2020 Avr 13

Lady Gaga pour Instyle Magazine


Malgré le report de son sixième album Chromatica, Lady Gaga continue doucement mais sûrement de préparer le terrain pour cette nouvelle ère. Après une interview et un photoshoot très réussi pour Paper Magazine, c’est au tour du magazine Instyle de dévoiler une interview exclusive et une nouvelle série de photographies de Gaga dont la direction artistique est une nouvelle fois signée Nicola Formichetti. Que nous réserve Gaga pour ce nouvel acte ?

Lire l'article (VO - anglais)

Lady Gaga’s Next Act
By Sarah Cristobal
[Article Original]


The pop superstar’s sixth studio album is a euphoric return to the dance floor, but before Chromatica can be released, Mother Monster is tending to the world — and figuring out her future.


Lady Gaga is fully aware that our topsy-turvy world could use a bit of sonic relief — and if she’s being totally honest, she could too. Case in point: A few days after the release of « Stupid Love, » the first single off her new album, Chromatica, every other news story was about the coronavirus crisis. But a clip of a somber press conference in Italy went viral when an attendee’s ringtone set to the song accidentally went off and produced a few much-needed laughs. Gaga retweeted the link with the comment, « And this is why I make music. »


For true-blue Gaga fans Chromatica is worth the wait. The album was originally set to be released on April 10, but when the novel coronavirus became a pandemic, the star put those plans on hold to focus on an even bigger mission: partnering with the international advocacy organization Global Citizen to raise $35 million (and counting) for the World Health Organization’s Covid-19 Solidarity Response Fund. She also curated a lineup of her fellow musicians for a two-hour special, One World: Together at Home, which will be broadcast on all major television stations on April 18.


As of now, Gaga still intends to follow through with her plans to support the album with a six-city tour, The Chromatica Ball, kicking off at the end of July. Should the concerts come to pass, plan to wear your dancing shoes. Whereas her previous release, Joanne, was a folk-tinged album for dive bars, Chromatica is a return to Gaga in her purest pop form. At a preview listening, the swell of the first few notes was an instant stress reliever, as if long-lost tracks from the « Paparazzi » era had just been found, polished up, and newly released. It’s her original sound with a grown-up twist. She’s even brought along a few of her famous friends for guest spots. Co-produced by 29-year-old whiz BloodPop®, who has previously worked with Grimes, Justin Bieber, Madonna, and Britney Spears, Chromatica speaks to the prismatic range of experiences that have informed Gaga’s life.


« I feel very grateful for what I’ve been a part of and what I’ve been invited to be a part of, » Gaga says. « All these artistic experiences made me who I am today. It’s like when people get married and say, ‘Through thick and thin.’ That’s how I feel about myself. I feel like, ‘You know what, Gaga? You know what, Stefani? In sickness and in health, I’m with you, and I’m going to hold your hand whatever the outcome.' »


When she was a child, Gaga says, she probably would have copped to wanting to become a singer, but little Stefani Joanne Angelina Germanotta from New York City couldn’t have predicted the extent of her impact: that she would become a living legend in her late 20s with five studio albums all reaching No. 1 on the Billboard charts with songs that would be streamed 32 billion times. Nor did she probably imagine that she’d win 11 Grammys and make history as the first person to take home two Grammys, a Golden Globe, a BAFTA, and an Academy Award in the same year (in 2019 for « Shallow, » the main track from A Star Is Born; she also earned a best-actress Oscar nomination for her starring role in the film). Or that by the end of 2019, she would have launched her own beauty company, Haus Laboratories, and broken ticket-sale records in Las Vegas with her residency at the Park MGM Resort.


The 34-year-old Gaga seems to be at the top of her game leading into Chromatica’s release, but getting to this place has been a thorny process. She has been to hell and back and has lived to tell the tale through her music. Stratospheric fame is overwhelming enough, but for years Gaga was suffering from PTSD from having been raped when she was 19. As she told Oprah Winfrey in January during her 2020 Vision tour in front of hundreds of people, a « psychotic breakdown » forced her to address what had happened to her. Gaga, who has always been upfront about her mental-health issues, said the psychological anguish led to intense, chronic physical pain that was eventually diagnosed as fibromyalgia. Her current treatment cycle of medication, meditation, radical-acceptance therapy, and self-care is helping her to feel the best she has in years.


« I think it took me some time to grieve about the things that have happened to me, and I couldn’t be angry with myself for how long it took, » she says, admitting that her glittery façade was often just that. « I’ve been depressed and been at the grocery store and seen photos of myself and gone, ‘Well, I look like everything is good.’ But I was secretly freaking out, and the world had no idea. Or some people in the world. I hate using that phrase ‘the world.’ It’s so egocentric to assume the whole world thinks about or knows about me. It doesn’t. »


What does someone who has experienced so much really want out of life? « Marriage, » says the star (who, according to her Instagram feed, is currently dating tech entrepreneur Michael Polansky). « More music, more movies, more charity with the Born This Way Foundation [a nonprofit dedicated to empowering youth and supporting mental health and wellness]. I want to do way more philanthropy. I want to help fund more research about fibromyalgia and neuropathic and chronic pain by putting a team of doctors together. I have a lot of dreams and hopes. What I will actually accomplish, I have no idea, but I know that I’ll be doing it with the people I love. »


Perhaps most important for the woman who calls herself Mother Monster is starting her own brood. « I will say I am very excited to have kids, » Gaga admits. « I look forward to being a mom. Isn’t it incredible what we can do? We can hold a human inside and grow it. Then it comes out, and it’s our job to keep it alive. It’s so funny — everyone works out of my house every day. When they come in, I always say, ‘Welcome to the Womb!' »


Politics are also on her mind, although Gaga, who famously campaigned for Hillary Clinton in 2016, hasn’t publicly gotten behind a candidate yet. (Our interview takes place a few days before former Vice President Joe Biden wins the South Carolina primary.) « I want to make an informed decision as a citizen on who to vote for in the election, but I do not obsess over figures who do not deserve to be obsessed over, » she says. « I’m not going to hang my hat for humanity on one individual. It’s also on us to run this country. Putting so much importance on the government as the overarching, all-knowing force that runs our lives — I just don’t believe that to be true. I believe that we have the power to decide what the culture of this country looks like. We have the power to decide how we deal with one another socially. And we don’t need to place too much power in anyone’s hands. That said, I’m watching what happens. I think we all know who I will not be voting for. »


Gaga knows the power of her sway, which can be both a blessing and a curse. She admits to having a love-hate relationship with social media. « I post some things from my personal life, I post some things from my business life, I post some things from my musical life, » she says. « But I will say that I’m not super-obsessed with reading comments or counting likes or making sure everybody loves everything. Honestly, sometimes I wonder if the people who invented social media all got in a room and went, ‘Let’s start something where nobody has to be brave and everybody can hide and be mean.’ It’s not all bad, but a significant change has happened in culture as a result of it. This idea to socially network was supposed to bring us closer, but it built a bunch of walls and made it harder for us to be ourselves around each other. »


Every so often she’ll log on and tweet random things like the letter « f » or « I don’t remember Artpop » (her third album). What gives? « I’m trying to crack the code that is the algorithm of the Internet, and I will do so in various ways, » she says. « You may not always understand why an ‘f’ tweet gets that many likes. Who knows why? It was just a social experiment. I’m trying to understand people. »


Given all the cultural and political dissonance, it’s no coincidence that in the video for « Stupid Love, » colorbased « Hauses » are — metaphor alert! — fighting through their differences. Gaga came up with the concept and revealed it to director Daniel Askill in a voice note. Her return to form included reuniting with her longtime friend and stylist Nicola Formichetti, who is responsible for some of the more resplendent looks of her early career (ahem, meat dress!). Formichetti moved from New York to L.A. to be a mere five minutes down the road from the Womb.


« The idea of these groups continues throughout the album cycle, » he says, citing Gaga’s « punk-rock core. » He’s also digging into the archives to unearth some familiar pieces and make them anew: « I want to bring back the sex and the edginess of her with materials like latex and leather and spikes and studs and mix them with couture. »


So, yes, she may be looking and feeling her best, but Gaga hopes that Chromatica helps others heal too. « I made this music, and then I listened back to all of it, and it told the story of my life like a tapestry, » she says. « I’m very proud of it because while it’s fun and celebratory, if you listen to those lyrics, you really will know my heart. It’s like the music is giving you permission to go on. Even if you’ve had the worst day ever, it’s OK to dance. »

Lire l'article (VF - français)

Le Nouvel Acte de Lady Gaga
Par Sarah Cristobal


Le sixième album studio de la superstar de la pop est un retour euphorique au dancefloor, mais avant que Chromatica ne sorte, Mother Monster s’occupe du monde – et de son futur.
 
Lady Gaga est pleinement consciente que notre monde est sens dessus dessous et qu’il aurait bien besoin d’une aide acoustique – et si elle est totalement honnête, elle aussi. En voici un parfait exemple : quelques jours après la sortie de « Stupid Love », le premier single de son nouvel album Chromatica, toutes les nouvelles parlaient de la crise du coronavirus. Mais la vidéo d’une sombre conférence de presse en Italie est devenue virale lorsque le portable d’un des participants s’est accidentellement mis à sonner au son du single et a provoqué des rires fort bienvenus. Gaga a retweeté le lien en commentant « Et c’est pour ça que je fais de la musique ».
 
Pour les fans fidèles de Gaga, Chromatica vaut le coup d’attendre. L’album devait originellement sortir le 10 avril, mais lorsque le nouveau coronavirus est devenu une pandémie, la star a mis ses projets en attente afin de se focaliser sur une mission bien plus grande : s’associer avec l’organisme international Global Citizen afin de récolter 35 millions de dollars (et plus) pour le Fond de Solidarité contre le Covid-19 de l’Organisation Mondiale de la Santé. Elle a aussi organisé la participation de ses paires musiciens pour une émission spéciale de deux heures, One World: Together at Home, qui sera diffusée sur toutes les chaines de télévision majeures le 18 avril.
 
A ce jour, Gaga prévoit toujours de suivre ses projets de soutenir l’album dans une tournée de six dates, The Chromatica Ball, qui débutera fin juillet. Si le concert devait bien avoir lieu, prévoyez vos chaussures de danse. Alors que son précédent opus, Joanne, était un album teinté de folk pour les dive bars, Chromatica est un retour à Gaga dans sa forme pop la plus pure. Lors d’une séquence d’écoute, la houle des premières notes fut un soulagement immédiat, comme si des morceaux perdus de l’ère « Paparazzi » avaient été retrouvés, peaufinés, et dévoilés. Ce sont ses sonorités originales, avec un virage adulte. Elle a même invité quelques-uns de ses amis célèbres. Co-produit par le génial BloodPop®, 29 ans, qui a travaillé précédemment avec Grimes, Justin Bieber, Madonna et Britney Spears, Chromatica parle à l’éventail prismatique des expériences qu’a vécu Gaga.
 
« Je suis très reconnaissante de ce dont j’ai fait partie et de ce à quoi j’ai été invitée,  » dit Gaga. « Toutes ces expériences artistiques ont fait de moi celle que je suis aujourd’hui. C’est comme lorsque les gens se marient et disent ‘envers et contre tout’. C’est ce que je ressens envers moi-même. Je me dis ‘Tu sais quoi, Gaga ? Tu sais quoi, Stefani ? Dans la santé et dans la maladie, je suis avec toi, et je vais te tenir la main quoi qu’il advienne’. « 
 
Lorsqu’elle était enfant, dit Gaga, aurait surmonté le fait de vouloir devenir chanteuse, mais la petite Stefani Joanne Angelina Germanotta de New York City n’aurait pas pu prévoir l’étendue de son impact, ni qu’elle deviendrait une légende vivante dans la vingtaine, avec cinq albums studio tous n°1 au classement Billboard, avec des chansons écoutées 32 milliards de fois. Elle n’aurait pas imaginé non plus gagner 11 Grammys et entrer dans l’histoire en ramenant chez elle deux Grammys, un Golden Globe, un BAFTA, et un Oscar la même année (en 2019 pour « Shallow », la chanson-phare de A Star Is Born ; elle a aussi été nommée aux Oscars en tant que meilleure actrice pour son rôle dans ce film). Ou qu’à la fin de l’année 2019, elle aurait lancé sa propre ligne de maquillage, Haus Laboratories, et brisé le record de vente de billets pour sa résidence au Park MGM Grand Resort de Las Vegas.
 
A 34 ans, Gaga semble être au sommet de sa forme avec la sortie de Chromatica, mais en arriver là a été un processus épineux. Elle a vécu l’enfer et en est sortie pour raconter l’histoire à travers sa musique. La célébrité stratosphérique est déjà bien assez écrasante, mais en plus Gaga a souffert de PTSD durant des années suite aux viols dont elle a été victime à 19 ans. Comme elle l’a dit à Oprah Winfrey en janvier durant son Vision Tour 2020 devant des centaines de personnes, une « rupture psychotique » l’a forcée à affronter ce qui lui était arrivé. Gaga, qui a toujours été ouverte sur ses problèmes de santé mentale, a expliqué que l’angoisse psychologique avait conduit à une douleur physique chronique intense, qui fut diagnostiquée comme étant de la fibromyalgie. Son traitement actuel à base de médicaments, de méditation, de thérapie d’acceptation radicale, et d’auto-préservation l’aide à se sentir mieux que ces dernières années.
 
« Il m’a fallu du temps pour faire le deuil de ce qui m’était arrivé, et je ne m’en veux pas du temps que cela a pris, » dit-elle, en admettant que sa façade flamboyante n’était souvent que cela. « Ça m’est arrivé d’être déprimée, d’aller au magasin et de voir des photos de moi en me disant ‘Bon, j’ai l’air d’aller bien.’ Mais en secret je flippais, et le monde n’en avait aucune idée. Du moins certaines personnes dans le monde. Je déteste utiliser la phrase ‘le monde’. C’est tellement égocentrique d’assumer que le monde entier pense à moi ou sait qui je suis. Ce n’est pas le cas. »
 
Que désire quelqu’un qui a déjà fait l’expérience de tant de choses ? « Me marier, » dit la star (qui d’après son Instagram sort actuellement avec l’entrepreneur Michael Polanski). « Faire plus de musique, plus de films, plus d’actions caritatives avec la Born This Way Foundation [une organisation à but non lucratif dédiée à valoriser les jeunes gens et à soutenir la santé mentale et le bien-être]. Je veux faire beaucoup plus de philanthropie. Je veux aider à financer la recherche sur la fibromyalgie et les douleurs neuropathiques chroniques en réunissant une équipe de docteurs. J’ai beaucoup de rêves et d’espoirs. Je ne sais pas ce que je vais vraiment accomplir, mais je sais que je le ferai avec les gens que j’aime. »
 
Le plus important pour celle qui se fait appeler Mother Monster est peut-être de commencer sa propre progéniture. « Je dirai que je suis très excitée d’avoir des enfants, » admet Gaga. « J’ai hâte d’être mère. Ce que nous pouvons faire n’est-il pas incroyable ? Nous pouvons avoir un humain en nous et le faire grandir. Lorsqu’il sort, c’est notre boulot de le garder en vie. C’est d’ailleurs amusant – tout le monde vient travailler chez moi tous les jours. Lorsqu’ils entrent, je leur dis toujours ‘Bienvenue dans l’Utérus’ ! »
 
Elle a aussi la politique à l’esprit, bien que Gaga – qui a fait campagne pour Hillary Clinton en 2016 – ne se soit pas encore prononcée pour un candidat. (Notre interview a lieu quelques jours avant que l’ancien vice-président Joe Biden ne gagne la primaire de Caroline du Sud). « Je veux prendre une décision éclairée en tant que citoyenne au sujet de celui pour lequel je vais voter à l’élection, mais je ne fais pas une fixation sur des chiffres qui ne méritent pas qu’on se fixe dessus, » dit-elle. « Je ne vais pas accrocher mon chapeau pour l’humanité sur un seul candidat. C’est aussi à nous de diriger ce pays. Donner tellement d’importance à un gouvernement comme s’il était la force toute puissante qui dirige nos vies, je n’y crois pas. Je pense que nous avons le pouvoir de décider quelle est la culture de ce pays. Nous avons le pouvoir de décider comment nous traitons les autres en société. Et nous n’avons pas besoin de mettre tout le pouvoir dans les mains d’une seule personne. Ceci dit, je regarde ce qu’il se passe. Je pense qu’on sait tous pour qui je ne voterai pas. »
 
Gaga est consciente du pouvoir de son influence, qui est à la fois une bénédiction et une malédiction. Elle avoue avoir une relation d’amour-haine avec les réseaux sociaux. « Je poste des choses sur ma vie privée, ma vie professionnelle, ma vie musicale, » dit-elle. « Mais je ne suis pas super-obsédée par la lecture des commentaires, le comptage des likes ou être sûre que tout le monde aime tout. Honnêtement, je me demande parfois si ceux qui ont inventé les réseaux sociaux ne se sont pas réunis dans une pièce en se disant ‘Commençons un truc où personne n’aura à être courageux et où tout le monde pourra se cacher et être méchant.’ Tout n’est pas mauvais, mais un changement significatif a eu lieu dans la culture à cause de ça. Cette idée d’un réseau social était censée nous rassembler, mais cela a créé des murs et a rendu les choses plus difficiles pour qu’on soit nous-mêmes devant les autres. »
 
De temps en temps, elle se connecte et tweete des choses aléatoires comme la lettre « f » ou « Je ne me souviens pas d’ARTPOP » (son troisième album). Pourquoi ? « J’essaie de déchiffrer le code de l’algorithme, et je le fais de différentes manières, » dit-elle. « Je ne comprends pas pourquoi tweeter un ‘f’ récolte autant de likes. Qui le sait ? C’était juste une expérience sociale. J’essaie de comprendre les gens. »
 
Etant donné toute cette dissonance culturelle et politique, ce n’est pas une coïncidence que dans le clip de « Stupid Love », des « Hauses » colorées – alerte à la métaphore ! – se battent à travers leurs différences. Gaga a imaginé ce concept et l’a révélé au réalisateur Daniel Askill dans une note vocale. Son retour inclut des retrouvailles avec son ami de longue date et styliste Nicola Formichetti, qui est responsable de certains des plus resplendissants looks de ses débuts de carrière (ahem, la robe en viande !). Formichetti a déménagé de New York à L.A. pour être à cinq minutes de l’Utérus.
 
« L’idée de ces groupes continue à travers le cycle de l’album, » dit-il, citant le « cœur punk-rock » de Gaga. Il creuse aussi dans les archives pour déterrer des pièces familières et les renouveler. « Je veux ramener le sexe et l’audace de ses débuts avec du latex, du cuir, des piques, des clous, et les mélanger à de la haute-couture. »
 
Alors oui, elle est au mieux de sa forme physiquement et psychologiquement, mais Gaga espère que Chromatica aidera à guérir les autres aussi. « J’ai fait cette musique, puis j’ai tout réécouté, et cela raconte l’histoire de ma vie comme une tapisserie, » dit-elle. « J’en suis très fière car bien que ce soit amusant et célébratoire, si vous écoutez les paroles, vous connaitrez véritablement mon cœur. C’est comme si la musique vous donnait la permission de continuer. Même si vous avez passé la pire journée qui soit, c’est OK de danser. »

Que pensez vous de ce nouveau photoshoot ?

5 commentaires on “Lady Gaga pour Instyle Magazine”

  1. Hello gaga vision. Je ne vois pas encore le magazine instyle avec Lady gaga en couverture disponible comme vous me l’avez indiqué sur le site.
    Pouvez vous me dire quand est ce qu’il sera disponible.
    Merci pour votre réponse par avance.

    1. Hello,
      J’avais indiqué qu’il devrait être dispo mais avec tous les événements dû au covid ils n’ont sûrement pas pu être approvisionné :(
      Essaye sur Ebay sinon ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *