes mains froides et mortes, » se souvient Gaga de ses premières conversations avec les pontes de la musique. « Ce qui a rendu les choses plus faciles pour moi, c’est que j’écrivais ma propre musique, alors je n’avais pas à supplier pour des chansons ou pour que quelqu’un m’aide. J’ai tout fait moi-même. »

Pour les performances musicales d’Ally – dont certaines ont été tournées sur scène à Coachella la semaine avant que Gaga ne soit tête d’affiche pour deux concerts au festival musical de 2017 – elle a décidé d’adoucir les choses. Elle ne pouvait pas serrer les dents ou crier vers le public ou lancer ses mains en l’air. Et elle a essayé de se rapprocher de la dépression du personnage, se focalisant sur le fait qu’Ally était très proche d’abandonner ses rêves avant de rencontrer Jackson.

« La différence entre moi et Ally, c’est que lorsque je voulais être chanteuse, je battais le pavé, » dit-elle. « Je trainais mon piano de bar en bar pour jouer de la musique. J’appelais les gens, je faisais semblant d’être mon propre manager pour obtenir du boulot. Je croyais vraiment en moi-même et je n’allais pas m’arrêter tant que je n’aurais pas réussi. En vérité, lorsqu’on rencontre Ally, elle s’est abandonnée elle-même. Et c’est très différent de moi. Je n’ai pas été submergée par la chance. La vérité c’est que si nous n’étions pas assis là aujourd’hui et que je n’avais pas vendu autant de disques, je serais toujours dans un bar quelque part à jouer du piano et chanter. C’est celle que je veux être. »

Gaga a travaillé avec la coach Susan Batson, qui a formé Nicole Kidman et Juliette Binoche. La professeure dit qu’elle a trouvé l’actrice débutante « excessivement réceptive au travail, » la décrivant comme « presque plus que professionnelle. »

« C’était son premier ‘premier rôle’, mais on ne le remarque pas, et je pense que cela a quelque chose à voir avec le fait qu’elle a déjà fait tellement de performances, » dit Batson. « La Lady Gaga que le public connait ? Ils ne la verront pas. »

Gaga admet qu’être à l’aise sur le plateau lui a pris du temps. Après des mois de préparation, elle est arrivée pour le premier jour de tournage en ayant mémorisé son texte. Cooper est arrivé et l’a rejointe pour une scène, mais il a commencé en disant une phrase qui n’était pas dans le script. Il essayait de détendre Gaga, mais elle ne comprenait pas et répondait en disant encore et encore la même réplique.

« Finalement, il m’a dit ‘Est-ce que ça va ?’ et je me suis mise à pleurer, » dit-elle en rigolant. « Puis j’ai mis ça de côté et nous avons fait la scène. J’ai dû me libérer des mots. »

Le duo a continué jusqu’à construire un lien proche durant le tournage, développant des abréviations en travaillant sur le plateau. Si Cooper voulait que Gaga évoque un sentiment de chaleur, il murmurait « Tony », sachant qu’elle a une relation proche avec le chanteur Tony Bennett et que lorsqu’elle pense à lui elle dégage « un certain sentiment d’amour. » S’il voulait qu’elle se concentre, il disait des choses comme « ninja » ou « assassin. »

« Sa courbe d’apprentissage était folle, rien que du premier au deuxième jour, » se souvient Cooper. « Tout le monde sait qu’elle a un talent divin en tant que chanteuse, et elle a été capable d’utiliser ce plutonium pour jouer. Si c’est une carrière qu’elle veut poursuivre, j’aurais été chanceux de faire partie de son histoire d’actrice. »

Gaga a aussi aidé Cooper à façonner sa performance de musicien. Elle a écrit une poignée de chansons pour la bande originale du film et s’est assise en studio avec l’acteur, répondant à ses questions sur la logistique des coulisses durant un grand concert. Elle a aussi été franche au sujet de son expérience personnelle avec la drogue, partageant à quel point les substances étaient disponibles rapidement lorsqu’elle est devenue célèbre.

« Il y avait tout un buffet d’options, » dit Gaga. « On est très seul lorsqu’on est performeur. Je ressens de toute façon une certaine solitude – celle que je suis la seule à faire ce que je fais. On a le sentiment que personne ne comprend. Et l’envie de consommer vient de la recherche d’une manière de dissiper la souffrance. Lorsque j’ai commencé à performer dans des nightclubs à travers le pays, il y avait de la drogue partout, mais j’avais déjà fait la fête lorsque j’étais jeune alors je n’ai pas craqué. J’ai été capable d’éviter ça car j’avais déjà consommé lorsque j’étais gosse. »

Alors que « A Star Is Born » embarque pour un circuit automnal des récompenses – le film ira au Festival International du Film de Toronto après Venise – Gaga dit qu’elle est fière de sa performance car elle sait qu’elle a « tout donné. » Après avoir été forcée d’annuler une flopée de concerts cette année en raison de sa fibromyalgie, elle est prête à retourner sur scène le 28 décembre, pour lancer une résidence à Las Vegas. (Elle ne révèlera pas si des chansons de « A Star Is Born » y seront interprétées.)

Elle aimerait jouer plus mais pas « juste pour être une actrice. Je veux raconter de belles histoires qui tirent sur de vraies cordes pour moi, une réelle souffrance, une réelle émotion, de ma véritable vie. »

Gaga semble avoir un don pour accéder facilement à ses émotions. Lorsque la conversation revient à l’estime de soi – comment elle a commencé à se sentir belle après les critiques qu’elle a subi sur son physique à ses débuts – ses yeux s’emplissent de larmes.

« Pour être honnête, je pense que ce qui me rend belle, c’est de voir le bonheur chez mes fans, » dit-elle, la voix tremblotante. « Lorsque je vois ou entends que la musique que je fais a changé leur vie d’une certaine manière, c’est ce qui me fait me sentir belle. Ce n’est que l’extérieur, vous voyez ? Et au final, je pourrais faire un million de films ou écrire un million de chansons et tout le monde dirait ‘Elle était si belle’ mais ce n’est pas vraiment ce que je veux. Je veux qu’ils disent ‘J’ai vu ce film, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps et j’ai appris quelque chose sur moi-même’. »


Vos avis sur ce tout nouveau shoot ?

Partagez

6 commentaires on “Lady Gaga pour LA Times MAJ le 31/08 : ajout de la traduction

  1. Bonsoir à vous tous elle est vraiment très belle et très gracieuse sur ce nouveau shoot !
    C’est vraiment une très belle femme. Son maquillage est simple et sa coiffure magique. Les photos sont vraiment bien prise. SUPERBE !

    1. Pourtant depuis American Horror Story, elle est très botoxée de partout. (Ses pommettes saillantes n’existaient pas avant et rien à voir avec le maquillage). J’avoue avoir du mal avec ses discours sur la beauté tant elle prouve totalement l’inverse maintenant. Elle s’est déjà contredite par le passé mais là, c’est décevant. Born this way mais pas tant que ça… Je n’arrive plus à la trouver jolie maintenant avec ses yeux tirés sans expression.

      1. Là c’est clairement le maquillage, quand tu vois les autres photos d’elle en ce moment c’est très différent.

        Et sinon elle en parle dans l’interview, “I’m so insecure. I like to preach, but I don’t always practice what I preach.”

  2. Pour moi ce photoshoot est raté, je l’adore, je l’aime comme elle est, mais elle est crispée comme jamais auparavant, je comprends même pas que sa team ait laissé passer ça…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *